FRANCE :: CANNES: PRINCE KESTAMG: UNE SCENE VIVANTE COMME JAMAIS SUR LA CROISETTE :: FRANCE
FRANCE :: CANNES: PRINCE KESTAMG: UNE SCENE VIVANTE COMME JAMAIS SUR LA CROISETTE :: FRANCE
FRANCE :: MUSIQUE FRANCE :: CANNES: PRINCE KESTAMG: UNE SCENE VIVANTE COMME JAMAIS SUR LA CROISETTE :: FRANCE
  • APKMS & SOPIEPROD : Daniel BIMBOU & Hilaire SOPIE
  • lundi 21 janvier 2019 18:39:00
  • 19401

FRANCE :: CANNES: PRINCE KESTAMG: UNE SCENE VIVANTE COMME JAMAIS SUR LA CROISETTE :: FRANCE

Prince Kestamg, artiste-musicien était sur la Côte d’Azur.

Jamais scène de spectacle n’aura été aussi vivante que celle sur laquelle le chanteur s’est donné corps et âme à L’Espace Miramar, sur La Croisette, le samedi 12 janvier 2019.

La tournée azuréenne se situe dans le cadre du lancement de son concept le Lally Show Music et du Lally Fashion Expo, moteur événementiel d’une action culturelle qui promet d’être fulgurante.

Quand la musique est belle.

Ce samedi à Cannes, chanteurs, musiciens et danseurs ont balayé les doutes qui restaient encore dans l’esprit du public quant aux qualités potentielles de Prince Kestamg.

Assurément l’expansion du Lally Show comptera la ville de Cannes comme l’une de ses bases de lancement.

Prince a mis le feu en compagnie de musiciens de renom : Michel Ethé à la basse, Rodolph à la batterie, Jack Djeym à la guitare, Kayou Root au saxo, Allan Gonzalez Granados (Cubain) aux percussions.

Il n’est pas inutile de signaler que le saxophoniste Kayou Root a mis en place au Cameroun un projet pédagogique. Il initie les enfants à la maitrise du saxophone. On peut dire que Kayou Root a soufflé un bon vent au projet kestagmanien du Lally Show. C’est tout à son honneur.

Signalons aussi que le guitariste haut de gamme Jack Djeym qui a connu la grâce d’avoir accompagné la grande diva Myriam Makéba peut être compté parmi ceux qui ont donné une corde à Prince Kestamg pour enrichir son arc ou son art.

La Danse Sur scène de Prince a été accompagné par la danseuse Sanassa Kaba, chorégraphe guinéenne, tête d’un trio de danseuses. Sanassa, entre danse traditionnelle et contorsion Sur scène, on a admiré également, la danseuse et mannequin, Annie Kinnen, germano-congolaise, allure féline, qui a permis de vérifier, une fois de plus, que la danse africaine est à la fois plurielle et unique. C’est ça Le Lally Show : concilier la diversité.

Annie Kinnen, corps et âme, partie prenante du Lally Fashion Show, a été représentée à Miramar par deux stylistes de qualité ; un homme et une femme, tous aussi interactifs qu’uniques : Sadio-Bee (Sénégal) et Laure Gels Bourdon (Cameroun). Ce fut bigarré. On a admiré ce que les sapologues appellent fièrement « couleurs achevées et inachevées » Sadio-Bee, To Be or Not To Be Sadio-Bee, partenaire du Lally Show, incarne la dimension « Vêtement » où il a tout le temps mis son talent. Les lignes de Sadio sont à mi-chemin entre Afrique et Occident, entre raison et émotion selon la dualité de Léopold Sédar Senghor. (L’émotion est nègre, la raison Hélène).

Les corps des mannequins oscillent entre l’Etre et le Non-Etre. C’est-à-dire : ils illustrent Shakespeare : « Le vêtement est la première peau de la femme. » Sadio-Bee s’est dit « To be or not to be ?» Masculin ou féminin singulier ? Telle est la question. Sadio répond : « Le meilleur sourire de la femme c’est sa robe. » La première peau de la femme, la robe, La robe, moteur de l'élégance Sapée comme j’aimais .

La gamme des couleurs achevées et inachevées:

Laure Gels Bourdon a de l’or dans les mains. « La mode a besoin de carburant. Cette essence c’est le défilé. » L’habillement n’a pas de tombe. Les hommes meurent, le vêtement est éternel. La musique est la nourriture de l’amour, la mode aussi. Sur la croisette je peux parodier l’autre, je peux dire des mannequins qu’ils étaient « sapés comme j’aimais » Les meilleures formes de la femme c’est son sourire.

Le spectacle méditerranéen de Prince s’est fait en partenariat avec le Festival International du Film Panafricain dont le directeur est Basile Ngangué Ebellé. Basile déroule la bobine du panafricanisme Les origines du Lally Show Le Lally Show (mélange de musique, de cinéma, danse et mode vestimentaire) est un concept dont la genèse se situe dans la contre-culture urbaine des années 80 au Cameroun.

Au départ, ce sont des jeunes qui se destinaient à surveiller le territoire national. Ceux-ci ont ensuite canalisé leur énergie dans la danse, associant les différents rythmes du pays.

On peut dire que Prince, le concepteur du Lally Show Music, était prédestiné à la fonction artistique comme David à la fonction royale. L’artiste est une voix ténor qui a hérité son savoir de ses parents avant de rencontrer un professeur de musique en Europe : « Tu dois chanter avec ton ventre, parler avec tes oreilles. » Voilà la leçon que lui donna le maître de chant.

Son pays, Le Cameroun, compte de nombreux groupes ethniques (plus de deux cents). Prince Kestamg, né à Bafoussam, est la synthèse de cette diversité culturelle. Il est le ventriloque d’un Cameroun aux rythmes infinis et qui n’ont pas fini d’être découverts à travers le monde.

Son timbre vocal est familier des polyphonies pygmées, une société écologique vieille comme l’humanité et à laquelle Prince emprunte le principe de vie. Prince ne fume ni ne boit. C’est ce qui lui donne sur scène cette fougue de lion indomptable, totem de l’identité africaine depuis l’Egypte des Pharaons.

Prince Kestamg, roi du Lally Show, dispose d’un double sous Association Prince Kestamg music and show : APKMS Productions et APKMS Music, visibles sur le réseau social Facebook.

Le code PK Dans le hall de l’Espace Miramar, une exposition de bijoux touareg, vêtements africains et accessoires donnait une idée de l’emblème PK en tant que mot-valise. Rien ne sert de faire mystère. PK est une application qui se décline « Prince Kestamg » en tant que personne et en tant qu’institution. Vous avez-là un mot de passe pour entrer dans un monde de paix où les échanges économiques reposent sur des relations durables. PK, un autre nom de l’écologie ? C’est surtout un code sacré dont on peut se faire une idée dans la façon de Prince de délivrer son chant.

Ecoutez-le chanter : on aurait dit une langue babélique que PK dévoile sur scène de sa voix haute, sous forme d’onomatopée proche du « parler en langue des Anges ». La Bible en parle. La griffe PK, emblème du Lally Show Music PK, mot de passe vers l'humanisme Pk a réuni à Cannes un public de qualité.

A la quantité d’hommes et de femmes qui ont foulé la capitale française du Cinéma, depuis qu’il existe, il faut ajouter les personnes présentes samedi à l’Espace Miramar porteuses du projet Lally Show.

Ce concept est comme l’air : utile à la vie. La Nouvelle Vague PK. C'est beau de se croiser sur La Croisette Prince Kestamg, comme un ange qui parle. 

21janv.
Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE

canal de vie

Vidéo