CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON

CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON

CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON
CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON
« Le journalisme mène à tout », a-t-on coutume de dire. Cela est si vrai que dans notre pays, ce noble exercice peut faire de son pratiquant un ‘’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Cameroun accrédité auprès d’un Etat tiers’’. A quoi bon tous ces spécialistes aguerris et formés à grands renforts de temps et d’argent aux carrières diplomatiques, si l’on peut s’en passer en les placardant dans des cagibis de l’emblématique siège du Minrex à Yaoundé !

Le caractère tout-venant et hétéroclite qui structure désormais en quasi règle sine qua non, les rangs de la diplomatie camerounaise, peut expliquer bien des approximations, surtout lorsqu’on y rajoute les nominations souvent éternellement attendues. Ainsi, novembre 2017 vit, après une entière décennie léthargique, un mouvement présidentiel d’ampleur au sein du ministère des Relations extérieures (Minrex).  

Les services centraux, excepté la direction des affaires générales et celle des affaires d’Asie et des relations avec l’Organisation de la coopération islamique, subirent une cure portant sur les dix autres directions, voyant arriver à leur tête de nouvelles figures. Quant aux services extérieurs, quelques ambassades se virent gratifiés de nouveaux ministres conseillers et une poignée de consulats dotés de nouveaux consuls généraux. Cependant, aucun chef de mission diplomatique ne fut concerné, alors que nombre de postes étaient  vacants, voire le demeurent.

On peut donc comprendre que ce ministère offre, au regard des anachronismes renversants dans sa gestion optimale et rationalisée de ses ressources humaines pourtant souvent de qualité. Or, en diplomatie, un constat clair est constant, sans pour autant avoir préalablement été admis à l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC), sur la liste tripatouillée à ciel ouvert comme vu dans un passé pas si lointain ; ce constat est celui en vertu duquel les relations internationales, surtout bilatérales entre Etats, ne sont ni uniformes, ni homogènes. Bien au contraire, elles sont protéiformes, hétérogènes et à géométrie variable.

D’où potentiellement la formule suivante : ‘’En diplomatie, les ennemis ou adversaires de mon ami ou allié ne sont pas de ce seul fait mes ennemis ou adversaires’’. On peut dès lors appréhender ce qui pourrait apparaitre comme des paradoxes diplomatiques. Par exemple, les USA sont en même-temps le plus grand ami de l’Etat d’Israël et de l’Arabie Saoudite ; dans le même temps, la Turquie est un membre de l’Otan qui, comme on le sait, est un instrument pro américain quasi exclusif. Or, il se trouve que l’Arabie Saoudite, l’Iran et Israël ne sont pas des amis, dixit la question palestinienne et autres considérations théologiques ou géostratégiques. L’on constate néanmoins que la Palestine bénéficie du soutien iranien via le Hezbollah, ainsi que de celui de la quasi-totalité des nations arabes sunnites. Pourtant, l’Iran et l’Arabie Saoudite sont des ennemis mutuels.

Pour autant, Israël et l’Arabie Saoudite n’ont jamais signé sur cette base la moindre alliance explicite. Idem pour Israël et la Turquie, dont le duel rhétorique actuel est un bouquet d’épithètes discourtoises et provocatrices. Plus près de nous, la Turquie et Israël sont bel et bien des partenaires du Cameroun. Le récent communiqué ‘’anti Barlerin’’ servi à l’opinion camerounaise par le Minrex est un chef d’oeuvre artistique d’ignorance de ce principe diplomatique.

Nonobstant son ton et ses accents effarouchés aux antipodes de ceux du diplomate américain auxquels il faisait pourtant office de répartie, adieu le principe diplomatique de réciprocité, il a exalté la ‘’substitution’’ et la ‘’procuration d’Etats’’ dans les relations internationales interétatiques. Désormais, notre pays a inauguré à l’encontre des USA un précédent, à savoir : réagir au plan diplomatique camerounais comme si nous avions reçu une procuration syrienne ! Inquiétant !

© Quotidien Mutations : Bibou Nissack


REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Coupe nationale 2018: Canon Vs Union, le choc des 1/8ème
Coupe nationale 2018: Canon Vs Union, le choc des 1/8me
Facebook
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON
S.E. ABDOU LATIF Coulibaly Ministre de la Culture du Sénégal au Festival des Continents
évènement
CAMEROUN :: Barleringate (II) :: CAMEROON