Camer.be
AFRIQUE :: Le racisme dont sont victimes les Noirs dans le monde n’est pas surtout lié à la noirceur de cette peau :: AFRICA
AFRIQUE :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Léon Tuam,Activiste des Droits Humains et écrivain
  • vendredi 13 novembre 2015 12:00:20
  • 45320

AFRIQUE :: Le racisme dont sont victimes les Noirs dans le monde n’est pas surtout lié à la noirceur de cette peau :: AFRICA

La résorption de la question raciale dont sont victimes les peuples noirs partout dans le monde est une nécessité et même une condition sine qua none pour la paix mondiale, la survie, le rayonnement et la vie dans la dignité de ceux-ci. Pour cette situation d’humiliation qui perdure, la solution péremptoire viendra pourtant uniquement de cette race et non d’ailleurs.

1-La situation des Noirs hier et aujourd’hui

De tous les peuples de la planète-terre racialement répartis, les peuples noirs sont ceux qui ont connu, reçu, vu et bu depuis des siècles le plus de violences, le plus de rejets, le plus de souffrances et humiliations. Ça continue, et des victimes ici et là croient qu’à coups de discours et de dénonciations ceci va s’arrêter demain. Quelle erreur !

Malgré les combats individuels et collectifs ardus et lourds de conséquences qu’a menés cette race depuis des siècles, malgré l’immense volume des textes consignés dans des lois des pays et organismes internationaux qui punissent durement la discrimination raciale, les Noirs sur leur chemin partout continuent de l’avoir comme pain quotidien.

Ils ont beaucoup donné au monde dans la paix, le respect et la foi en la sincère concorde des Humains. Ils ont beaucoup donné au monde, en Afrique, en Europe et en Asie en passant par l’Amérique, mais ils n’ont rien reçu comme attention en retour. Ils ont aidé, ils ont créé, ils ont inventé. Mais ils ont été et sont encore partout des ponts pour l’éclosion et la puissance des autres.

Ce racisme est une question très sérieuse, une pratique aux effets attentatoires aux libertés individuelles et collectives et à l’épanouissement de ses victimes qu’il convient de réexaminer sous tous les angles en se demandant pourquoi les luttes âpres que leurs devanciers ont menées et celles qui se mènent encore ces jours-ci n’ont toujours pas eu raison de ce monstre.

2-Les Noirs seraient les premiers responsables du racisme qu’ils vivent

La première idée serait que les victimes (les Noirs) dans leurs luttes contre le racisme n’ont pas le plus souvent essayé de se comprendre et de comprendre leur situation d’abord avant d’agir, et par conséquent cela a entraîné tous leurs efforts et actions dans des eaux profondes vides.

La deuxième idée serait que les Noirs dans leurs efforts de faire cesser cette discrimination adoptent des comportements un tantinet puéril face à un monde cynique, sadique et sarcastique dépêtré de toute humanité. Or, les Noirs commettent une erreur très grave en croyant que le monde peut les comprendre et les aider. Non, ces victimes doivent compter sur elles-mêmes.

La troisième idée serait que cette question raciale dont sont victimes les Noirs dans le monde est souvent entourée et abordée avec trop de passions négatives, de dispersions régulières, de divisions égoïstes pérennes et de trop d’émotions qui si souvent inhibent la raison et les sortent du vrai chemin qui mènerait a la victoire certaine.

3-La race noire peut et doit pourtant arrêter ce racisme dirigé contre elle.

*Le premier constat est que les Noirs d’abord ne s’aiment pas. Sur ces entrefaites, ils tendent aux autres le fouet avec lequel on va les flageller, les fragiliser et les humilier tout le temps. C’est un fait. C’est quelque chose qui s’est avéré partout où vivent les Noirs.

Ceux des Noirs vivant sur le continent africain savent que les uns très facilement vendent leurs frères et sœurs à une race étrangère pour des prunes. Politiques, autorités économiques ou religieuses, ouvriers et simples citoyens, n’ont pas de remords à faire anéantir leur pays et leurs semblables par d’autres races. Il y a trop de haines entre les Noirs.

