Cameroun: Le régime de Yaoundé, Le Cynisme, et La paix des cimetières :: CAMEROON
Cameroun: Le régime de Yaoundé, Le Cynisme, et La paix des cimetières :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : CL2P
  • lundi 04 février 2019 08:04:00
  • 2891

Cameroun: Le régime de Yaoundé, Le Cynisme, et La paix des cimetières :: CAMEROON

La répression ET la récente vague d’arrestations des dirigeants du MRC et des journalistes sont la marque de fabrique du régime de Biya et de son incapacité à gagner les cœurs et les esprits du pays malgré la victoire aux dernières élections avec un résultat de type soviétique.

Ce genre d’état d’urgence traduit la frustration d’un régime conscient de perdre ses rues. Le régime de Biya ne réussira pas sans s’attaquer aux causes profondes de ces événements et certains pourraient même affirmer qu’il est trop tard pour s’attaquer à la marginalisation économique, sociale et politique de la majorité des Camerounais otages de ce régime depuis 36 ans. Alors que la situation politique se dégrade, il est difficile de voir comment le régime de Yaoundé retrouvera tune quelconque forme de pouvoir politique légitime.

La dernière élection présidentielle dans le pays a brisé la malédiction du sujet soumis et cynique, qui jouait un rôle de premier plan sous les régimes d’Ahidjo et de Biya. Un cynisme à l’égard du gouvernement et de la politique qui a logiquement conduit à une tradition de retrait politique et à une impuissance politique effective pour un certain nombre de Camerounais ordinaires qui sont devenus dupes du cynisme idéologique mis au point par un régime cynique depuis l’indépendance au Cameroun.

De plus, le cynisme est plus dangereux pour la démocratie que l’indignation. En effet le cynisme prétend avoir une sorte de connaissance sophistiquée et interne de la corruption institutionnelle. Et puisque personne ne veut paraître comme un idiot, le cynisme est contagieux. Beaucoup de cyniques se sentent exploités, mais croient que les politiciens qui offrent des réponses idéalistes sont des menteurs.

Le nuage toxique de cynisme qui s’installe sur la politique camerounaise a pour conséquence que peu importe le vainqueur, l’autre partie considérera toujours le vainqueur comme illégitime – un « Tontinard » sophistiqué cachant la cabale orchestrée contre lui par des tribalistes tordus ou ethnofascistes notoirement paresseux et corrompus au service de la « Ripoublique de Nanga Eboko » de Chantal Biya. En conséquence, il est devenu difficile de rassembler l’ensemble du pays autour d’objectifs nationaux. Ce grand pays continuera ainsi d’être paralysé par sa politique idiote et meurtrière. Le pire des désespoirs est de croire que l’espoir lui-même est un racket.

La récente élection présidentielle, par contre, a redonner aux Camerounais ordinaires un aperçu de ce qui pourrait néanmoins être possible dans notre avenir politique idéaiisé.

Il est possible en effet d’avoir un président qui n’est pas corrompu. Il est possible d’avoir un président dont les Camerounais seront très fiers pour la première fois. C’est au sein de cette nouvelle connaissance que de nombreux Camerounais ne veulent plus se conformer au processus de réglementation corrompue établi par le régime, aux fantasmes idéologiques, et à la réalité sociale perverse dominée par une obsession de l’immortalité obscène de la part des tenants du régime.

De la sorte toutes ces arrestations sont en réalité le produit d’une paix négative produite par un régime d’immortalité obscène qui ne produit qu’une paix des cimetières : une paix où toutes les formes de médiation légitimes sont en prison ou en résidence surveillée. C’est la réduction de toutes les formes de possibilités et l’instauration d’un statu quo qui est de plus en plus intenable de jour en jour car ce fantasme idéologique n’est plus assez puissant pour masquer le véritable désir de liberté des Camerounais ordinaires.

Olivier J. Tchouaffe, PhD, Porte-parole du CL2P

http://www.cl2p.org 

04févr.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo