Camer.be
Anarchie générationnelle, Immortalité obscène et Statu quo au Cameroun :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Olivier J. Tchouaffe, PhD, Porte-parole Du CL2P
  • lundi 18 juin 2018 09:18:20
  • 3166

Anarchie générationnelle, Immortalité obscène et Statu quo au Cameroun :: CAMEROON

L’État du Cameroun est connu pour être une gérontocratie où l’âge moyen des personnes qui gouvernent le pays est d’environ 75 ans dans un pays où l’espérance de vie est d’environ 56 ans. Le ministre d’état, Marafa Hamidou Yaya, qui croupit dans les geôles du dictateur Paul Biya pour crime de lèse-majesté avait surement pensé au penseur Américain, Thomas Paine, quand il avait demandé au gérontocrate Biya (85 ans, 35 années de règne) de ne plus se représenter en 2011. En effet, Thomas Paine écrit que «Chaque âge et chaque génération doivent être aussi libres d’agir pour eux-mêmes, dans tous les cas, que les âges et les générations qui l’ont précédé. La vanité et la présomption de gouvernemer au-delà de la tombe est la plus ridicule et la plus insolente de toutes les tyrannies».

En effet, le principe fondamental de la Démocratie est que chaque génération puisse changer la manière dont le pays fonctionne, À intervalles réguliers.

Ces formes de révision sont fondées sur la connaissance que de nouvelles idées et de nouveaux conflits épistémologiques doivent être régulièrement diffusés pour maintenir la vitalité de la production de connaissances et l’expérience démocratique. Sinon, ce n’est rien d’autre que de l’anarchie générationnelle et une pratique de l’immortalité obscène qui est un parfait receptacle pour le désastre.
C’est la recette pour un monde kafkaïen, un espace où les institutions ne sont plus productives. En effet, en lisant les prisonniers politiques au Cameroun, il ne fait aucun doute que nous vivons dans un monde asphyxiant, étouffant, radioactif, brutal, et à l’envers… où l’énergie des jeunes générations est lentement aspirée et vampirisée.

Personne ne veut être gouverné par les lois inchangées et inchangeables depuis Ahmadou Ahidjo et Paul Biya pour toujours.

Ainsi, la motivation pour vouloir une clause de temporisation aux lois régissant le fonctionnement des institutions dans des pays tels que le Cameroun a tout à voir avec l’application des principes démocratiques. Donner l’opportunité à une nouvelle génération de politiciens de faire quelque chose de nouveau au nom de leurs idées et leur base électorale.

Dans la pratique, dans une démocratie réelle, les lois nationales adoptées par les gouvernements successifs peuvent être appliquées, rejetées et même de nouvelle lois votées par quelqu’un d’autre qui accède au pouvoir. Quand les gens ordinaires ne peuvent pas faire cela, nous ne vivons plus dans une démocratie mais dans un régime tyrannique.

En effet, certaines personnes défendent le «pouvoir immortel» parce qu’elles pensent que cela procure certitude et stabilité. Cependant, les questions politiques doivent être adressées pour refléter les besoins des personnes à partir de la base, afin que la politique puisse fonctionner dans les limites de la responsabilité démocratique pour le bien de la société dans son ensemble.

18juin
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo