Camer.be
Cameroun, Présidentielle 2018: MESURES ET PROPOSITIONS DE LA COMICODI POUR CANDIDAT COURAGEUX :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : COMICODI
  • jeudi 16 août 2018 11:03:35
  • 2849

Cameroun, Présidentielle 2018: MESURES ET PROPOSITIONS DE LA COMICODI POUR CANDIDAT COURAGEUX :: CAMEROON

Dans une élection dont l’issue est connue d’avance, les candidats « dits de l’opposition », devraient au moins avoir le courage d’oser, en faisant valoir des propositions avancées, révolutionnaires et cruciales susceptibles, maintenant, demain ou après-demain, de baliser les chemins d’une véritable reconstruction, d’une renaissance voire d’une reformulation de notre destin collectif. Les réalités vécues au quotidien, les faits de société, les discours, les ambitions et les demandes et autres exigences ouvertes ou discrètes, explicites ou implicites, offrent un tableau qui autorise les indications ci-après :

(A) LES MESURES QUI NE NECCESSITENT PAS LA REVISION DE LA CONSTITUTION

1 – L’adoption du principe d’un gouvernement de 14 membres, sans secrétaires d’Etat, sans Ministres Délégués. (Sept femmes et Sept hommes)

2 - La Suppression du Tribunal Criminel Spécial, dans la mesure où rien n’empêche les tribunaux ordinaires de faire le boulot

3 – Le remplacement des Recteurs des universités d’Etat, par des Présidents élus par un collège de professeurs et d’enseignants de tous les grades en leur sein

4 – La suppression de l’examen Probatoire, une vraie connerie qui a ruiné la vie de milliers d’enfants

5 – La suppression des quotas dans les examens et concours

6 – La suppression des oraux dans les concours administratifs

7 – La suppression des Délégués du Gouvernement

8 – La suppression de toute référence ethnique ou régionale dans les documents

d’Etat civil, les documents administratifs et les discours publiques

9 – La suppression des Directeurs Généraux adjoints dans les entreprises publiques

10 – La suppression du statut de contractuel dans la fonction publique

11 – L’instauration d’un mandat de six ans maximum pour les Directeurs Généraux des entreprises publiques

12 – L’instauration d’un salaire minimum de 100.000 FCFA

13 – L’instauration d’un salaire de 300.000 FCFA pour les cadres débutant de la fonction publique

14 – Une restructuration en profondeur de l’ENAM avec une refonte radicale, de ses missions, une redéfinition de son éthique et de nouveaux critères solides pour le choix de ses dirigeants de tous les grades.

15 – La gratuité effective de l’éducation pour les cycles primaires et secondaires, y compris les frais d’examen dans les établissements publics

16 – L’application sans condition ni réserves de l’article 66 relatif à la déclaration des biens

17 – La création d’une chaîne de télévision entièrement de langue anglaise

18 – L’application effective des textes relatifs à la rotation des diplomates

19 – L’harmonisation de l’âge de départ à la retraite pour les différents corps de l’Etat

20 – La suppression des prolongations d’activité pour les agents de l’Etat ayant atteint l’âge de la retraite

21 – La création d’une Commission électorale nationale effectivement indépendante

22 – L’organisation d’un recensement honnête de la population avec une supervision internationale

23 – Le cantonnement rigoureux des militaires dans les casernes

24 – L’interdiction des hommes en tenue dans les débits de boisson, bars et autres lieux de débauche et d’extases désordonnées

25 – La fin de la sous-traitance des forces de défense et de sécurité devenue un commerce juteux pour la haute hiérarchie et dorénavant hors de contrôle

26 – La création des caisses spéciales, et l’installation des guichets appropriés dans les casernes, les services centraux ou déconcentrés des forces de défense et de sécurité. Plus question de les voir alignés en tenue dans les banques

27 – Le contrôle strict de l’utilisation des véhicules de fonction et leur interdiction absolue dans la circulation les jours non ouvrables, de même que leur interdiction sur les grands axes routiers interurbains sans ordre de mission.

28 – L’interdiction absolue aux notabilités traditionnelles de se mêler de politique

29 – La libéralisation effective des activités économiques et la fin des tracasseries contre les grands créateurs d’emploi dont nombre d’entre eux, outrés, sont obligés de délocaliser vers d’autres pays proches ou aussi loin que l’Angola et l’Afrique du sud

30 – L’institutionnalisation d’une rencontre annuelle du Chef de l’Etat avec les grands patrons nationaux, deux fois par an, pour échanger sur les grandes orientations économiques, sur l’emploi, sur la stabilité du pays, sur l’accompagnement pour la conquête des marchés extérieurs. Les grands industriels et premiers pourvoyeurs des impôts et des emplois, à l’instar de Fokou, Danpoulo, Nana Bouba et autres, ne sont presque jamais reçus en tête à tête par le Chef de l’Etat, lequel donne la priorité aux étrangers. Ils sont pourtant accueillis à bras ouverts, et avec empressement sur le tapis rouge ailleurs. Encouragements ?

(B) LES MESURES NECESSITANT LA REVISION DE LA CONSTITUTION

1 – L’organisation d’un référendum sur la forme de l’Etat

2 – L’institution d’un régime présidentiel fort à l’américaine

3 – La suppression du poste de Premier Ministre

4 – Le bannissement des notions rétrogrades d’Autochtones et d’Allogènes

5 – L’instauration du scrutin majoritaire à deux tours

6 – La fixation du mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois

7 – La fixation de l’âge des postulants à la fonction de président de la République à 35 ans minimum et à 60 ans maximum

8 – La fixation de l’âge de la majorité à 17 ans

9 – La suppression du Sénat

10 – La suppression de la Chambre d’agriculture

11 – La suppression du Conseil économique et social

12 – L’adoption du principe de la nationalité multiple

13 – L’adoption d’une parité stricte hommes/femmes pour toutes les fonctions électives et nominatives

14 – La priorisation des enfants de familles démunies dans les établissements publics

15 – L’interdiction aux personnes dont tous les enfants ont élu domicile à l’étranger,d’occuper des postes de responsabilité au sommet de l’Etat et de la République

16 – Si le peuple se prononce pour le système fédéral, il faudrait alors envisager les orientations ci-après, intervenant dans un deuxième temps de la consultation :

a) L’institution d’un fédéralisme à 20 Etats

b) La Sanaga Maritime et le Nyong Ekelle devraient former un Etat

c) Le Noun devrait former un Etat fédéré

d) Le Grand Mbam devrait former un Etat fédéré

e) Le Nord-Ouest devrait former un Etat fédéré

f) Le Sud-Ouest devrait former un Etat fédéré

g) La Lékié devrait former un Etat fédéré

h) La Mefou et Afamba et la Meou et Akono devraient former un Etat fédéré

i) Le Sud devrait former un Etat fédéré

17 – La Capitale devrait avoir un statut particulier à l’instar de la plupart des grandes capitales du monde, avec un Maire démocratiquement élu./.

Le 14 Août 2018
Le Médiateur Universel

Président de la Commission

SHANDA TONME

« Chaque fois que des gens courageux ont pensé, se sont levés, et ont osé, la science a avancé, l’humanité a fait de grands bonds, et le destin du monde a changé positivement. (Shanda Tonme)

« Celui qui n’est pas doté de convictions assez fortes, et de courage suffisamment affirmé pour porter des propositions nouvelles et des réformes audacieuses, au risque de déplaire, ne devrait surtout pas se mêler de politique » (Shanda Tonme).

16août
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo