Camer.be
Cameroun, Remaniement: Des militants Rdpc de l’Adamaoua en colère :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Quotidien Mutations : Jacques Kaldaoussa
  • lundi 14 janvier 2019 08:55:00
  • 1483

Cameroun, Remaniement: Des militants Rdpc de l’Adamaoua en colère :: CAMEROON

Mercredi 09 janvier dernier, des militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) de Ngaoundéré ont organisé une marche de soutien à travers les artères de
la ville. Cette marche a été initiée par le richissime et membre du bureau politique du parti au pouvoir, Aladji Mohamadou Abbo.

C’était aux fins de remercier Paul Biya pour le maintien au gouvernement du secrétaire d’Etat auprès du ministre des Forêts et de la Faune, Koulsoumi Aladji Boukar, et la nomination de Mohamadou Moustafa comme secrétaire général adjoint à la présidence de la République. Une poignée de militants gonflés par d’opportunistes, de mototaximen et de badauds ont ainsi battu le pavé de la permanence du parti jusqu’aux services du gouverneur où ils ont déposé une motion de soutien à l’intention de Paul Biya.

Cette marche a cependant été fustigée par bon nombre de militants Rdpc de la région qui l’ont qualifiée de mascarade. Ils ont vertement critiqué l’attitude du chef de la délégation régionale permanente du parti pour l’Adamaoua, au motif que cette marche est inopportune parce qu’elle intervient au lendemain de l’éviction du seul ministre de la région du gouvernement, à savoir le ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics, Abba Sadou, débarqué lors du réaménagement du 4 janvier dernier. « Le seul ministre que nous avions vient de nous être retiré. Et quelqu’un initie une marche pour faire des remerciements ? C’est une pure comédie. On a comme l’impression que par cette initiative maladroite, Aladji Abbo célèbre la déchéance d’Abba Sadou », analyse une élite du Mayo-Banyo dont est originaire l’ex-ministre.

Pour Mohamadou Abdoul Bagui, cacique du Rdpc, « c’est une marche de la honte. Nous devons respecter les sentiments d’amertume et de tristesse de nos populations qui seront appelées à nous élire demain ou à élire le président de la République qui a viré le seul ministre de la région.

Tandis qu’ailleurs, des départements entiers ont plus de trois ministres ». La colère des militants inonde également les réseaux sociaux.

14janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo