CAMEROUN :: Exécution du budget 2019 : Des recettes en deçà des prévisions :: CAMEROON
CAMEROUN :: Exécution du budget 2019 : Des recettes en deçà des prévisions :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Cameroon Tribune : Aïcha NSANGOU N.
  • jeudi 02 janvier 2020 12:10:00
  • 3007

CAMEROUN :: Exécution du budget 2019 : Des recettes en deçà des prévisions :: CAMEROON

Le rapport que vient de publier le ministère des Finances indique que les objectifs n’ont pas été atteints.

Au terme du troisième trimestre de l’année qui vient de s’achever, les recettes budgétaires internes mobilisées se chiffrent à 2439,7 milliards de F. Même si elles sont en augmentation de 56,7 milliards par rapport à la même période en 2018, elles sont en deçà des prévisions fixées au début de l’année 2019 à savoir 2662,3 milliards de F. Dans les détails, les recettes pétrolières auront été au top de leur forme. Sur une prévision de 379,6 milliards, ce sont 431,7 milliards qui ont été mobilisés. Les recettes non pétrolières par contre se sont moins bien comportées. Par rapport aux 2282,7 milliards de F attendus, il y a eu un gap de 274,7 milliards, soit un taux de réalisation de 88%.

Cette contre performance est justifiée par « le ralentissement de l’activité économique dont le taux de croissance est en dessous de celui retenu lors du vote de la loi de finances, et qui se manifeste par le recul du chiffre d’affaires des grandes entreprises », lit-on dans le rapport. Quant à la sous réalisation en recettes non fiscales, elle s’explique en partie « par le retard enregistré dans la régularisation budgétaire des recettes affectées de l’éducation et de la santé durant la période sous revue », indique le document.

Le rapport relève par ailleurs que la conjoncture économique actuelle continue d’impacter les mesures mises en œuvre pour combler le gap du recouvrement des recettes non pétrolières. S’agissant des emprunts et dons, ils s’élèvent à 1345 milliards contre 1015,4 milliards de prévisions. La hausse est justifiée d’après le ministère des Finances par l’amélioration de la capacité d’absorption des financements extérieurs, et des émissions importantes de titres publics sur le marché monétaire de la Beac. Au cours de la période étudiée, on observe que les dépenses courantes (dépenses de personnel, biens et services, transferts et pensions) se situent à 1732,4 milliards de F, loin des 2451 milliards prévus pour l’année. Parlant des dépenses d’investissement, elles sont de 903 milliards, beaucoup moins que les 1010 milliards à la même période en 2018.

Avant de donner ces indicateurs, le ministère des Finances précise les paramètres qui ont influencé l’exécution de ce budget durant les neuf premiers mois de 2019 aussi bien dans la mobilisation des ressources que dans l’exécution des dépenses. Ce sont le ralentissement de l’activité économique nationale, l’adoption d’une loi de finances rectificative, le remplacement de l’emprunt obligataire prévu sur le marché financier par trois émissions réussies d’obligations du trésor assimilables (OTA) sur le marché monétaire de la Beac. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). On parle aussi de l’approbation du dossier du Cameroun par le FMI à l’issue de la quatrième revue, des préparatifs du grand dialogue national et de la veille sécuritaire dans les régions en crise.

02janv.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo