Cameroun, Saint Valentin: Les propriétaires d’auberges font de bonnes recettes :: CAMEROON
Cameroun, Saint Valentin: Les propriétaires d’auberges font de bonnes recettes :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Jour : Prince Nguimbous
  • vendredi 15 février 2019 14:25:00
  • 6043

Cameroun, Saint Valentin: Les propriétaires d’auberges font de bonnes recettes :: CAMEROON

Les « amoureux » se sont bien amusés ce 14 février à l’occasion de la fête de la sainte Valentin. Les restaurants, les snacks bars et les supermarchés ne sont pas les seuls espaces qui ont connu une grande affluence hier. Il fallait également se rendre dans certaines auberges au quartier Nlongkak pour voir à quel point ces endroits ont été sollicités.

A quelques mètres de la station Mrs située au carrefour Bata Nlongkak, où se trouve une auberge, la demande était très forte. Yvan le gérant, a été débordé par les demandes. « J’ai seulement 15 chambres elles sont toutes occupées depuis 12h je reçois beaucoup des clients. Certains sont venus payer et attendent que les chambres se libèrent. J’ai pris leurs numéros de téléphones ils sont assis dans les restaurants du quartier pour ne pas s’exposer. Vous savez que les gens qui viennent dans les auberges sont très discrets.

Parfois c’est la femme qui arrive elle vous dit qu’elle veut se reposer. Lorsqu’elle entre tu vois un homme la rejoindre immédiatement ».

Malgré la forte demande, Yvan n’a rien fait de spécial ce 14 février pour relever le niveau de confort de son « coin de plaisir ». Une heure de sieste coute 2000F.Cfa. Aujourd'hui, l’heure est fixée à 3000F. Certains clients ont proposé de payer le double parce qu’ils jouent sur le temps ».

Le passage qui mène tout droit au niveau de la salle du poste d’accueil était pourtant bourré de poussière ainsi que quelques bouts de papiers hygiéniques. A cause de la forte demande, il nous a été impossible de voir la qualité des chambres. Mais rien qu’en observant l’entrée principale, l’on déduit que chez la majorité des amoureux de la sainte Valentin d’hier, les conditions hygiéniques dans leurs lieux de plaisir étaient très négligées.

De 12h à 17h hier Yvan avait déjà collecté plus de 150.000F.cfa alors que les jours ordinaires, sa recette journalière tourne autour de 20.000F. « je suis obligé de passer devant les chambres pour rappeler les clients qu’il ne leur reste que peu de temps », ajoute le gérant de l’auberge.

Un autre « coin de plaisir » visité au quartier Nlongkak était débordé. A cet endroit un peu confortable, l’on a vu des couples célébrer l’amour en attendant la libération des
chambres. C’est sur un grand espace bien aménagé et couvert par les rideaux que certains clients qu’une chambre soit libérée. « Ici la chambre coute 3500F l’heure, aujourd’hui toutes les chambres sont sollicitées au point où vous êtes obligés de payer lorsque le client va libérer je vais vous appeler. Vous pouvez aller vous asseoir dans un bar soyez juste patients tout le monde sera servi » affirme le gérant de l’auberge.

A peine a-t-il fini de parler voilà qu’un couple sort d’une chambre en se plaignant du fait que les draps n’ont pas été changés. Pour satisfaire ce couple, le gérant de l’auberge s’est excusé en expliquant qu'à cause de la forte demande, il a oublié de faire le ménage après le départ de chaque nouveau couple. En plus de cela, il dit n’avoir pas pris des dispositions spéciales pour déposer les préservatifs dans chaque chambre. Car « chaque client doit penser à avoir son matériel de travail », affirme-t-il.

Hier l’on retrouvait les jeunes, et moins jeunes qui se bousculaient pour avoir une chambre.

15févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo