CAMEROUN :: Louis Paul Motaze va auditer les comptes des trois années de gestion d’Ernest Dikoum :: CAMEROON
CAMEROUN :: Louis Paul Motaze va auditer les comptes des trois années de gestion d’Ernest Dikoum :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Source : bougnat.net
  • vendredi 02 août 2019 10:38:00
  • 5494

CAMEROUN :: Louis Paul Motaze va auditer les comptes des trois années de gestion d’Ernest Dikoum :: CAMEROON

Louis Paul Motaze, le ministre des Finances, prépare un audit comptable et financier de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co). Le contrôle cible principalement les trois derniers exercices budgétaires de la compagnie. A savoir les exercices 2018, 2017, et 2016. Ce qui coïncide avec les années de gestion de Ernest Dikoum, débarqué en mai dernier (il était arrivé en 2016).

Un Avis d’Appel d’Offres national signé le 24 juillet dernier Louis Paul Motaze lance la procédure de sélection du (ou des) consultants pouvant effectuer ces opérations de vérification des comptes de Ernest Dikoum au cours des exercices ciblés.

Il s’agira, pour le consultant, à l’issue des contrôles, d’aboutir à la détermination des conditions nécessaires à l’équilibre des comptes, à sa rentabilité et surtout d’accorder une attention spécifique sur l’endettement. L’étude diagnostique sera réalisée également sur le plan technique, commercial, institutionnel, organisationnel et règlementaire, a notamment pu lire bougna.net.

Mais dans le document, le Minfi précise que « Ces diagnostics entrent dans le cadre du Programme économique et financier (PEF) appuyé par la Facilité Elargie de crédit (FEC) ». Un programme dans lequel le Cameroun s’est engagé à produire conjointement avec le Fonds monétaire international (FMI), des études progressives sur la situation des entreprises publiques camerounaises afin d’améliorer leur viabilité, leur efficacité, leur compétitivité et, par ricochet, la réduction des risques budgétaires.

Lorsque Ernest Dikoum quitte Camair-Co, la dette de l’entreprise est lourde. L’entreprise doit 677 millions de FCFA à Ethiopian Airlines, qui assurait par ailleurs la maintenance de certains aéronefs ; 200 millions de FCFA de frais de carburant impayés chez Tradex S.A., et plusieurs mois de salaires impayés.

02août
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo