Douala : Les limites du port reconstituées
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: Douala : Les limites du port reconstituées :: CAMEROON

La réception du rapport des travaux y relatifs s’est déroulée le 20 décembre.

Où se situent exactement les  limites  du  domaine portuaire  de  Douala-Bonabéri ? Qui empiète et est occupant  illégal  sur  les  quelque1000  hectares  sur  lesquels s’étend la zone ? C’est pour avoir des  réponses  à  ces  questions, devenues  préoccupantes  au  fil des années – en raison non seulement des besoins d’extension du port mais aussi des installations anarchiques qu’il a subies– que des travaux de reconstitution  des  limites  ont été  initiés par les pouvoirs publics.

Le rapport de ces travaux a été réceptionné le 20 décembre, parle ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières(Mindcaf),  Jacqueline  Koung  à Bessike, en présence du ministre des  Transports,  Edgard  Alain Mebe  Ngo’o,  et  du  ministre  de l’Habitat et du  Développement urbain, Jean-Claude Mbwentchou.« L’opération a pris du temps (…) mais on ne peut que se réjouir du  résultat  »,  a  déclaré  Cyrus Ngo’o,  le  directeur  général  du Port autonome de Douala (PAD),lequel a besoin que les espaces occupés à tort soient libérés.

Et souhaite  même  en  acquérir  de nouveaux,  dans  un  processus d’extension  qui  est  un des  garants de sa compétitivité. Libéré  des  convoitises,  causes de  grappillages  progressifs  de son  emprise  originelle  (fixées en 1975), le port de Douala envisage un nouveau déploiement, dont les grandes lignes ont été présentées  par  le  Dg  du  PAD  :étendre le terminal à conteneurs; créer un nouveau parc à véhicules  sécurisé  ;  aménager  des zones  d’attente  de  camions  ;créer une zone urbano-portuaire, sorte  de  tampon  entre  la  ville et  le  port,  etc. 

Dans  le  même temps, il faudra recenser les occupants effectifs de la zone portuaire, prendre les actes appropriés face aux situations de présence  illégale  (déguerpissements, annulation des titres de propriété  foncière  frauduleux, etc.), entre autres.

Dans son discours, le Mindcaf a, quant à elle, annoncé que désormais, les limites du port « seront visibles à l’œil nu ». Ceci va passer notamment par l’implantation effective de bornes et de balises matérialisant ces limites.

«  Les  projets  dont  le  PAD  est porteur sont grands consommateurs d’espaces et pourvoyeurs d’emplois  »,  dira  Jacqueline Koung à Bessike. Il faudra donc s’investir  au  maximum  pour  la sécurisation foncière, après l’opération  de  reconstitution  des  limites. Le Mindcaf va donc inviter le PAD à organiser une synergie positive avec les communautés riveraines, « pour une cohabitation  harmonieuse  ».  «  Chacun de nous a besoin de ce port »,dira encore la ministre.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo