Camer.be
SUISSE :: Présidentielles 2018 : Voici pourquoi certaines candidatures seraient rejetées :: SWITZERLAND
SUISSE :: POLITIQUE
  • Camer.be : Oswald Hermann G'nowa
  • mardi 07 août 2018 07:39:16
  • 7375

SUISSE :: Présidentielles 2018 : Voici pourquoi certaines candidatures seraient rejetées :: SWITZERLAND

Moins de 24 heures et le Conseil Electoral rendra officielle la liste des candidats retenus pour concourir aux prochaines élections présidentielles du 7 octobre prochain. Avant l’annonce officielle, la rédaction de Camer.be revient ici sur les issues possibles au terme des analyses des dossiers de candidatures par le Conseil Electoral d’Elections Cameroon.

Les 18 membres du Conseil Electoral sont réunis à huis clos depuis le lundi 23 juillet 2018 à la salle VIP du Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé. Le Conseil Electoral a jusqu’au 08 août 2018 pour publier la liste des candidats retenus.

Tour d’horizon

A moins d’un miracle improbable, la candidature de Paul Biya sera retenue par l’organe d’analyse des dossiers puisque jusqu’ici et depuis 1982, Paul Biya a dirigé le Cameroun sans interruption.

Le président sortant et candidat à sa propre succession, 85 ans, a été réélu à plusieurs reprises (1984, 1988, 1992, 1997, 2004). Sa dernière victoire remonte au 9 octobre 2011.

Pour rappel, Paul Biya est le candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC).

Ça devrait également passer pour les candidats qui avaient déjà été en compétition en 2011 à l’instar de GARGA HAMAN ADJI de l’Alliance pour la Démocratie et le Développement (ADD), NDAM NJOYA ADAMOU de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC), 8 FEUZEU Isaac de Mouvement pour l’Emergence et le Réveil du Citoyen (MERCI)...

De nouvelles figures montantes de l’opposition ont pour la première fois présenté leur candidature. Il s’agit de Joshua Osih, investi par le Social democratic front (SDF, principal parti d’opposition), de Maurice Kamto, ex-ministre et président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), d’Akere Muna, célèbre avocat, et de Cabral Libii, un jeune leader qui mise sur sa popularité dans les médias et sur les réseaux sociaux.


28 candidats sont en course parmi lesquels:

1 Akere Muna NOW! Movement
2 Garga Haman Adji ADD
3 Maurice Kamto MRC
4 Cabral Libii Univers
5 Serge Espoir Matomba PURS
6 Bernard Njonga CRAC
7 Joshua Osih SDF
8 Dieudonné M’Bala M’Bala Indépendant
9 Paul Biya RDPC
10 Chantal Roger Tuile Debout le Cameroun
11 Jean Blaise Gwet MPCC
12 Olivier Bilè UFP

Le contieux des candidatures relatif à l'élection présidentielle ne manque pas au Cameroun.

Voici une liste non exhaustive des motifs ayant conduit au rejet de 31 candidatures par le Elecam en 2011;, 2 candidats seulement furent finalement réhabilités par le juge constitutionnel

- défaut de présentation de la lettre d’investiture ;
- défaut de présentation de l’extrait d’acte de naissance ;
- défaut de présentation du bulletin n° 3 ;
- défaut de présentation du certificat d’imposition ;
- défaut de présentation du certificat de nationalité;
- déclaration de candidature non revêtue de la signature légalisée et non conforme ;
- présentation d’une lettre d’investiture non-conforme ;
- défaut de présentation de l’acte de naissance datant de moins de 3 mois ;
- défaut de présentation de la déclaration sur l’honneur de respecter la constitution ;
- défaut de présentation du certificat de versement du cautionnement;
- casier judiciaire indiquant des condamnations exclusives (exemple: repris de Justice).

En cas de rejet d’une candidature, un recours en référé ( c'est-à-dire en extrême urgence) est possible devant le Conseil Constitutionnel qui peut prendre ensuite l’une des décisions suivantes :

- Recours irrecevable
- Recours recevable mais non justifié ; rejet ou alors
- Recours justifié ; accepté. Dans ce  dernier cas le candidat est réhabilité et pourra concourir.

 En 2011, le conseil constitutionnel s'était réuni le 20 septembre pour analyser 20 recours introduit par 20 des 31 candidats recalés. Anicet Ekane (Manidem) et Daniel Soh (Parti Socialiste Unifié) avaient finalement été réhabilités. Aucun candidat indépendant n'avait eu gain de cause.

Les partis politiques ont droit à un jocker

Un parti politique qui voit son candidat écarté finalement par le juge constitutionnel, par exemple en raison de la querelle autour de sa nationalité, peut procéder à son remplacement.

Les candidats indépendants ne peuvent pas être remplacés en cas de rejet de leurs candidatures selon la loi électorale du Cameroun.

07août
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo