CAMEROUN :: Ayah Ayah Abine : 140 jours de dtention arbitraire :: CAMEROON

CAMEROUN :: Ayah Ayah Abine : 140 jours de dtention arbitraire :: CAMEROON

CAMEROUN :: Ayah Ayah Abine : ?140 jours de d?tention arbitraire? :: CAMEROON
CAMEROUN :: Ayah Ayah Abine : ?140 jours de d?tention arbitraire? :: CAMEROON
Le fils de l’ancien avocat général près de la Cour suprême parle de la situation de son père et de sa propre interpellation la semaine dernière au tribunal militaire.

Pourquoi avez-vous été arrêté mercredi dernier au tribunal militaire de Yaoundé?
Le mercredi 07 juin 2017, je me suis rendu au tribunal militaire de Yaoundé accompagné de mon petit cousin. Bien avant que l’audience des leaders anglophones ne débute et avant que les détenus n’arrivent, mon cousin, à ma demande, m’a pris des photos hors du tribunal avec certaines personnalités comme le député Sdf, Joshua Osih. Subitement, des hommes de la sécurité en civil ont saisi son téléphone et ont commencé à fouiller son téléphone.

Ils ont découvert que mon cousin n’avait aucune photo des détenus parmi ces images. Durant toute l’audience, je me trouvais hors de la salle. Ils nous ont remis le téléphone et nous ont interdit de filmer les détenus. 30 minutes après, un homme en civil est revenu arracher le téléphone de mon cousin sans se présenter. J’ai été embarqué avec mon cousin alors que je venais juste le défendre. Nous avons été conduits chez le Commissaire du gouvernement qui a appelé les gendarmes. C’est comme cela que nous avons été menottés et conduits au SED.

Vous avez été interpellé et placé en garde à vue. Que vous a-t-on reproché au Sed avant de vous relâcher ?
Vers 17h30, le même jour, on nous a sortis de la cellule et un enquêteur très professionnel nous a auditionnés. C’est pendant l’audition que j’ai été informé que mon cousin a heurté les dispositions de l’article 105 et 116 du code de procédure pénale. L’enquêteur m’a fait comprendre qu’à travers ces deux articles, il est interdit de mener les opérations photographiques dans les installations militaires sans autorisation. Nous avons regagné notre cellule jusqu?au lendemain. Grâce à ma mère et à mon grand frère qui sont venus signer comme garants, nous avons été libérés et nous attendons la suite de la procédure.

Quelles ont été vos conditions de détention ?
Elles étaient tristes et déplorables. Nous étions sept dans une petite cellule d’environ deux mètres de longueur et l.5m de largeur. C’était donc impossible de passer une nuit sereine puisque tout le monde ne pouvait pas se coucher au même moment à cause de cette surface très limitée et inconfortable. On se couchait directement au sol et en série. A une certaine période de la nuit, j’étais même obligé de me priver de sommeil jusqu’au matin pour permettre à un autre jeune gardé à vue de se coucher. Les conditions sanitaires étaient aussi inquiétantes avec les mauvaises odeurs des toilettes auxquelles nous étions exposés. Je ne souhaiterais jamais qu’un citoyen camerounais se retrouve dans une telle situation après l’expérience que j’ai vécue pendant près de 30 heures.

Votre père a été appelé à faire valoir ses droits à la retraite au terme du Conseil supérieur de la magistrature du 07 juin dernier, comment cette décision été accueillie dans votre famille?
Sans surprise pour la famille Ayah puisque le verdict était connu d’avance et relayé par les medias, surtout la presse écrite, depuis le mois de Février. Donc, nous étions psychologiquement prêts à affronter cette éventualité dudit conseil depuis très longtemps. Il est important de préciser qu’en 2010 papa luimême avait demandé la retraite anticipée par écrit. Par un certain miracle dans la nouvelle dispensation, ce dossier s’est volatilisé. La retraite n’est ni une sanction, ni une punition. C’est une récompense après tant d’années de travail et de service consacrées pour sa nation. C’est un droit; un repos mérite pour le service rendu. Sauf que, le cas Ayah Paul, mon père, intervient dans un contexte particulier. Il est kidnappé par les agents du régime et mis en détention de façon arbitraire et depuis plus de 140 jours, il se trouve toujours au SED sans la moindre inculpation.

© Source : Le Jour : Propos Recueillis Par Prince Nguimbous

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
U-17: les bébés lionnes s'imposent (7-0) en amical
U-17: les bbs lionnes s'imposent (7-0) en amical
Facebook
réclame
Ruth KOTTO RACONTE SON VOYAGE DES USA by SOPIEPROD TV
évènement
CAMEROUN :: Ayah Ayah Abine : 140 jours de dtention arbitraire :: CAMEROON
actuellement sur le site