CAMEROUN :: Logbessou : Ces ravins à stopper :: CAMEROON
CAMEROUN :: Logbessou : Ces ravins à stopper :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Alliance NYOBIA
  • mercredi 13 février 2019 11:21:00
  • 2002

CAMEROUN :: Logbessou : Ces ravins à stopper :: CAMEROON

Les failles, que les pluies à venir risquent d’agrandir, restent une source de préoccupation.

«Reculez. Reculez même de deux mètres. » Conseil d’un habitant du lieu dit « Logbessou derrière chefferie », dans l’arrondissement de Douala V, à un reporter s’étant un peu trop approché du ravin dont ledit habitant est riverain. C’est que la faille est spectaculaire. Une sorte de curiosité touristique à l’envers. A vouloir prendre la pleine mesure de la béance, le curieux peut en oublier toute prudence. Profonde d’une vingtaine de mètres à vue de nez, et large d’environ cent par endroits, la faille, dont les parois présentent des aspects manifestes de friabilité, menace clairement plusieurs domiciles.

Parmi lesquels cette villa dont la cour extérieure cimentée présente d’inquiétantes craquelures. D’ailleurs, une partie de cet espace, externe, tout comme le bout de la rigole aménagée, ont fini dans le gouffre. Veuve Alphonsine Kotto, voisine, se souvient de ce qui s’est passé pour cette résidence : « Le propriétaire de la maison avait cimenté la façade du ravin jusqu’en bas. Une nuit, l’année dernière, j’ai été réveillée par un grand bruit : tout s’était effondré». Et le ravinement s’est poursuivi. Pratiquement en face de cette villa, un immeuble d’habitation est aussi « approché » par le canyon.

Armand J., locataire depuis deux ans ici, relève que les populations ont ce danger bien à l’esprit : « Les enfants ne jouent pas aux abords de ce trou. L'info claire et nette. Ce qu’on peut faire, tout au plus ici, c’est de garer une moto, ou venir puiser de l’eau », indique le jeune homme. Anna, sa voisine, est une mère d’enfants, et se montre plus diserte face au phénomène.

« Quand il pleut, toutes les eaux viennent se déverser ici. En pleine pluie, même la route disparait sous l’eau », explique la dame, qui appréhende les précipitations à venir, et pointe du doigt des traces de pression sur le sol : des lignes sinueuses qui montrent que bientôt, d’autres pans de terre glisseront, agrandissant la faille. Au niveau de la chefferie de Logbessou, CT apprendra que ce village, à cheval entre les arrondissements de Douala III et Douala V, compte bien d’autres ravins. Comme celui situé derrière le collège du Soleil - non loin de l’axe routier Bassong-Logbessou de construction récente - et pour lequel des mesures de sécurité ont été prises (voir encadré).

Anna espère la même chose de son côté. « Certaines autorités nous ont conseillé de déménager, ce qui n’est pas évident pour moi. Mais je comprends maintenant pourquoi le bailleur hésite à effectuer certains travaux », confie-t-elle .

13févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo