Cameroun,Crise anglophone: NORD-OUEST: Destruction des personnels et des biens :: CAMEROON
Cameroun,Crise anglophone: NORD-OUEST: Destruction des personnels et des biens :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Cameroun,Crise anglophone: NORD-OUEST: Destruction des personnels et des biens :: CAMEROON
  • Repères : Géraldine IVAHA
  • mercredi 06 février 2019 15:08:00
  • 3233

Cameroun,Crise anglophone: NORD-OUEST: Destruction des personnels et des biens :: CAMEROON

La crise a conduit au déplacement de plus de 126 personnels de santé, au meurtre 2 infirmières, à l’enlèvement d'un médecin, de cinq infirmières et d'un préposé en pharmacie. Les infrastructures ont également été vandalisées.

Population estimée à 2 212 633 habitants répartis sur une superficie totale d'environ 17 300 km2. La région compte 1 hôpital régional, 16 hôpitaux de district, 10 hôpitaux confessionnels, 380 établissements de santé (50% publics, 35% confessionnels et 15% privés à but lucratif), selon Dr. Kingsley Che Soh médecin de santé publique.

Dans un exposé présenté aux autorités camerounaise et à la communauté internationale en novembre 2018 intitulé « Performances du secteur de la santé dans la région du nord-ouest en 2018, situation d’une crise socio-politique, appui des partenaires, des défis et une voie à suivre ».

Selon la délégation régionale de la Santé pour le NordOuest l’exacerbation de la crise au cours des mois de septembre et octobre 2018 a conduit au déplacement de populations dans 15 districts de santé sur 19 ; au déplacement de plus de 126 personnels de santé dans 40% des districts de santé notamment à Batibo, Njikwa, Benakuma, Wum, Ako, Nwa, Kumbo Est et Oku.

La région a été le théâtre du meurtre 2 infirmières dans le district sanitaire de Mbengwi. Il y a eu l’enlèvement d'un médecin, de cinq infirmières et d'un préposé en pharmacie. Libéré plus tard après le paiement d’une rançon.

Les infrastructures ont également été touchées.

L’on déplore la destruction des bâtiments de 14 établissements de santé ; la destruction de matériel dans 17 établissements ; la saisie de motos par des séparatistes de 6 établissements de santé du district sanitaire de Bafut. Ces exactions ont eu pour conséquences la limitation du mouvement des personnes et de moyens de transport. Il y a eu instauration des villes fantômes, des couvrefeux, des routes obstruées et ponts détruits. Sur les populations, il y a également un impact. Elles sont désormais confrontées à la pauvreté, étant dans l’incapacité de récolter et de commercialiser des cultures, ni de mener à bien les activités des entreprises qui sont devenues très instables.

De ce fait, il y a eu un déficit dans la demande de services de santé. Quand bien même certains clients se rendaient à l’hôpital, les personnels déploraient l’accumulation des factures impayées dans les établissements de santé. Rendu au milieu du mois de novembre 2018, c’était des impayés pour un montant d’environ 10 000 000 FCFA. En réponse pour essayer de remédier à tout cela, le Ministère de la Santé publique s’appuie sur ses 4 principaux programmes : Promotion de la santé, Prévention des maladies, gestion de cas et gouvernance et soutien institutionnel.

PROPOSITIONS DE SOLUTION

En ce qui concerne la planification familiale, il est question de s’assurer qu'au moins 80% des établissements de santé proposent une méthode de planification familiale injectable ; S'assurer qu'au moins 50% des établissements de santé proposent une méthode de planification familiale à long terme.

Il est également prévu la formation du personnel de santé sur la planification familiale. L'Etat a également misé sur la prévention de la maladie avec pour objectif augmenter la couverture de près de 7% (de 78% en 2017 à 85% en 2018) pour vacciner les nourrissons et prévenir l'apparition d'épidémies ou d'épidémies

Aussi des interventions ont été faites. Telles que la vaccination de routine quotidienne et hebdomadaire des enfants âgés de 0 à 11 mois sur des sites fixes permanents, poste de vaccination de proximité créé, ou encore la recherche de cas de perte de suivi dans 5 districts sanitaires.

La communication en faveur de la vaccination au niveau des centres de santé et de la communauté a aussi prévue d’être accentuée.

06févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo