Météo : Tartuferie, goujaterie, menterie, momerie
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Météo : Tartuferie, goujaterie, menterie, momerie :: CAMEROON

Tartuferie

Mutations en a fait avec Beti Assomo, Ngalle Bibehe, Libom Li Likeng, etc., l’un des ministres de la rupture, il y a quelques jours. Il est l’un de «  ces membres du Gouvernement qui changent l’air du temps par leur style. » C’est vrai et ça se voit.

A peine nommé, Narcisse Mouelle Kombi, le  nouveau Ministre des Arts et de la Culture, a mis des médailles aux artistes reconnus comme tels, organisé la rentrée culturelle du Cameroun-du jamais vu en 34 ans de Renouveau-et tout un concert de « Bonne année ! » à la gloire de son Père, Paul Biya. Quel tableau de chasse en seulement 100 jours !  Rien à voir avec l’incurie que nous vécûmes sous la Tutu… C’est que le Minac, aime son créateur, qui lui a tout donné : la vie, l’intelligence, la sagesse légendaire. Il l’a toujours exprimé par des actes et des mots. N’est-il pas l’un des timoniers de l’Appel du peuple sorti de nos amphithéâtres en 2004 en faveur de la candidature de Popaul, avec tout le concert d’indignation qui s’en suivit ?

Vous avez dit rupture. En tout cas, NMK n’a jamais été aussi bon que lorsqu’il embouche la trompette de la tartuferie et de l’esbroufe. Et, puisque la présidentielle 2018 est en vue, alors, alléluia ! L’éternel roi du Cameroun règne et règnera. Alléluia !

Goujaterie

On ne parle que de ça à Libreville. Ali Bongo Ondimba, Président « très démocratiquement élu » du Gabon, est accusé par Manuel Valls, Premier ministre français, de ne l’avoir vraiment pas été. Ça s’est passé il ya deux samedi dans l’émission « On n’est pas couché » de France 2. Sapristi !

Pour comprendre. Manuel Valls, appelé à s’exprimer sur la participation du Président gabonais à la marche de Paris après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015, a dit : « vous retenez Ali Bongo, moi je retiens (…) surtout un autre Africain, élu lui, Ibrahim Boubacar Keïta ». En clair, si Bongo est élu, il n’est pas « élu comme on l’entend », précise Valls devant l’insistance de son questionneur. C’est du fort, comme disent les buveurs de whisky ! La suite, on la connait. Tollé et quincaillerie d’enfer au Gabon : rappel de l’ambassadeur du Gabon à Paris et l’opposition qui entonne l’antienne éternelle : « il doit partir ! »

Pauvre Ali. Que lui veulent donc ces Français ? En novembre 2014, Pierre Péan, écrivait déjà qu’il avait de faux diplômes, qu’il était Biafrais du Nigeria et donc pas le fils d’Omar Bongo Ondimba. Péan réservait la martingale pour la fin. « Pas sûr que tu sois même le fils de la mémé Dabany. Bouges le p’tit doigt et je commande un test ADN…»

Menterie

Ça n’est pas tous les jours qu’on le voit à la Météo de Muta, Martin Belinga Eboutou. Et lorsqu’il y vient, c’est de la plus belle des manières. C’est que le ministre directeur du Cabinet civil de la présidence de la République a décidé d’aller au front lui-même. Tant pis pour ceux qui le disaient apolitique. Désolé pour ceux qui le croyaient « homme de l’ombre. » Que non. Il a décidé de se mettre sous les lumières.

Voici le pot aux roses. Il a fallu parcourir le Bip, Budget d’investissement public 2016 pour lire sur une ligne : « Collège Athénée de la Sapience : installation des lampadaires solaires. Montant, 100 millions de Fcfa». Rassurez-vous. Il s’agit bel et bien d’un établissement scolaire camerounais et non grec situé sur la route d’Obala, à la sortie Nord de la capitale du Cameroun. Il appartient à Martin Belinga Eboutou. Sus à ceux qui le disaient éloigné des caisses publiques…

La présidentielle 2018 s’annonce. Et le Sud du Cameroun, région qui a vu naitre le Nnom Ngui, veut être la première à lancer les « Appels du peuple », à la candidature naturelle de son enfant prodige. Il le fait. Et c’est Monsieur le directeur du Cabinet civil  qui prend les devants. Les Camerounais doivent apprendre à le voir un peu plus au devant de la scène ces jours-ci.

Momerie

Heureux qui, comme Yaya Touré, est né avec un ballon d’or africain attaché au pied. Le quadruple lauréat du Ballon d’or africain (record codétenu avec Samuel Eto’o) n’a pas digéré que la Confédération africaine de foot remette la récompense au Gabonais Aubameyang. « Je crois que c’est ce qui fait la honte de l’Afrique. Car, se comporter de la sorte, c’est indécent !», lança-t-il à l’endroit de la Caf.

Le milieu de terrain de Manchester City a été suivi par le Ghanéen André Ayew: « Franchement, c’était Yaya ou moi cette année. On était finalistes de la CAN, il a gagné, j’ai fini meilleur buteur…On doit privilégier nos compétitions. On doit les respecter. Si nous Africains, on ne le fait pas, qui le fera ? » Très bonne question. Sauf que Pierre-Emerick Aubameyang n’y comprend rien. Au grand rien. « Je n’ai pas compris pourquoi ils ont dit ça. Un Ballon d’or africain se joue sur toute une année, pas sur une Coupe d’Afrique des nations…», a-t-il réagi.

Et puis, le Gabonais de Dortmund  est quand même le meilleur buteur de la Bundesliga avec 18 buts ! Combien  Yaya Touré en a-t-il marqués? Bon Dieu ! Y a-t-il âme qui vive dans la maison Caf ? S’il y en a une, qu’on retire au moins deux Ballons d’or à ce vantard de Yaya Touré. On ne peut cracher ainsi dans la soupe !

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo