World news CAMEROUN :: Les « microbes » n’ont plus de place :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Les « microbes » n’ont plus de place :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • crtv : Ruffin Kactcham
  • jeudi 15 octobre 2020 12:59:00
  • 1906

World news CAMEROUN :: Les « microbes » n’ont plus de place :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Les autorités administratives ont entrepris de mettre toute leur détermination afin d’enrayer le phénomène des “microbes” dans la ville de Douala

Des bandes de jeunes qui se font appeler “les microbes” tentent de tenir à respect certains quartiers de la métropole économique depuis quelques temps. En moins de deux semaines, les quartiers Cité SIC, Ndokotti et Deido ont subi le diktat de ces hors la loi. Une situation qui a amené les autorités de la ville a réagir par la fermeté. C’est une résurgence d’un phénomène dangereux, repoussé il y a peu par les populations et les forces de sécurité. Douala serait-il le foyer incandescent de cette montée de violence ?

Mode opératoire

Au commencement, des simples bagarres de jeunes, de différents blocs de quartier. Puis des expéditions punitives pour laver un affront ou régler un compte. La pratique porte le nom de “retour”, c’est le trait caractéristique des “microbes” à l’origine qui s’arrangent toujours à surprendre leurs adversaires. Simuler un footing de groupe, question d’atteindre la zone ciblée puis perpétrer des violences. Le mode opératoire des “microbes” inspire des brigands ordinaires. Cela se traduit par des agressions, des pillages et des viols et parfois des meurtres.

Les microbes jusqu’où ?

Pour l’analyste politique Dynamic Esso ” personne n’est à l’abri, il faut éradiquer ce fléau à partir de la racine. Le gouverneur de la région du littoral s’engage “Il ne sera accordé aucune clémence à ces “microbes” qui essaient de semer la terreur dans la ville de Douala”. Après les incidents de Ndokoti et Deido, 39 suspects sont pris. Et d’autres mesures fortes sont envisagées pour assurer la sécurité des populations de la région. Les populations se mobilisent en comité de vigilance pour être des relais de l’information auprès des forces du maintien de l’ordre. Aux conducteurs de moto , le gouverneur demande de ne pas être les complices de ces bandes de malfaiteurs.

15oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo