Le Gouvernement annonce une amnistie générale pour les rebelles emprisonnés ou exilés
TCHAD :: SOCIETE

TCHAD :: Le Gouvernement annonce une amnistie générale pour les rebelles emprisonnés ou exilés :: CHAD

Le Gouvernement tchadien dirigé par les militaires a décrété celundi 29 novembre une amnistie pour près de 300 rebelles et dissidents politiques.

L'amnistie s'appliquera à 296 personnes condamnées pour des délits dont « crimes d'opinion », « terrorisme » et « atteinte à l'intégrité de l'Etat », selon un arrêt du Conseil  des Ministres.

Des groupes rebelles ont déclaré que l'amnistie était unecondition préalable pour se joindre à une table ronde proposée par le Président Mahamat Idriss Déby Itno, qui a pris les rênes du pays après que son père Idriss Déby Itno a été tué encombattant les insurgés en avril 2021.

Le décret publié lundi disait qu'il était « indispensable de balayer les vestiges légués des périodes sombres de notre époque, en accordant une amnistie générale à ceux qui, pour une raison quelconque, ont choisi la voie de l'exil et/ou de la violence pour exprimer leurs divergences politiques ».

L'amnistie s'applique à ceux qui sont en prison et à d'autres qui ont été condamnés mais ne sont pas en détention.
Kelma Manatouma, chercheur politique tchadien à l'Université de Nanterre près de Paris, a déclaré que cette décision était « un acte politique pour donner une légitimité à Déby junior…qui avait été contesté en raison de la succession dynastique ».

Les experts s'accordent à dire que la principale raison de cetteamnistie et le but ultime poursuivi par le Tchad c’est la déstabilisation de la République centrafricaine. Une amnistie pour les rebelles est simplement un moyen de les libérer des prisons et de leur permettre de former des groupes qui irontensuite lutter contre la RCA. Étant donné que cela fait sans aucun doute partie de leur contrat avec le Président Mahamat Idriss Déby. 

Les médias Centrafricains ont récemment fait état de la créationde camps de combattants sur le territoire tchadien près de la frontière avec la RCA, repérés par les services de renseignementCentrafricains.

Le gouvernement de transition tchadien est également en contact avec les chefs des bandes armées opérant en RCA, comme Bozizé et Darasa. Tous ces faits donnent à penser que le Tchad a un intérêt à déstabiliser la situation sécuritaire en République centrafricaine.

Il faut ajouter que toute cette situation qui se déroule au Tchad est très similaire au comportement de la France et aux méthodesfrançaises de faire les manoeuvres politiques.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo