CAMEROUN :: Bienvenue au marché de la brocante à Douala :: CAMEROON
CAMEROUN :: Bienvenue au marché de la brocante à Douala :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Mutations : Tatiana Ngnombouowo
  • samedi 18 mai 2019 09:02:00
  • 3984

CAMEROUN :: Bienvenue au marché de la brocante à Douala :: CAMEROON

A Bonabéri où sont déchargés des conteneurs en provenance d’Europe, d’Amérique ou d’Asie, grossistes, revendeurs et particuliers s’approvisionnent à des prix relativement bas.

Olga Ivoh (nom d’emprunt), revendeuse dans une boutique de layette à Buea, n’a pu faire des achats vendredi 26 avril 2019. Pour cause, elle serait venue un jour après l’arrivage de la marchandise au lieudit « Ndobo » à Bonaberi, où un grand marché de brocante s’est installé depuis plusieurs années. Il est 10h30 min. Olga décide de rebrousser chemin. « Je retourne sur Buea, puisque je n’ai rien acheté de ce que je voulais. L’arrivage des conteneurs, c’était hier », explique la trentenaire, tout en se promettant d’être présente de bonne heure mardi 30 avril, pour le prochain arrivage. Comme cette résidente de la région du Sud-Ouest, plusieurs autres revendeurs de brocante de la ville de Douala et d’ailleurs, viennent se ravitailler à cet endroit.

Situé dans l’arrondissement de Douala 4e, à la sortie Ouest de la ville, c’est à cet endroit que sont déchargés les conteneurs en provenance de l’étranger. Une fois le portail traversé, divers objets constitués de matériels et ustensiles frappent à l’oeil. De part et d’autre de la principale avenue de ce marché de la brocante, l’on retrouve des boutiques et magasins. Des appareils musicaux, appareils électroménagers, ustensiles de cuisine, matelas, vêtements pour adultes, enfants et nouveau-nés, objets de décoration et divers autres objets sont exposés. D’après une habituée de cet espace marchand, « les boutiques et magasins situés à l’entrée de ce marché sont ceux des revendeurs. Donc, il est préférable d’aller au fond dans le marché faire ses achats, parce que là, ce sont les grossistes qui sont installés », argue Mélanie.

D’après les commerçants, le marché compte une centaine de boutiques. Seulement, pour Emmanuel, vendeur dans ce marché depuis cinq ans, le marché de la brocante n’a pas de responsable officiellement connu. Une non organisation qui n’est pas de nature à faciliter le développement de cet espace marchand qui attire de plus en plus vendeurs et acheteurs venus de Douala et d’ailleurs. Dans cet espace, il est également possible pour un non commerçant de vendre un appareil dont il veut s’en séparer et d’en acheter un autre. « Même si une personne a un appareil en panne, il peut venir ici le faire réparer et le vendre sur le champ », informe Alain, un réparateur d’appareil électroniques. Ce qui fait également la réputation de ce marché ce sont ses prix relativement bas que ceux pratiqués dans les autres espaces marchands de Douala. Et pour cause, « Plusieurs personnes qui ont la brocante à divers endroits à Douala viennent s’approvisionner ici. Ils achètent donc ici et partent revendre », se réjouit Tolbert, propriétaire d’un magasin de brocante.

Prix bon marché

Des prix abordables pour certains, mais déjà à la hausse pour d’autres. «C’est depuis deux ans déjà que les prix augmentent. Au début, c’était moins cher mais plus maintenant», informe un client. Pour justifier cette hausse des prix dans ce marché de la brocante, les commerçants évoquent plusieurs difficultés rencontrés notamment au niveau de la douane, pendant de dédouanement de ces marchandises en provenance d’Asie, d’Europe et d’Amérique. Egalement, « beaucoup de personnes se lancent dans cette activité, ce qui fait qu’on n’écoule plus facilement la marchandise », explique Glory, tenancière d’une boutique. Dès lors, lorsqu’il y a arrivage, les magasiniers se taillent la part du lion en stockant la marchandise pour la revendre chère aux boutiquiers.

«Lorsqu’on va chez le magasinier, les prix sont doublés, voire triplés. Par exemple, un frigo de taille moyenne qui coûtait 50 000 Fcfa il y a trois ans, coûte aujourd’hui 180 000 Fcfa», déplore Glory. Le commerce est fluide à partir du mois du janvier, et ce jusqu’au mois de mai. Passée cette période, les prix grimpent à nouveau. Reste que ces marchandises de seconde main ne sont pas toujours de bonnes qualités. Les commerçants détaillants quant à eux déplorent également l’absence fréquente de l’arrivée des conteneurs. Une situation qui dépend pour l’essentiel des humeurs des grossistes. « C’est nous les grossistes qui passons nos commandes, ce qui déclenche la mise en route des conteneurs jusqu’à leur arrivée ici. Et nous commandons les conteneurs en fonctions de la marchandise que nous disposons. Camer.be. Mais actuellement comme plusieurs autre, Je ne peux pas le faire parce que ma boutique est encore pleine », informe un grossiste, l’une des trois pièces maitresse de ce marché au bas duquel on retrouve les clients, puis, les détaillants et enfin les magasiniers ou grossistes.

18mai
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo