Camer.be
PRODUIRE L'ANANAS SUR 1 000 M² POUR AVOIR UN BENEFICE BRUT D'UN MILLION CINQ CENTS MILLE FRANCS CFA  EN AFRIQUE ET AU CAMEROUN EN PARTICULIER  :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Correspondance : Fabrice Nkouadjio, Ingénieur Agro-zootechnicien, Licence En Biologie Animales, Manager Gic ESPERHO Nkam, 18ème Promo FASA
  • vendredi 17 août 2018 11:02:58
  • 2652

PRODUIRE L'ANANAS SUR 1 000 M² POUR AVOIR UN BENEFICE BRUT D'UN MILLION CINQ CENTS MILLE FRANCS CFA EN AFRIQUE ET AU CAMEROUN EN PARTICULIER :: CAMEROON

L’ananas est classé comme étant le second fruit exotique le plus important et contribue à raison de 20% à la production mondiale des fruits tropicaux. En Afrique et particulièrement au Cameroun, en dépit de sa production de plus en plus forte, la demande reste toujours supérieure à l’offre. Il est donc question d’encourager les jeunes à investir dans ce secteur d’activité.

Théoriquement, nous verrons dans les lignes qui suivent qu’il est possible sur une petite surface de 1 000 m² de réaliser des recettes prédictibles et continuelles, de manière à se hisser au rang de grand entrepreneur agricole si la même stratégie est dupliquée.

Après plusieurs productions sur des petites superficies, je me suis rendu compte qu’il ne suffit pas d’avoir une vaste superficie de terre pour faire de gros chiffre d’affaire. Le nombre de jeune affecté par le chômage est élevé, l’importance de la terre devrait donc s’imposer dans la contribution à l’auto emploi de ces jeunes avec pour exemple la culture des ananas.

Sur une parcelle de 1000 m², plantez 5 000 rejets d’ananas et obtenez au bout de 15 mois, 1 500 000 FCFA pour les fruits en épiaisons et plus de 10 000 rejets permettant de pérenniser la culture. Pour ce faire, il suffit de respecter trois volets essentiels à savoir : la destruction des adventices, le respect du calendrier de fertilisation et surtout le traitement d’induction florale (étape déterminante pour la qualité des fruits à obtenir).

Au bout de 15 mois, la parcelle sera au stade d’épiaison, le poids de vos fruits avoisinera une moyenne de 3,4 Kg, l’équivalent d’un rendement de 17 tonnes.

Les charges (achat des rejets, pulvérisateur, engrais, main d’œuvre) se chiffrent à 425 000 FCFA.

Avec 5% de pertes vous aurez 4 750 fruits au final soit 16,15 tonnes.

En vendant le fruit à 300 FCFA vous obtenez une recette de 1 425 000 FCFA. Si les pertes sont nulles, vous avez d’ores et déjà 1 500 000 FCFA en termes de vente.

Or après récolte, entretenez la parcelle et bénéficiez de 10 000 rejets pour étendre votre production.

Cela équivaut à un plus de 500 000 FCFA amortissant ainsi les charges liées à l’investissement de départ, imprévus y compris.

Ce volet n’étant qu’un parmi tant d’autres, il est donc capital d’impliquer les jeunes dans l’agrobusiness pour créer non seulement l’emploi, l’auto-emploi et surtout l’esprit entreprenariat, afin d’éliminer l’insécurité alimentaire et la pauvreté au Cameroun et plus globalement en Afrique.

17août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo