Camer.be
CAMEROUN :: Nord-Ouest : Le cortège du gouverneur attaqué :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Jour : Franklin Kamtche
  • samedi 18 août 2018 06:27:00
  • 7551

CAMEROUN :: Nord-Ouest : Le cortège du gouverneur attaqué :: CAMEROON

Des rebelles sécessionnistes ont attaqué par deux fois mardi dernier un cortège d’Adolphe Lele Lafrique, dans le Ngoketunjia.

De sources officielles, les forces armées ont tué sept présumés séparatistes le mardi, 14 août 2018, dans la localité de Babessi, chef-lieu de l’arrondissement du même nom, dans le département du Ngoketunjia, région du Nord-Ouest. Comme avec le Ministre de la Défense dans le Sud-Ouest il y a peu, ils ont attaqué le convoi du gouverneur de cette région rebelle le matin, lorsqu’il se rendait en mission officielle du côté de Kumbo, chef-lieu du Bui.

La sécurité du convoi a riposté, faisant un mort parmi les assaillants qui ont battu en retraite. Une retraite stratégique, puisqu’ils sont revenus à la charge au retour du convoi du gouverneur et de son état-major. Selon nos sources auprès de cette autorité, la riposte a fait six morts du côté des assaillants ainsi que plusieurs blessés.

« Nos forces ont ratissé la zone pendant une bonne heure pour neutraliser les éventuels résistants mais ils avaient battu en retraite », renseigne la source, qui est muette sur le bilan côté forces de sécurité. Des dispositions ont été immédiatement prises pour renforcer la sécurité dans la zone, ce d’autant plus que c’est la première fois depuis le début de la crise anglophone, en octobre 2016, que des hommes armés s'attaquent au convoi du gouverneur du Nord-ouest.

Dans la guerre qui court, Adolphe Lelé Lafrique semble aimé, à défaut d’avoir de la veine. Un chef traditionnel d’Ekondo Titi, dans le Sud-Ouest, a été tué et au moins cinq éléments des forces de sécurité blessés au cours de cette dernière semaine, dans les deux régions anglophones.

À Bamenda en particulier, des présumés séparatistes ont tiré sur un policier au rond-point de l’hôpital régional, mardi vers 19h. La police a pu neutraliser un des assaillants, venus à moto et à bord d’un pick-up. Des coups de feu ont résonné le lendemain pendant quelques heures, au même endroit. Ce qui a obligé les riverains à fermer leurs boutiques. Dans l’opinion, c’est la panique depuis que des tracts annonçant l’attaque du centre commercial de Bamenda par plus de 200 combattants ont circulé. Ils informent qu’aucune élection n'aura lieu dans ces régions anglophones, allusion à l’élection présidentielle convoquée pour le 7 octobre prochain par la « République du Cameroun ».

Aux dernières nouvelles, le cortège du Premier Ministre, Philémon Yang, est arrivé dans le Nord-Ouest cet après-midi. L’agenda du chef du gouvernement n’a pas été dévoilé.

18août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo