World news CAMEROUN :: HÔTELLERIE : La note salée des réquisitions :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: HÔTELLERIE : La note salée des réquisitions :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Repères : Georges SEMEY
  • mercredi 01 avril 2020 12:24:00
  • 3727

World news CAMEROUN :: HÔTELLERIE : La note salée des réquisitions :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Un dizaine de structures ont été retenues dans la capitale économique pour confinement de sujets suspects au coronavirus. 300 chambres au total qui coûteront en moyenne 5.550.000 FCFA par jour au gouvernement.

Le gouvernement a décidé de réquisitionner les hôtels de Douala et Yaoundé dans le cadre des mesures de confinement anti-Covid-19. A Douala, 10 hôtels au total ont été sélectionnés par le gouverneur du Littoral pour l’accueil de personnes à confiner d'urgence: Hôtel Onomo (89 chambres), Jet hôtel (28 chambres), Lumière Joss Bonanjo (18), Lumière Akwa (18), Beauséjour (30), Afrique hôtel (20), Akwa Palace (18), Le Château (18), l'hôtel Akéna City (24 chambres), et Saffana (37 chambres).

La mesure, bien que de santé publique, revêt un caractère inattendu pour les promoteurs hôteliers. Les hôtels réquisitionnés pour la plupart de standing deux et trois étoiles fonctionnent généralement avec des budgets moyens. Cas du petit hôtel Saffana de Douala situé près de l'aéroport international de la ville. La structure de deux étoiles peine bon an mal an à couvrir la moitié de sa capacité d'accueil évaluée à une soixantaine de chambres. Comme pour les autres places hôtelières, les responsables de l'hôtel Saffana de Douala affichent un sentiment mitigé sur les retombées financières de la réquisition :

«Nous avons pu mobiliser 37 chambres de 18.500 FCFA pour accueillir les personnes à confiner. Mais nous ne savons pas si le gouvernement va payer à temps le montant exact du service. Nous connaissons les lenteurs habituelles de notre gouvernement dans ce sens», s'est exprimé sous anonymat un responsable de cet établissement. Ce dernier marque également son inquiétude quant à l'effet financier de la mesure de fermeture des frontières sur toute l'étendue du territoire camerounais: «Avec la fermeture des frontières, nous allons forcément subir de grosses pertes. Ce manque à gagner atteindra des centaines de millions car nous ne savons pas quand la mesure prendra fin».

Prenant le cas de l'hôtel Saffana de Douala, la réquisition des 37 chambres de 18.500 FCFA coûte quotidiennement 684.500 FCFA. La facture hebdomadaire s'élèverait à 4.791.500 FCFA, et 10.267.500 FCFA pour 15 jours de impartis. Sous réserve de reconduction par l'Etat. S'alignant sur la mercuriale de l'hôtel Saffana (18.500 le jour), le service de 300 chambres coûte quotidiennement à l'Etat 5.550.000 FCFA. Par semaine, cette facture atteindra la somme de 38.850.000 FCFA, 543.900.000 FCFA au bout de 15 jours de confinement.

Certains responsables d'hôtels redoutent par ailleurs un paiement partiel des prestations fournies: «Nous avons appris que le régime de réquisition prévoit le paiement des indemnités et non du montant intégral de la prestation », confie Appolinaire D., un responsable de l'hôtel Akéna City de Douala. Bras de fer en perspective entre le secteur hôtelier et le gouvernement camerounais.

01avril
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo