Chronique langue serpentine : CAMEROUN, UN PAYS DE MORTS TÉLÉGUIDÉS PAR UN MORT- VIVANT. :: CAMEROON
Chronique langue serpentine : CAMEROUN, UN PAYS DE MORTS TÉLÉGUIDÉS PAR UN MORT- VIVANT. :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Correspondance : J.Remy Ngono
  • dimanche 23 octobre 2016 00:02:48
  • 15940

Chronique langue serpentine : CAMEROUN, UN PAYS DE MORTS TÉLÉGUIDÉS PAR UN MORT- VIVANT. :: CAMEROON

Des corps en morceaux comme des brochettes, des cadavres sous les wagons, des blessés recouverts de boue tels des cochons,  des survivants escaladant des troncs d'arbres tels des singes, le déraillement du train survenu vendredi au Cameroun a fait minimum 70 morts et plus de 600 blessés dont le pronostic vital pour certains est engagé. 

Le vendredi noir au Cameroun a connu un enchaînement d'accidents aux allures d'un châtiment divin. Le seul axe routier qui relie la capitale politique du Cameroun Yaoundé, à la capitale économique Douala s'est effondré. CAMRAIL, la société ferroviaire du Cameroun décide d'ajouter 8 wagons supplémentaires sur les 9 dont la locomotive compte. Avec à bord plus de 1300 passagers entassés tel du bétail,  le train de la mort, parti de Yaoundé à  11 heures 15, se renverse après 68 kilomètres de zigzags. Horreur! 

Les accidents de trains peuvent arriver partout, mais le cas du Cameroun est chronique, puisque le réseau de chemin de fer à  voie unique a un écartement métrique archaïque. La ligne Yaoundé - Douala , a été construite par les Allemands en 1908. Longue de 262 km, il faut près de 4 heures de voyage pour relier les deux villes. Tout un pays comme le Cameroun dont la superficie dépasse 475 000 km2, ne compte que 517 km de réseau de chemin de fer construit par les colons jusqu'en 1911. Et depuis 56 ans d'indépendance,  aucun kilomètre n'a été ajouté. Bien au contraire, certaines voies ont été carrément abandonnées alors que la population a triplé. 

Pire, en 34 ans de pouvoir,  Paul BIYA est incapable de construire un seul kilomètre d' autoroute pour relier seulement les 300 km entre la capitale politique et la la capitale économique. L'axe routier Yaoundé- Douala où transitent également les échanges avec le Tchad et la RCA, a été baptisé axe de la mort. Selon l' Organisation Mondiale de la Santé, les accidents de la route sont la deuxième cause de mortalité après le paludisme au Cameroun, et provoquent des pertes de 100 milliards par an. En 2010, le ministère des transports a comptabilisé 1900 morts et 6000 blessés. En 2011, on a enregistré 2600 accidents pour 1113 morts. En 2012, on a pointé 3327 accidents pour  1187 morts. En 2013, on a annoncé 2997 accidents pour 1160 morts. Et depuis trois ans, le coordonnateur général de la gendarmerie est fatigué de compter les morts des accidents au Cameroun. 

Dans un pays normal,  quand il y a un tel drame, on voit le Président de la République sur le lieu réconforter les familles des victimes et décréter un deuil national. Mais Paul BIYA, le Président FANTOMAS du Cameroun, reste drapé dans son hôtel en Suisse. C'est lui l'architecte de l'antiquité qui fait croire aux Camerounais que l' émergence va arriver en 2035, avec la boue aux pieds , en parcourant les 114 000 kilomètres de routes non bitumées du Cameroun. 

Un Président papy qui n'est jamais dans son pays , qui ne compatit pas aux malheurs de son peuple et qui le dirige par télécommande , et on obéit tels des cadavres qui attendent de se faire ensevelir avant de réagir. Comme le disait Jean JAURÈS : 《il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience 》.
                                           
Voici donc la preuve que l' émergence est en route pour le Cameroun.

23oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo