ACCIDENT FERROVIAIRE D’ESEKA : Me Thomas Dissake saisit Paul Biya
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: ACCIDENT FERROVIAIRE D’ESEKA : Me Thomas Dissake saisit Paul Biya :: CAMEROON

Suite à la disparition de son épouse, la notaire Me Dorette Dissake, l’époux éploré qui reste sans nouvelle, ni réponse en dépit des multiples démarches entreprises auprès du Premier ministre, du ministre de l’Administration territoriale, du ministre de la Santé publique et de la direction de Camrail; a entrepris d’écrire au chef de l’Etat. 

La correspondance de Me Thomas Dissake Kwa est datée du 04 septembre 2017. Il y fait part de sa détresse ainsi que celle de sa famille, depuis onze mois au chef de l’Etat Paul Biya. «J’ai l’honneur de revenir auprès de votre haute autorité en tant que la seule personne dont l’intérêt pour la disparition de mon épouse née Enangué Njoh Dorette, peut permettre de savoir le sort qui est le sien depuis sa disparition dans la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 à Eseka dans le Nyong-et-Kelle», écrit Me Dissake. 

Lequel par la suite exprime le désarroi des siens et celui de la famille biologique de son épouse. «Onze mois après ce drame, cette disparition, moi-même, la famille et des amis ne comprenons rien sur une telle disparition». Pour cet avocat au Barreau du Cameroun, il est important pour lui de savoir si son épouse est décédée dans l’accident d’Eseka. Dans ce cas, que le corps lui soit remis. Si elle a été inhumée sur le lieu de l’accident, que cela lui soit prouvé. Me Dissake n’exclut pas l’hypothèse que son épouse dont il est sans nouvelle, soit retenue quelque part.

S’il dit sa détermination à savoir ce qu’il est advenu de Me Dorette Dissake, il s’insurge surtout contre les silences et les murs auxquels il fait face depuis onze mois. C’est ainsi qu’en date du 06 janvier 2017, Me Thomas Dissake écrivait au directeur général de Camrail de l’époque, Didier Vandenbon. «M. le directeur, il y a plus de deux mois que la catastrophe ferroviaire d’Eseka a eu lieu. Elle reste encore fraiche dans toutes les mémoires dont la mienne et toute la famille, les amis de mon épouse. Mon épouse étant portée disparue dans cette catastrophe, je vous ai saisi par plusieurs correspondances. Vous avez fait le choix du silence comme mode de communication», déplorait alors l’inconsolable époux. Qui exhortait le directeur général de Camrail à remettre sa lettre de démission «(…) M., démissionnez de Camrail».

PREMIER MINISTRE

L’auteur de la correspondance trouvait alors le silence de Camrail incompréhensible. «J’ai oublié que ce sont des Camerounais, des Africains et un ou deux Européens qui ont perdu la vie dans cette catastrophe, catégories humaines qui n’ont droit à aucun respect. (…) Vous, les fondateurs de l’histoire figée des peuples d’Afrique. Pourquoi s’excuser ou répondre à une lettre qui vous dérange ? Malheureusement, je ne cesserai de vous importuner jusqu’à ce que vous me disiez où est passée mon épouse depuis le 21 octobre 2016», s’étranglait Me Dissake qui allait au fil des mois écrire au Premier ministre Philemon Yang.

«M. le Premier ministre, (…) je pense que la recherche de mon épouse nécessite aujourd’hui des moyens techniques très élaborés. N’est-il pas possible dans le cadre d’une assistance humanitaire de solliciter des services spécialisés de recherche de personnes disparues en pareille circonstance ?», interrogeait Me Dissake dans sa correspondance du 19 juin 2017. 

Demandant à savoir ce qui a été fait par le gouvernement et les pouvoirs publics pour que son épouse soit retrouvée, il avouait au Premier ministre que «le silence qui couvre d’éventuelles recherches, est lourd» pour lui, la famille et les amis. Avant la lettre qu’il a dressée au Premier ministre au cours du mois de juin, Me Dissake avait déjà saisi Philemon Yang le 11 avril.

Quelques jours après une entrevue entre les deux hommes sur le même sujet. Il avait alors eu l’occasion de dire au PM qu’il n’a pu recevoir les réponses à son courrier adressé au ministre de la Défense, au délégué général à la Sûreté nationale et au ministre de la Santé publique. Pas plus qu’au ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo