Camer.be
Cameroun: DISSOUDRE LE RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS (RDPC) :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE Cameroun: DISSOUDRE LE RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS (RDPC) :: CAMEROON
  • Correspondance : Patrice EKWE SILO EDIMO
  • mardi 05 février 2019 10:00:00
  • 6418

Cameroun: DISSOUDRE LE RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS (RDPC) :: CAMEROON

À l'approche des élections Législatives et Municipales de septembre 2019, Plusieurs Responsables politiques et de la société civile de la Diaspora camerounaise demandent à Monsieur Le Premier Ministre - Monsieur Joseph Dion NGUTE - de lancer immédiatement une procédure en vue de la dissolution du RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS (RDPC) accusé de :

* Menacer les libertés publiques ;

* Porter atteinte à l'intégrité du territoire national ;

* Provoquer à la discrimination, à la haine envers une personne ou un groupe de personnes à raison d’appartenance à une ethnie.

C’est un parti politique qui met la vie du peuple camerounais en danger - c’est un parti politique qui pose des actes pitoyables, inqualifiables, scandaleux, ce qui entraine un climat intolérable, insupportable, insoutenable, et donc il faut que cela cesse !

Nous rappelons que - nombre de responsables politiques de ce parti se sont décrédibilisés face à l'échec patent de toutes les politiques : chômage, économie, sociale, échec scolaire, délinquance, corruption, etc… Tous les indicateurs sont au rouge.

Il faut éloigner ce parti politique du jeu démocratique camerounais - surtout - ne pas l’admettre à concourir à l’expression du suffrage universel de septembre 2019 : les Législatives et les Municipales.

Les actions de ce parti politique ne sont pas conformes aux Droits de l'homme - nous pensons que ce n’est pas vraiment un parti politique, mais une bande de mafieux - parce qu’il a enfreint la loi en instrumentalisant les Institutions de la République et en l’utilisant à des fins propres - surtout - le fait de porter atteinte aux « principes constitutionnels » et aux « fondements démocratiques » du pays.

L’article 3 de la Constitution camerounaise énonce que « les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage universel. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie ».

On ajoute : « toute association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement est nulle et de nul effet ».

Selon nous,

Le RDPC n’est qu’une création opportuniste suite au coup d’Etat du 6 avril 1984 (cendre de l’UNC) – il ne faut donc pas trop s’étonner que né sur ces désagrèges - abîmes de l’UNC - le RDPC n’ayant pas de ligne politique définie et claire à sa naissance, il n’a jamais cessé depuis d’être traversé par des scandales importants.

Le RDPC est une haute trahison des urnes et surtout – des choix des « Camerounaises et Camerounais ». Le dissoudre serait rendre justice aux Camerounaises et aux Camerounais qui avaient été trahis par les comportements anti-démocratiques de ce parti politique – depuis sa création en 1985 !

Il est clair que ce parti politique illégitime, ne peut plus prendre en charge les exigences - revendications - doléances des Camerounais - du PEUPLE !

Il faut exclure absolument ce parti politique, le RDPC ! Si le Cameroun veut se mettre en conformité avec le XXIe siècle.

Certaines personnes peuvent dire ou penser que ce sont des hommes et femmes - les responsables de ce parti qu’il faut changer - pas dissoudre le parti politique !

Pourquoi le problème est aujourd’hui le « parti », et non pas les hommes et femmes de ce mouvement ? C’est parce que précisément - c’est le système UNC-RDPC qui est caduque ! Les choses se sont aggravées ! Elles vont de mal en pis ! Il ne s’agit plus aujourd’hui de démasquer et éloigner les responsables de ce parti politique pour rappeler d’autres, ce serait gravissime !

Nous rappelons que le système UNC-RDPC est basé sur : la corruption, le mensonge, la mauvaise foi, la fraude, la tricherie, la mascarade, la destruction de l’autre par les insinuations, les diffamations, les insultes, surtout de l’ethnicisme, etc...

La simple solution du changement des hommes et de femmes à la tête de ce parti ne règle plus les problèmes, il faut plus ! Mettre un coup de peinture sur la crasse ne changera rien !

Combien de temps faudra-t-il attendre pour enfin amorcer le débat sur le DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF sur l’actuelle asphyxie du Cameroun, sur le chômage des jeunes - de nos enfants - la corruption (délinquance impunie des cols blancs) - et surtout - sur le problème du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ?

Devons-nous attendre l’effondrement du système (effondrement par quel moyen ?) avant d’avoir le droit de proposer un programme aux Camerounais pour l’Etat des droits - pour booster le développement, pour créer les emplois - pour améliorer l’éducation nationale ? Pour faire réussir le projet du Chef de l’Etat « EMERGENCE DU CAMEROUN EN 2035 » !

Non - « Changeons le système UNC-RDPC tout entier, sinon rien ne sera possible au Cameroun ! »

Alors - quels seraient les bases minimum d’un regroupement de Camerounaises et camerounais aujourd’hui capable à la fois de bloquer la victoire annoncée du système UNC-RDPC au double scrutins de septembre 2019 (Législatives et Municipales), de proposer une alternative crédible aux échecs répétés de l’UNC-RDPC et de palier au rejet par les citoyens de tous les partis politiques actuels ?

L’absolue inefficacité de l’action RDPCiste s’est révélée au grand jour. Les incompétences, l’amateurisme, les affaires, l’ethnicisme.

Aujourd’hui – le RDPC et ses militants ne servent à rien, ils deviennent une charge, un coût, une honte à supporter pour le Cameroun et par les Camerounais !

Dans ces conditions - quelles sont les chances de l’opposition politique de gagner contre ce système UNC-RDPC ? Alors qu’il faut une alternance et une alternative de raison - c’est à dire pouvoir expliquer simplement les problèmes du Cameroun actuel, qui va être capable d’apporter des solutions crédibles à ces problèmes !

Nous pensons que - pour réussir l’EMERGENCE DU CAMEROUN EN 2035 ! Nous devons impérativement - nécessairement exclure le RDPC et son système des élections – de toutes les élections - surtout de la GOURVERNANCE des affaires de l’Etat du Cameroun.

Monsieur le Premier Ministre - Monsieur Joseph Dion NGUTE - nous pensons que - demander la dissolution du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais ne peut se justifier que parce que - nous avons constaté - que ce parti politique prône l’utilisation de la violence ou l’utilise comme un moyen politique pour faire renverser l’ordre constitutionnel démocratique, mettant en danger de ce fait les droits et libertés protégés par la Constitution – surtout développe une politique ETHNICISTE.

Paris, le 04 février 2019

Mouvement Pour un Cameroun Responsable et Solidaire

Plate-forme

Patrice EKWE SILO EDIMO

05févr.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo