Cameroun,Elections de base au Rdpc : Bleue Régine Tsoungui bat Grégoire Owona dans le Nyong et So’o Ouest.
CAMEROUN :: POLITIQUE

Cameroun,Elections de base au Rdpc : Bleue Régine Tsoungui bat Grégoire Owona dans le Nyong et So’o Ouest. :: CAMEROON

Malgré les manœuvres frauduleuses du ministre du Travail et de la Sécurité sociale, et secrétaire général adjoint (Sga) du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) à soutenir la liste conduite par Mme Zibi Onguené, ce dernier s’est une fois de plus vu désavoué par les militants du Nyong et So’o Ouest.

Le 08 décembre 2015, avait lieu dans la ville de Ngoamedzap, département du Nyong et So’o, région du Centre, la présentation des tendances des élections au poste de présidente de l’Organisation des femmes du rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc), dans la circonscription Nyong et So’o Ouest. A en croire des sources qui se veulent de première main, Grégoire Owona aurait tout fait pour faire élire Mme Zibi Onguené, afin de mettre sur le banc de touche, la présidente sortante de la section Ngoamedzap Ouest de l’Ofrdpc, Bleue Régine Tsoungui, par ailleurs membre suppléant du comité central du Rdpc, et ancienne députée.

Fraudes et autres manœuvres anti-démocratiques au menu

Afin de mettre en œuvre son sinistre dessein, affirme-t-on, Grégoire Owona par le biais de l’honorable Mbarga Assembe, président de la commission électorale de section, a dissout cinq sous-sections du parti de l’électorat. « Il s’agit, précise alors notre informateur, des sous-sections de Ekekam 1, Akongo Nord 1, Akongo Sud 2, Akongo Sud 3 et Ngoulngal 2, afin d’affaiblir l’électorat aux dépens de la candidate Bleue Régine Tsoungui ». Chose qui aux dires de notre source, a empêché de milliers d’électeurs de prendre part au vote devant reconduire ou éconduire Bleue Régine Tsoungui à la tête de la section Ofrdpc du Nyong et So’o Ouest.

Entre autres stratégies de fraudes orchestrées par le Sga du comité central du Rdpc, confie-t-on, le dépouillement de plusieurs sous-sections de deux ou trois de leurs comités de base. « Il en est de la sous-section d’Adzap qui admise au processus électoral, a cependant vu sa cellule rattachée à celle de Nkol-Bewoa. Les gens de la commission de vote ont interdit aux scrutateurs de Bleue Régine Tsoungui d’accéder au bureau de vite au 1er tour, de même qu’il lui avait été intimé l’ordre de rester à 100 mètres des lieux », affirme un militant qui a contacté Camer.be. Directrice de campagne de la liste Ofrdpc conduite par Zibi Onguéné, et celle Rdpc conduite par Ndzié Mveng, Mme Grégoire Owona née Constance Ngo Bell, est apprend-on, à la proclamation des tendances, arrivée à Ngoamedzap tambour battant, « avec des grosses cylindrées immatriculées Ca (Corps administratif, Ndlr) ».

Alors que toutes les tendances donnaient Bleue Régine Tsoungui en tête du scrutin, témoigne un militant, à la surprise générale, la commission de vote en la date du 08 décembre 2015, déclare Zibi Onguéné vainqueur de l’élection au poste de présidente de la section Ofrdpc de Nyong et So’o Ouest, par un score de 821 voix contre 755 pour sa rivale Bleue Régine Tsoungui à qui selon les mêmes sources, il avait été refusé de filmer les procès-verbaux. D’autres personnes contactées laissent entendre que le 08 décembre, les tendances donnaient Bleue Régine Tsoungui vainqueur de l’élection avec 1120 de suffrages valablement exprimés. « Résultats confirmés par la commission départementale », argue notre source.

Avec la contestation électorale née le 08 décembre, des informations obtenues par Camer.be laissent savoir que le scrutin a été repris dans les sous-sections de Kama Nord, Nkolombong, Tiga où Régine Bleue Tsoungui a infligé un cinglant revers à Grégoire Owona, en écrasant la liste concurrente. Ce qui au vu des élections reprises et dont les résultats ont été publiés le 23 décembre 2015, donnent Bleue Régine Tsoungui réélue à la tête de la section Ofrdpc du Nyong et So’o Ouest, avec un score de 925 voix contre 852 pour Mme ZIbi Onguéné.

Sous cape, on parle d’un acharnement sans relâche d’une quinzaine d’années de Grégoire Owona à l’endroit de Bleue Régine Tsoungui. Une source affirme que Radio Femme émettant à Mbalmayo, et dont l’épouse de Grégoire Owona se serait adjugée par la force le poste de présidente du conseil d’administration, n’est qu’un projet que Bleue Régine Tsoungui a conduit avec l’Unesco. Des mauvaises langues affirment aussi que Mme Grégoire Owona née Constance Ngo Bell qui venait de prendre sa retraite à l’Imprimerie nationale à Yaoundé, aurait pendant une vingtaine d’années, perçu un salaire faramineux sans se rendre au travail.

L’épouse de Grégoire Owona et la fameuse statue de la Réunification

D’autre part, il se chuchote que Mme Grégoire Owona ne serait pas en paix avec l’histoire de la fameuse statue de la Réunification à Buea. « Un machin en carton », selon un observateur. Une affaire qu’on dit inscrite au Tribunal criminel spécial (Tcs). Avec son entreprise Sarmetal qui fait dans la métallurgie et le carrelage, apprend-on, Constance Ngo Bell avait gagné le marché de réaliser la statue de la Réunification du Cameroun il y a quelques années à Buea, région du Sud-ouest. « Chose plus que bricolée et méprisante pour un pays de l’acabit du Cameroun », disent des détracteurs.

Au moment où nous allions sous presse, des militants Rdpc de Nyong et So’o Ouest laissaient entendre qu’au vu des manigances opérées par Grégoire Owona au sein du Rdpc, ils attendent que ce dernier leur donne le nom de son vrai parti politique. « Comment, M. Owona peut-il s’acharner contre Mme Bleue Régine Tsoungui, une militante reconnue pour son dynamisme et sa loyauté envers le parti », se demande un observateur qui affirme que Grégoire Owona qui freine tout élan de développement du coin, ne se sentirait pas peut-être comme un fils de la localité. D’où la question des uns et des autres de ce que le Sga du comité central du Rdpc veut à Bleue Régine Tsoungui.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo