CAMEROUN :: DROGUES ET ALCOOLS EN MILIEU JEUNE : Paul Biya lance la croisade :: CAMEROON
CAMEROUN :: DROGUES ET ALCOOLS EN MILIEU JEUNE : Paul Biya lance la croisade :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE CAMEROUN :: DROGUES ET ALCOOLS EN MILIEU JEUNE : Paul Biya lance la croisade :: CAMEROON
  • Repères : Jean Robert FOUDA
  • mercredi 13 février 2019 09:43:00
  • 1154

CAMEROUN :: DROGUES ET ALCOOLS EN MILIEU JEUNE : Paul Biya lance la croisade :: CAMEROON

La question relative à la prolifération des stupéfiants en milieux jeunes occupe une place centrale dans le discours prononcé le 10 février à Yaoundé, par le président de la République, à l’occasion de la 53è édition de la fête nationale de la jeunesse.

La consommation des drogues et alcools par les jeunes atteint des proportions inquiétantes au Cameroun. Au point d’attirer l’attention de la plus haute autorité de l’Etat. Paul Biya, dans son discours à la nation, le 10 février 2019, veille de la 53e fête nationale de la jeunesse, s’est montré particulièrement incisif face à ces fléaux. «Il vous faudra aussi ne pas céder au désoeuvrement qui peut conduire à de mauvais comportements, tels que la délinquance, la consommation abusive d’alcool et de drogues», a-t-il déclaré.

Un appel au sommet qui sonne à la fois comme un engagement personnel du chef de l’État, mais encore vient donner l’onction à tous les efforts d’éradication du phénomène de consommation de la drogue et des alcools en milieux jeunes, engagés par les pouvoirs publics depuis des années. Même si le président se dit préoccupé par les questions liées à l’emploi, la sécurité et la bonne gouvernance, il reste que drogues et alcools sont ses principales cibles. «Le gouvernement devra prendre des mesures urgentes pour mener un combat sans merci contre ces fléaux qui minent notre jeunesse et qui, à terme, menacent l’avenir de notre pays», a martelé Paul Biya.

Les inquiétudes du chef de l’Etat sont compréhensibles. Selon Anatole Maïna, coordonnateur du secrétariat technique du Comité interministériel de lutte contre la culture et le trafic des stupéfiants, organe créé sur instruction du président de la République, plus de 12 000 jeunes scolarisés, âgés de 13 à 15 ans, consomment du cannabis. «C’est la drogue dure la plus consommée par la jeunesse, devant le tramadol», précise-t-il dans les colonnes du quotidien InfoMatin. L'info claire et nette. Les spécialistes indiquent que ces chiffres ont explosé au cours des deux dernières décennies. «Au début des années 2000, on avait fait le constat que 20% de drogués étaient des enfants de la tranche d’âge de 17 à 20 ans. Le phénomène va grandissant et s’il n’y a pas une bonne prévention, il y a à craindre que tous nos enfants soient exposés», s’inquiète Dr Flore Ndembiyembe, présidente de la Coalition nationale de lutte contre le tabac.

En plus des drogues, les jeunes sont accrocs aux alcools. L’ampleur de ce phénomène a été révélée en 2017, par LV Next Century. Ce cabinet basé à Paris classait le Cameroun au premier rang des pays consommateurs de boissons alcoolisées en Afrique centrale et de l’Ouest (derrière l’Afrique du Sud, premier africain). Le classement a été obtenu sur la base des chiffres fournis par les principales sociétés brassicoles dans les différents pays du continent. Véronique Da Costa, directrice fondatrice associée au cabinet LV Nextcentury explique qu’en 2016, les Camerounais (diaspora non comprise) ont ingurgité environ 6 600 000 hectolitres d’alcool (soit 660 millions de litres, importations comprises). Selon le même rapport, en moyenne, un Camerounais consomme 36 litres de boisson alcoolisée par an.

C’est bien la preuve qu’ils ont trouvé dans la consommation effrénée des boissons alcoolisées et des drogues, un véritable exutoire à leur mal vivre. La plus haute autorité de l’Etat a donc décidé de réagir.

13févr.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo