CAMEROUN :: La démagogie et les esprits perturbés à Yaoundé :: CAMEROON
CAMEROUN :: La démagogie et les esprits perturbés à Yaoundé :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P
  • jeudi 18 juillet 2019 11:00:00
  • 3457

CAMEROUN :: La démagogie et les esprits perturbés à Yaoundé :: CAMEROON

Ce n’est un secret pour personne qu’il y a beaucoup de gens dans l’establishment politique de Yaoundé qui haïssent le Professeur Kamto.

Ainsi, la dernière manifestation du régime de Yaoundé, en place depuis 37 ans au Cameroun, est le désir désespéré de ternir l’image de l’éminent professeur de droit international, Maurice Kamto, en le présentant comme un produit d’une cabale ethno-fasciste. Il va sans dire que Maurice Kamto s’est avéré être une menace sérieuse de 37 ans de statu quo à Yaoundé et le genre de marigot insalubre dans lequel des sycophantes comme Zogo aime particulièrement nager.

Le plus grand péché de Kamto aura en effet été de montrer que malgré les apparences, l’empereur n’avait pas de vêtements et que tous ceux qui supportent le régime de Yaoundé ont une mentalité d’esclave. Maurice Kamto le paye maintenant comme beaucoup de prisonniers politiques reconnus par notre organisation avant lui.

Fondamentalement le régime en place depuis 37 ans au Cameroun semble à ce point aux abois, pour relayer le type d’élucubrations colportées par un esprit dérangé comme Christophe Zogo sur un éminent professeur de droit international, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, à l’issue de laquelle il conserve le droit de se revendiquer vainqueur ainsi que nombre de ses soutiens et partisans, malgré la confirmation d’un Conseil constitutionnel partial et surtout partisan.

Qui peut raisonnablement croire que le Pr. Maurice Kamto, dont le programme présidentiel a été publié puis énoncé sur tous les supports médiatiques, a pu dissimuler un prétendu « agenda caché » portant notamment sur « la nationalisation des terres » au Cameroun en faveur des ressortissants de sa région d’origine, les Bamilékés??

Qu’est-ce qui peut bien se passer dans les têtes de certains pour initier puis répandre ce type d’élucubrations, en suscitant l’adhésion des dignitaires et partisans de Paul Biya qui, en dépit des divergences légitimes que nous avons sur l’extrême longévité au pouvoir et la gouvernance au Cameroun, maîtrisent parfaitement le processus d’élaboration d’un projet politique, surtout lorsque celui-ci a vocation à emporter l’adhésion du plus grand nombre d’électeurs camerounais???

Le professeur Maurice Kamto, avec lequel le président du CL2P Joël Didier Engo a eu le privilège de discuter sur JMTV PLUS (https://www.youtube.com/watch?v=Kc1-J4ZZF1Q) pendant presque (05) cinq heures d’horloge sur les propositions de son projet pour le Cameroun et les Camerounais, n’a jamais laissé entendre qu’il travaillait pour un clan ou une tribu. Pas plus d’ailleurs il se serait fait dicter sa stratégie politique par quelque organisation structurée de la diaspora camerounaise: avant, pendant, ou après l’élection du 07 octobre 2018 au Cameroun.

M. Kamto a toujours porté et assumé son ambition présidentielle, y compris lorsque nombre d’entre-nous émettions déjà des doutes sur l’aboutissement de celle-ci, au regard notamment du blocage du processus électoral au Cameroun. Les tristes événements post-électoraux nous ont malheureusement donné raison.

Dans sa mission de lutte contre la tyrannie, par contre, le CL2P reconnaît qu’il est vrai que nombre d’acteurs politiques légitimes au Cameroun cumulent aujourd’hui plusieurs frustrations.

Cette situation est aggravée par l’exclusion de ces acteurs politiques légitimes de la conversation politique et d’une logique de contribution nationale. Il est donc ridicule de constater que des supposés gentils membres du parti-État RDPC, leurs vassaux et leurs alliés alimentaires favorables au maintien du statu quo tyrannique s’arrogent seuls le droit de parler au nom du Cameroun, s’estimant les bons patriotes, ne voulant par dessus tout pas entendre parler de tous ces gens avec lesquels ils ne partageraient pas les mêmes soi-disant valeurs «patriotiques».

Parce que si nous continuons dans cette lancée mortifère, les clivages et les divisions de notre société ne feront que s’approfondir et nous finiront bientôt par atteindre un point de non retour.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

18juil.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo