Election Gabonaise : Voici comment Ali Bongo a fraudé
Election Gabonaise : Voici comment Ali Bongo a fraudé
 
GABON :: POINT DE VUE
  • Camer.be : Yannick Ebosse
  • vendredi 02 septembre 2016 10:16:38
  • 40846

Election Gabonaise : Voici comment Ali Bongo a fraudé

Le Président en exercice du Gabon vient de faire proclamer les résultats par la CENAP acquise en sa faveur. En mettant le Gabon à feu et à sang Ali Bongo pense pouvoir maitriser la situation comme il y a 7 ans face à Mba Obame qui l’avait également battu.
 
La présidentielle vient de s’achever et le constat général fait état d’une forte abstention des gabonais qui n’ont voulu choisir ni le choléra ni la rage. Mais ceux ayant choisi de voter comme il y a 7 ans savent bien que la sanction du nom « Bongo » auraient permis même à un arbre peint aux couleurs du Gabon de gagner face au candidat Ali Bongo.  
 
D’après des témoignages venant de plusieurs acteurs du processus électoral gabonais, avant la prise en compte des résultats de la région du Haut Ogooué le candidat Jean Ping possédait une avance considérable de plus de 50 000 voix. Ali Bongo ainsi distancé avait concocté son plan de fraude depuis belle lurette avec l’enregistrement dans sa région d’origine de 71 123 personnes inscrites sur les listes électorales selon les chiffres obtenus auprès de la liste électorale biométrique. Hors ces inscrits variant tout au long du processus à savoir dans les procès verbaux et les fiches du Ministère de l’Interieur gabonais (71 740 inscrits par ci ou encore 71 677 votants par là à la proclamation des resultats) démontrent à suffisance qu’il y a eu complot contre la population.

D’après les explications d’observateurs sur la terrain, ces chiffres effarants de la région du Haut Ogooué avait presque triplé ses effectifs par rapport à l’élection passée de 2009 lors de laquelle cette même région avait donnée la victoire à Ali Bongo contre le candidat Mba Obame avec un score de plus de 90% de suffrages  valablement exprimés.

Face à Jean Ping, le Haut Ogouè offre ainsi 95,46% de voix sur les 71 677 votants au terme du processus d’après les chiffres du ministère de l’intérieur gabonais. Un score nécessaire pour rattraper et légèrement traverser au poteau Jean Ping, d’après les partisans d’Ali Bongo et le Ministère de l’Interieur. Hors ayant effectué dans la précipitation les tripatouillages nécessaires pour faire gagner au forceps Ali, le ministère de l’interieur n’a pas pu tromper la vigilance du camp de Jean Ping qui, depuis dimanche proclame sa victoire car ayant enregistré dans les autres régions et autres bureaux de vote plus de 50 000 voix d’avance sur son challenger principal.

Devant lors, la crise postélectorale qui fait suite à ces résultats proclamés pose le premier questionnement qui se trouve au niveau de l’arrivée assez tardive des résultats et procès verbaux des élections venant de la région du Haut Ogooué. Ensuite, quelques incongruités doivent être relevées à savoir le taux d’abstention révélé qui atteindrait environ 400 dans toute la région alors que les chiffres revisités font état de plus de 2 000 abstentions. Où a-t-on voté pour faire le différentiel ? Malheureusement pour le candidat Ali Bongo, les PV qui attestent de cette fraude sont possédés par le candidat Jean Ping qui réclame jusqu’ici le recomptage des votes bureau par bureau afin de se rassurer qu’aucune fraude n’a été faite comme l’affirme Ali Bongo et ses alliés.

Mba Obame mort en martyr

Fallait-il que l’ancien opposant et populaire Mba Obame meurt sur la route de la présidence gabonaise pour assagir les opposants gabonais ? D’après des sources, l’erreur qu’avait commise Mba Obame avait été d’accepter de présenter ses recours devant la Cour Constitutionnelle où trônait encore Rose Rogombé ; une cacique du clan Bongo. Cette dernière dans une mascarade et usant des prérogatives que lui confère la loi avait feint de faire un travail de recomptage pour revenir quelques jours après proclamer avec les même éléments la victoire d’Ali  Bongo. Heureusement pour les Gabonais, le crime ne restera pas parfait plusieurs mois après, les services spéciaux français vont ainsi dévoiler les vrais resultats qui donnaient Mba Obame gagnant et Ali Ben Bongo venant en troisième position. Dans un remords profond Mba Obame va faire une première crise. Evacué en Europe, l’opposant n’aura plus une santé bonne jusqu’à son décès. Pourquoi ses conseillers lui  avait-il demandé de faire un recours à la Cour Constitutionnelle sachant qu’elle était acquise en la faveur des Bongo ? Mort en « martyr » Mba Obame semble inspirer Jean Ping désormais et l’opposant n’a jamais parlé de faire un quelconque recours auprès de la Cour Constitutionnelle.

Le syndrome ivoirien en veille

Depuis la journée d’hier l’on enregistre déjà des échanges de coups de feu venant d’hommes non identifiés qui ciblent des militaires et force de maintien de l’ordre. Certaines sources qui parlent d’un début d’affrontements qui n’est anodin et de l’enlisement de la situation, relèvent sans le prouver que le Cameroun aurait joué un rôle important dans la sécurisation de deux villes gabonaise à savoir Port Gentil et Libreville. Toujours d’après nos sources quatre camions ayant à bord des militaires camerounais entassés à franchi vendredi (un jour avant vote) la frontière pour sécuriser les citoyens et n’auraient pas encore rebroussés chemin depuis lors.   
 
Après l’incendie de l’Assemblée Nationale et de la télévision gabonaise, le calme apparent revenu dans plusieurs villes prépare très certainement une déferlante violence qui aboutira à la contestation du pouvoir d’Ali Bongo dans les jours prochains. Jean Ping comme avec la méthode de Ouattara continue à glaner les soutiens nécessaires à l’international avec la prise de position des USA, de la France et de l’UE qui englobe l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, etc.

02sept.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo