Affaire Sitrafer/Jacques Bimai vs Camrail du Groupe Bolloré : Un feuilleton judiciaire au pénal.
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Affaire Sitrafer/Jacques Bimai vs Camrail du Groupe Bolloré : Un feuilleton judiciaire au pénal. :: CAMEROON

Une affaire de deux ex associés qui s’est transportée dans les tribunaux. La Société Internationale des Travaux Ferroviaires (SITRAFER) et la Société Camrail concessionnaire du transport ferroviaire au Cameroun. Le conflit est plus que jamais ouvert entre les deux partenaires. Déjà, la justice pénale est interpellée au plus haut niveau. Sitrafer exige des réparations à la hauteur du préjudice.

Jacques Bimai et le collectif des avocats ont donné un point de presse à Douala. L’administrateur Directeur General de la Société Internationale des Travaux Ferroviaires (SITRAFER). Sur le banc des accusés, son associés d’hier : Camrail. Trois affaires sont pendantes dans les juridictions. Une Affaire civile concernant le retrait du marché de la banque mondiale à Sitrafer suite aux mensonges de Camrail en tant que maître d'ouvrage délégué, représentant de l’Etat. Pour l’ADG de Sitrafer « Il s'agit une affaire extra contractuelle et non, le non respect des clauses du contrat de maintenance ».

Au cours du point de presse, le Directeur de Sitrafer s’est frontalement opposé à Pascal Miny, Directeur général de la Société Camrail concessionnaire du transport ferroviaire au Cameroun et certains de ses complices qu’il traine en justice. Le faux reproché à Pascal Miny viserait à empêcher M Bimai d’ester Camrail en justice. De fait, en janvier 2020, Sitrafer et son promoteur avaient bénéficiés d’une assistance judiciaire les exemptant de payer les frais au moment de la saisine contre Camrail. A l’occasion, des déclarations « mensongères » ont été faites par Camrail pour discréditer son vis à vis pour tromper la vigilance du tribunal. Notamment en attribuant des actions à jacques Bimai dans une société tunisienne, entreprise pourtant en relation commerciale avec Camrail. Une attitude de déclarations mensongères qui a provoqué le courroux de l’ADG de Sitrafer.

En outre, l’autre Affaire pénale pour démantèlement du réseau de faux et usage de faux est pendante en justice. Le dossier remis aux journalistes évoque une autre plainte déposée à la Direction Régionale de la Police judiciaire du littoral. Deux copies de deux titres fonciers établis dans les conservations de Yabassi prétendument appartenir au Sieur Bimai. Des sources judiciaires font état de ce que la plainte déposée par Bimai suit son cours. Et que par des complicités internes à Camrail, dans la fabrication ces documents qui s’avèrent faux seront bientôt dévoilés par la justice.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo