CAMEROUN :: Le parquet s’oppose à l’évacuation de Ebong Ngollè :: CAMEROON
CAMEROUN :: Le parquet s’oppose à l’évacuation de Ebong Ngollè :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Kalara : Jacques Kinene
  • jeudi 15 août 2019 01:57:00
  • 4031

CAMEROUN :: Le parquet s’oppose à l’évacuation de Ebong Ngollè :: CAMEROON

John Ebong Ngollè, l’ancien président du Conseil d’administration (PCA) de la Société nationale de raffinage (Sonara) était presque déçu en repartant du Tribunal criminel spécial(TCS), le 25 juillet 2019. La demande d’une expertise médicale formulée par son équipe de défense à l’audience du 19 juin 2019, pour son incapacité à tenir des propos cohérents devant la barre dans l’affaire de détournement des deniers publics pour laquelle, il est poursuivi aux côtés de Charles Metouck a été désavouée par le parquet du (TCS).

Dans réquisitions intermédiaires, l’avocat général de cette juridiction a demandé que le tribunal ouvre les débats et constate devant la barre que l’ancien PCA ne jouit effectivement plus de toutes ses facultés mentales, avant d’ordonner une expertise médicale. Réagissant à la suite du parquet, Me Luke Kisob, l’avocat de John Ebong Ngollè qui a contesté l’analyse du parquet, a estimé que procéder de la sorte est une perte de temps et un risque qu’il ne faut pas prendre à ouvrir un procès avec un accusé qui risque ne pas le poursuivre. Il a demandé au collège des juges de valider leur requête. Le tribunal qui a écouté les parties doit donner son avis, le 8 août 2019.

Déjà, le 19 juin 2019, Me Luke Kisob, avait annoncé que l’état de santé de son client était préoccupant après plusieurs accidents vasculaires cérébraux en 2012 et 2016. Il a indiqué que suite à ceux-ci, l’ancien PCA a perdu sa lucidité et ne jouit plus de toutes ses facultés mentales pour se rappeler des faits pour lesquels, il doit apporter des éclairages à la justice. C’est la raison pour laquelle il était judicieux, de s’assurer de son état général de santé avant de le soumettre à un long procès. Sa demande d’expertise visait également l’arrêt des poursuites contre son client pour lui permettre d’aller assurer son suivi médical aux Etats-unis.

En rappel, Charles Metouck, a été de nouveau renvoyé devant le TCS où il avait déjà écopé d’une peine de 15 ans d’emprisonnement pour détournement de deniers publics. Peine qu’il purge actuellement à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé. Dans cette nouvelle procédure qui porte sur une ponction supposée dans les caisses de la société pétrolière d’environ 60 milliards de francs au cours des exercices budgétaires 2007 à 2010, quelques personnes seulement supportent l’ensemble du préjudice sur les 12 préalablement retenues au démarrage en novembre 2015 de l’enquête judiciaire. Les nouveaux ennuis judiciaires de M. Metouck et ses coaccusés découlent d’une mission du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) effectuée à la Sonara entre juillet et décembre 2010. L'info claire et nette. Le rapport du Consupe porte sur la violation par l’ancien DG, le PCA et d’autres, des dispositions prévues par le code des marchés , la perception jugée indue de multiples largesses, la certification de la réception de pétrole brut acheté sans livraison effective des produits, le paiement en dépassement de leurs montants de plusieurs marchés, la perception qualifiée d’injustifiée de dotations en carburant, la rétention par un courtier d’assurances des sommes d’argent versées à la Sonara par les assureurs entre autres.

15août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo