Camer.be
Alerte contre l’Ethnofascisme au Cameroun :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Alerte contre l?Ethnofascisme au Cameroun :: CAMEROON
  • Correspondance : CL2P
  • lundi 15 octobre 2018 09:44:00
  • 2132

Alerte contre l’Ethnofascisme au Cameroun :: CAMEROON

L’élection de Maurice Kamto est manipulée par d’étranges formes de créatures dans les entrailles du marigot insalubre de la politique Camerounaise que le Prof. Kamto a précisément promis de nettoyer. Ces imbéciles téméraires, incompétents, ignorants de la réalité, aveugles aux évidences, sourds aux leçons de l’Histoire, et méprisants des électeurs tentent maintenant de fomenter une guerre civile au lieu d’accepter la défaite de leur créateur Paul Biya.

Au cours des 36 dernières années, le régime de Biya a normalisé la politique ethnofasciste en transformant l’extraordinaire en ordinaire, manipulant pour ce faire de façon cynique le genre de socialité que nous prenons toujours pour acquis. Cela produit des formes d’amnésie qui nous permettent de tolérer ce qui était jadis intolérable, en donnant l’impression que cela a toujours été ainsi. Mais ce n’est pas comme cela que les choses ont toujours été au Cameroun. Ce faisant, nous supprimons notre capacité de penser et notre responsabilité les uns envers les autres.

En effet, le Cameroun est un pays né dans le sacrifice et le sang de tous les Camerounais tels que Charles Atangana, Martin Paul Samba, Douala Manga Bell, Osende Afana, Ruben Um Nyobé, Ernest Ouandie, Felix Moumie et bien d’autres qui se sont sacrifiés pour que nous puissions avoir un pays.

Le CL2P pense qu’à l’heure actuelle, il est très important de sensibiliser la population aux caractéristiques de l’ethnofascisme, aux caractéristiques historiques, et de faire prendre conscience aux Camerounais ordinaires sur le fait que de nombreux pays africains ont toujours été vulnérables à ce type de politique ethnofasciste.
L’ethnofascisme est une idéologie basée sur le pouvoir. La démocratie libérale est basée sur la liberté et l’égalité.

La liberté et l’égalité exigent la vérité, car vous avez besoin de la vérité pour dire la vérité au pouvoir, et une liberté – si vous êtes menti, vous n’êtes pas libre. Personne ne pense que la population de la Corée du Nord est libre. On leur a menti. Donc, si vous voulez attaquer la démocratie libérale et la remplacer par le pouvoir, vous devez écraser la vérité. L’ethnofascisme est donc une idéologie basée sur le pouvoir et la loyauté. Cela crée une loyauté à l’égard d’un groupe. Et une personne, le chef, représente ce groupe. L’ethnofascisme est d’abord hyper masculin et hyper-patriarcal.

Selon l’érudit américain Jason Stanley et son livre Comment le fascisme fonctionne, les 10 piliers du fascisme sont :tout d’abord, un passé mythique, un grand passé mythique que le leader rappelle.

Deuxièmement, la propagande. Il existe un certain type de propagande fasciste où tout est inversé. Les informations sont des fausses nouvelles. La lutte contre la corruption est-elle ainsi elle-même corrompue.

Troisièmement, l’anti-intellectualisme et la manipulation des émotions pour enrager la population, Calixte Beyala laissant entendre que Kamto tente de faire passer le message dans la rue aux Bamiléké pour qu’ils prennent le pouvoir par la force et asservissent d’autres Camerounais. Donc une sorte de coup d’état contre les «Bulus ». Il s’agit donc d’une forme de propagande destinée à s’attirer le soutien farouche des personnes les moins instruites.

Numéro quatre, l’irréalité. Vous devez casser la vérité. Donc, la raison est remplacée par des théories du complot. Le peuple bamiléké n’est qu’une cabale orchestrée par des «tontinards» comme le véhicule depuis des mois l’idéologue du régime, Mathias Eric Owona Nguini (MEON), continuant sans jamais être remis en question de prétendre que «papa Maurika et ses tontinards » veulent asservir le reste des Camerounais par la ruse.

Irréalité. Ainsi donc si comme Beyala et MEON, vous écrasez chaque vérité, il ne reste et ne doit rester que la loyauté envers «Pa’a Paul, le prophète».

Hiérarchie. Dans la politique fasciste, le groupe dominant est meilleur que tout le monde. Ils étaient tous – les grands hommes du passé qui méritent le respect juste pour être eux mêmes.

Politique de la Victime. Dans le fascisme, le groupe dominant est la plus grande victime. Ainsi, les « Bamilékés » sont victimes du « Bulu » comme le soutient l’écrivain Patrice Nganang.

D’où la loi et l’ordre. De quoi sont-ils victimes? Ce sont des victimes du groupe externe, qui sont des criminels. Quel genre de criminels sont-ils? Ce sont des violeurs.
Anxiété sexuelle, voleurs et tueurs.

Le pilier neuf est Sodome et Gomorrhe. Les vraies valeurs viennent du groupe dominant. Le groupe sortant est décadent.
Et le pilier 10 est: le travail vous rendra libre. Les autres sont des paresseux. Ce ne sont pas que des criminels; ils sont aussi paresseux. Et voilà introduit le darwinisme social. Tout est question de gagner.

Le CL2P comprend que la réalité est bien sûr la plus grande menace pour l’ethnofascisme. Car l’ethnofascisme est basé sur le pouvoir et la réalité est une manière de réagir au pouvoir. Vous dites: « C’est tout simplement faux. » Vous devez donc rendre tout le monde déstabilisé, non connecté à la vérité. Et vous devez vous représenter comme une réalité puis montrer que vous êtes plus fort que la réalité. Parce que le fascisme concerne le machisme et le pouvoir.

Le CL2P sera toujours là pour barrer la route aux Ethnofacistes parce que le CL2P reconnait que l’arc de l’Histoire est long mais il penche toujours inévitablement vers la Justice. Plus important encore, nous faisons nôtre l’idée du révérend Martin Luther King selon laquelle nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, ou nous allons périr tous comme des idiots.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P
http://www.cl2p.org 

15oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo