Les fantômes de Bouteflika et El Bechir continuent de hanter le Cameroun :: CAMEROON
Les fantômes de Bouteflika et El Bechir continuent de hanter le Cameroun :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA
  • Camer.be : Ben BATANA
  • mercredi 17 avril 2019 11:20:00
  • 11693

Les fantômes de Bouteflika et El Bechir continuent de hanter le Cameroun :: CAMEROON

L’actualité du départ de Bouteflika d’Algrie et El Bechir du Soudan fait la résistance au Cameroun.

Du coup, la question de l’alternance à la tête de l’Etat a refait surface sur les plateaux de télévision, les lieux publics et dans les villes et villages. Le Cameroun a-t-elle des institutions fortes pour assurer une transition pacifique ? Les avis sont partagés en fonction de la position politique. La Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir et ses affidés sont peu disert « Paul Biya est le seul gage de la paix et la stabilité au Cameroun »

Et puis, le Cameroun « est doté d’institutions pour mener à bien une transition démocratique » Pour l’opposition politique avec le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) qui revendique la victoire à la présidentielle d’octobre 2018, « toutes les institutions sont inféodées au RDPC au service d’une seule personne : Paul Biya ». Bien plus, les conditions d’un contre-pouvoir véritable sont viciées au Cameroun.

La presse quant à elle continue d’alimenter le débat. A la lumière des départs de Bouteflika et Algérie et El Béchir du Soudan. Pour le Journal Epervier, la déstabilisation du Cameroun ne viendra pas de l’Etranger parce que « Le Cameroun n’est pas le Soudan encore moins l’Algérie ». Non sans pointer le doigt accusateur sur « Les Américains affichent leur vraie position sur le régime de Paul Biya à travers le diplomate Tibor Nagy »

Bien plus, El Béchir est un chef de guerre « Au Soudan, le président Omar El Béchir a pris le pouvoir par les armes et a été condamné par la CPI pour crime de guerre » Alors que Paul Biya est un président élu au suffrage universel « Paul Biya pour sa part a été élu démocratiquement » et n’a jamais cautionné l’usage de la violence au Cameroun.

Avec au finish, la question lancinante, partagées par une partie de l’opinion : Pourquoi les Américains mettent sur un même piédestal la situation du pouvoir au Soudan et au Cameroun ?

17avril
Lire aussi dans la rubrique MéDIA

canal de vie

Vidéo