Il en est de même pour ceux des Noirs vivant en Europe, en Asie, en Australie ou en Amérique. Ils se détestent et aiment à la folie les autres races. Ils se laissent utiliser pour détruire leur propre race. Et le plus souvent ils s’offrent, ils se proposent pour faire ce sale boulot contre leurs frères et sœurs. Ceux qui lisent ces lignes ont (j’en suis certain) des exemples et d’histoires là-dessus à produire des volumes de livres. Aux Etats-Unis, c’est plutôt pire.

*Les Noirs doivent apprendre non seulement à s’aimer, mais aussi et surtout à regarder tous ensemble dans la même direction, à s’unir et s’unir surtout autour des grands projets sociaux, économiques, politiques, culturels et spirituels susceptibles de les armer et de les libérer définitivement des humiliations et préjugés de toutes sortes déversés sur eux.

Ce racisme qui s’abat sur les Noirs partout dans le monde n’est ni une malédiction ni une fatalité ni un traitement dû essentiellement à la noirceur de cette peau. La raison profonde de cette discrimination contre les Noirs est ailleurs.

Les condamnations, les marches de protestation et discours sur le racisme contre les Noirs dans le monde ne feront jamais disparaitre ou même reculer celui-ci. Les autres races ont définitivement conclu que les Noirs sont des êtres facilement manipulables, incapables de grandes réalisations, des faibles, des sous-humains et par conséquent doivent être discriminés et humiliés.

Ce sont ces préjugés jetés sur les peuples noirs à tort ou à raison qui font que le racisme frappe les Noirs partout dans le monde, y compris leurs plus grandes références intellectuelles, culturelles, artistiques, culinaires ainsi que celles des affaires. Et sûrement, que valent quelques nappes d’eau dans le vaste monde désertique que constituerait la race noire !

Le grand réveil de l’Afrique mettra fin à ce problème racial auquel se confrontent partout dans le monde les Noirs. La solution à la discrimination raciale contre les Noirs passera certainement par l’érection de l’Afrique ou de l’Afrique noire comme une puissance forte et respectée dans le monde.

C’est pourquoi l’union, l’amour et l’entente entre les forces ou les intelligences noires disséminées dans le monde sont un impératif et une nécessité dans la naissance d’une grande puissance africaine, la libération et l’affirmation des peuples noirs partout. C’est ce qui forcera les autres races de la terre à respecter le Noir.

Quand l’Afrique et surtout l’Afrique noire se réveillera et rugira fort, quand elle s’appropriera les sciences et les technologies de pointe, quand elle pourra avoir ses grandes sidérurgies, ses propres machines agricoles fortes, ses propres automobiles et locomotives, ses propres navires et sous-marins et avions, ses propres satellites et Internet, le racisme contre les Noirs deviendra un vieux lion édenté et amorphe.

Et quand l’Afrique pourra contrôler et défendre avec ses propres armes et engins ses frontières maritimes et aériennes et protéger ses populations, quand elle pourra se constituer en un vaste marché pour elle-même, quand elle pourra transformer elle-même ses nombreuses richesses et produire massivement et consommer et en exporter, le racisme contre les Noirs s’effacera, les Noirs des Amériques, d’Asie, d’Europe et d’Australie connaîtront des jours nouveaux alimentés par le respect, l’égalité et la dignité.

C’est de la nouvelle Afrique forte et scintillante du nord au sud et de l’est à l’ouest que viendra le salut définitif et le respect du Noir de New York, de Londres, de Leipzig, de Pékin, de New Dehli, de Sydney, de Toronto, de Paris, de Moscou, de Leibnitz, etc. Tout dépend du courage des peuples noirs, et aussi de la volonté politique de leurs politiques. C’est notre modeste regard sur le comment les peuples noirs se dépêtreront du racisme qui les suit partout.

En somme, Les Racistes qui humilient et réifient les Noirs ne cesseront jamais par eux-mêmes d’être racistes. Ils doivent y être forcés indirectement ; et ceci passe par une nouvelle culture d’amour entre les Noirs, par leur unité, l’entente et l’affirmation de l’Afrique comme une puissance économique, politique, militaire et culturelle mondiale.

© Correspondance : Léon Tuam,Activiste des Droits Humains et écrivain
13nov.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo