Confédération africaine de football : Motsepe, qu’as-tu fais de tes 100 premiers jours ?
AFRIQUE :: SPORT

AFRIQUE :: Confédération africaine de football : Motsepe, qu’as-tu fais de tes 100 premiers jours ?

Porté à la tête de la CAF le 12 mars dernier, le successeur d’Ahmad Ahmad a rendu public dimanche dernier, un volumineux communiqué présentant les activités et changements de gouvernance que le nouvel exécutif de l’instance faîtière a introduits depuis 100 jours afin de rendre le football africain globalement plus compétitif et autosuffisant.

La CAF avait soif de changement et c’est en lui que les électeurs ont trouvé l’incarnation de l’homme du Renouveau au sein de cette instance secouée ces trois dernières années par des scandales à n’en plus finir. Autant le confesser, Patrice Motsepe avait suffisamment d’arguments solides pour faire basculer la balance des suffrages en sa faveur. Dixième fortune du continent africain selon le dernier classement du magazine américain Forbes, il a aussi été le premier Noir milliardaire en Afrique du Sud et il est, avec ses 2,6 milliards de dollars, le troisième homme le plus riche du pays.

Depuis 2004, il est le président du Fc Mamelodi Sundowns, le club de foot le plus titré d’Afrique du Sud, qui a remporté en 2016 la Ligue des champions de la CAF face à la prestigieuse équipe égyptienne Zamalek. En 2017, le club s’était offert la Supercoupe d’Afrique. Au sortir de l’assemblée générale qui l’a porté à la tête de l’instance faîtière du football africain, l’homme confiait qu’il veut apporter sa modeste contribution en toutes circonstances afin d'utiliser le sport pour unir les Africains. Son principal challenge : rendre le football africain compétitif au niveau international.

Finances et gestion

Où en est-il donc avec ce rêve qu’il a tant nourri pour le sport roi ? Dimanche dernier, Motsepe a publié sur le site de la CAF, une volumineuse déclaration dans laquelle il dresse le bilan de ses 100 premiers jours à la tête de la maison mère du football continental. De ce document dense, l’on retient qu’après plusieurs réunions avec des sponsors actuels et potentiels, des représentant du secteur privé, certains Chefs d'État et de gouvernements africains, des ministres et des parties prenantes du football, « il est apparu aux nouveaux dirigeants de la CAF que tous avaient une perception médiocre voire négative de la CAF, en ce qui concerne son adhésion aux bonnes pratiques de gouvernance, d'audit, d'éthique, de finances et de gestion », confie-t-il. Ces perceptions négatives croit-il savoir, sont dans une certaine mesure, confirmées par le rapport intérimaire accablant de Price Waterhouse Coopers (PWC) sur la CAF, lequel a identifié certaines transactions et pratiques irrégulières, non éthiques et inappropriées. Ce rapport a été distribué aux associations membres de la CAF en mai 2021.

C’est pourquoi, « la CAF s'engage à mettre en œuvre les recommandations du rapport final de PWC et à veiller à ce que les transactions inappropriées, les pratiques irrégulières et contraires à l'éthique ne se reproduisent pas. Cela devrait permettre à la CAF d'être considérée et perçue comme une Confédération respectable qui met en œuvre et adhère aux meilleures pratiques mondiales en matière de gouvernance, d'audit, d'éthique, de finances et de gestion, et la rendra plus attrayante pour les sponsors et partenaires actuels et potentiels », détaille Motsepe qui rappelle au passage qu’il est important que la qualité des événements organisés par la CAF soit « compétitive au niveau mondial et attrayante pour les spectateurs, les téléspectateurs et les parties prenantes en Afrique et dans le monde ».

Investir dans la jeunesse, une richesse Dans le train des mesures, il promet l’amélioration de l’efficacité et le professionnalisme du personnel en charge de l’organisation des compétitions de la CAF ; « investir dans les infrastructures footballistiques africaines afin de s’assurer que chaque association membre dispose d’au moins un stade homologué par la Fifa, tisser et renforcer les relations avec les sponsors actuels et potentiels, ainsi qu’avec les partenaires ; investir dans la jeunesse et l’avenir du football africain ; employer et retenir un personnel qualifié et compétent, développer et soutenir le football féminin ; préserver l’intégrité de l’arbitrage et accentuer sa professionnalisation ; recruter des arbitres assistants vidéo correctement rémunérés ».

Occasion pour l’homme de feuilleter son agenda depuis mars 2021 où plusieurs réunions importantes ont été organisées en Afrique comme ailleurs dans le monde, afin de présenter et promouvoir les intérêts et objectifs de la CAF, de ses associations membres et de ses parties prenantes. À ses yeux, « développer et promouvoir le football dans les écoles et investir dans la jeunesse est impératif pour l'avenir du football africain. À preuve, « la CAF et la Fifa ont lancé avec succès le projet pilote du Championnat panafricain de football scolaire à Kinshasa suivie d'un humble don de 10 millions de dollars de la Fondation Motsepe audit championnat. Un pactole destiné à récompenser les champions des six compétitions zonales de football scolaire de la CAF et le vainqueur continental du Championnat panafricain de football scolaire ».

Paiements injustifiés et inacceptables

Toutefois, le nouveau bureau exécutif de la CAF se dit inquiet au sujet de certains contrats et accords que l’instance a conclu pour ses compétitions et a pris de mesures pour pouvoir améliorer ce type de contrat à l’avenir. Comme le souligne le rapport intermédiaire de PWC, « certains accords incluent en effet des paiements injustifiés et inacceptables à des intermédiaires ou tierces parties. Nous ne souhaitons pas entrer dans les détails de ces problèmes aujourd’hui, en raison notamment de la confidentialité des informations qu’ils contiennent et de diverses obligations auxquelles est tenue la CAF à cet égard », note-t-il. Dans la foulée, l’équipe que conduit Patrice Motsepe est en train d’ « examiner l’opportunité de la création d’une Super Ligue africaine et des discussions à cet égard ont déjà eu lieu. Nous avons suivi la tentative de certains grands clubs européens de mettre en place une telle compétition et tâcherons de tirer les enseignements de leur échec ». Le président a parlé ! On l’attend au pied du mur.

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo