SÉNÉGAL :: Impossible de visiter la maison des esclaves au Sénégal sans couler les larmes :: SENEGAL
SÉNÉGAL :: Impossible de visiter la maison des esclaves au Sénégal sans couler les larmes :: SENEGAL
 
SÉNÉGAL :: SOCIETE
  • Camer.be : H.S de retour de Gorée
  • lundi 29 juillet 2019 13:08:00
  • 2577

SÉNÉGAL :: Impossible de visiter la maison des esclaves au Sénégal sans couler les larmes :: SENEGAL

Quand on visite la Maison des Esclaves , édifice historique situé sur l'île de Gorée, à Dakar au Sénégal, il est difficile de retenir ses larmes aux yeux
Cette maison des Esclaves daterait de l'année 1776. On arrive à Gorée après une traversée de vingt minutes au départ du port de Dakar.

Cette Maison des Esclaves est située dans la rue Saint-Germain, sur le côté est de l’île. Voici trois siècles, le centre mondial du commerce des esclaves.

Le guide (Joseph N'Diaye) vous montre un rez- de- chaussée composé de caves, lugubres et humides. Une salle de pesage. La salle des hommes ( 2,60 mètres de côté), puis celle des femmes et des enfants. Une cellule pour « inaptes temporaires », c'est-à-dire pour les hommes ne pesant pas soixante kilos : « Il fallait les engraisser, explique le guide. On les nourrissait de haricots farineux » . Les cachots, étroits et au nombre de deux, placés en recoins sous les escaliers menant au premier étage...Enfin, la « porte du voyage sans retour » , un sombre couloir traversant les soubassements de la maison sur quelques mètres avec, à son extrémité et dominant l'immensité, un porche ouvrant sur la mer. « Une longue passerelle en bois de palmier, menait jusqu'au bateau qui attendait un peu au large. Les esclaves devaient marcher jusqu'à l'extrémité de cette passerelle pour monter à bord du navire qui les emporterait au bout du monde.

Parfois, certains tentaient de fuir et se jetaient à l'eau. Ils étaient dévorés par les requins. » Accroché à un mur, un mot signé du conservateur, Joseph N'Diaye : « De cette porte, pour un voyage sans retour, ils allaient les yeux fixés sur l'infini de la souffrance. »

« De 1536 au milieu des années 1800, de quinze à vingt millions d'esclaves ont transité par Gorée. Six millions sont morts. »

29juil.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo