La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?
La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?

La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?

La contestation de la r??lection d'Ali Bongo ? la t?te du Gabon provient-elle des faiblesses du processus ?lectoral ou de sa volont? de s'?terniser au pouvoir ?
La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éternis
En Afrique, les matches de football ont toujours été les compétitions les plus disputées, les plus commentées laissant sur les carreaux d'interminables débats. En politique, le début des années 90 marque l'avènement d'élections multipartites avec la compétition électorale qui, du coup est devenu le sport le plus populaire. 

Et ainsi que les connaisseurs s'accordent à le dire, tout comme les matches de football, certaines élections méritent d'être applaudies, d'autres sont de tragiques parodies, mais la plupart se situent entre ces deux extrêmes. Vingt six ans après le début de l'ère des élections multipartites en Afrique, il existe encore des améliorations à apporter sur leurs issues

Toujours en Afrique, il n'est pas rare que les passations de pouvoir, suite à une victoire de l'opposition, se fassent de manière pacifique La plupart de ces régimes sont le fruit de compromis négociés sur des durées relativement longues. 

D'autres élections, en revanche, révèlent une évolution différente. Comme l'a indiqué feu Omar Bongo, qui déclara un jour qu' « on n'organise pas des élections pour les perdre », de telles compétitions sont surtout des opérations cosmétiques destinées à légitimer le statu quo. Elles se déroulent souvent dans des pays où les mêmes dirigeants sont au pouvoir depuis des décennies. Il y a quelques années, avant que les révolutions populaires en Tunisie et en Égypte ne provoquent la chute d'hommes forts, la plupart des élections en Afrique du Nord appartenaient à cette catégorie.

Actuellement, une dizaine de pays d'Afrique subsaharienne ont les mêmes dirigeants depuis des années. Ces dirigeants remportent les élections qu’ils organisent respectivement de diverses manières, notamment en supprimant les partis d'opposition ou « en les interdisant, en se comportant de façon à ce que ces partis boycottent l'élection dans son ensemble, en monopolisant les ressources de l'État ou les médias, en intimidant les électeurs ou en fraudant purement et simplement.

Bien qu'ayant été entaché par les habituels cas de fraudes et de violences dans plusieurs régions, le déroulement du dernier scrutin au Nigéria, a été applaudi. Les analystes jugent que l'élection remportée par le président Muhammadu Buhari a été la plus irréprochable que le pays ait jamais connue. Bien avant, en Guinée, 52 années de dictature ont pris fin grâce à une élection qui semblait peu probable. Alpha Condé, un opposant de longue date, est devenu le premier président démocratiquement élu depuis l'indépendance.

Dans ces deux cas, comme dans de nombreux autres pays en Afrique, certains des éléments indispensables à la tenue d'une élection libre et juste faisaient défaut. La pratique des fraudes électorales, une expérience institutionnelle insuffisante et le manque de liberté et d'indépendance des médias n'ont cessé de menacer les processus électoraux

Etant donné les nombreuses faiblesses  des institutions de certains pays africains, la bataille acharnée qui caractérise souvent les élections qui y sont organisées peut parfois déboucher sur des troubles et des conflits violents. Les élections compétitives ne se sont pas toujours bien déroulées en Afrique. Au Cameroun, au Zimbabwe, en Côte d'Ivoire, au Congo RDC, au Gabon,  les élections ont eu tendance à affaiblir les institutions. Dans ces pays et tant d'autres, les élections ont contribué à accroître la polarisation des groupes ethniques et conduit à des crises diverses.

L'observation des élections en Afrique, se concentre souvent sur le jour du scrutin.  Une élection n'est pas un événement, mais un processus. Il est nécessaire de surveiller ce qui se produit des mois, si ce n'est des années, en amont. La réussite des élections est directement liée à l'indépendance du système judiciaire, à l'environnement médiatique et politique, ainsi qu'à la capacité de la société civile de participer à la vie publique.

La commission électorale a validé le 31 aôut dernier la réélection très serrée du président sortant, Ali Bongo Ondimba. Mais son adversaire Jean Ping crie à la « mascarade ». Résultats qui ont enclenché des interminables heures tendues à Libreville, la capitale. Habitués à la paix civile, les Gabonais se souviennent des troubles après l'élection d'Ali Bongo en 2009 dans la capitale économique Port-Gentil, avec des pillages meurtriers et l'incendie du consulat de France.

La Cenap (Commission électorale nationale) a annoncé que le président sortant avait remporté 49,85% des voix, contre 48,16% à Jean Ping, soit 5.594 voix d'avance dans un pays de 1,6 million d'habitants. C'est le résultat mirobolant d'un des 9 gouvernorats, le Haut Ogooué, la région natale d'Ali Bongo, qui aurait permis à ce dernier de remporter la victoire. Le président sortant y aurait obtenu 96% des voix et la participation y aurait atteint 99,98%. 

L'équipe de Jean Ping a réclamé un nouveau décompte dans cette région, alors que la participation n'a pas dépassé 60 % dans l'ensemble du pays.

Les problèmes qui ont surgi ces derniers jours au Gabon lors d'élections controversées  proviennent-elles des faiblesses des processus électoraux ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Telle est la question de la semaine

La rubrique le débat est la vôtre. Vous pouvez aussi nous soumettre des thèmes et des sujets à débattre

Nous vous remercions d’avance pour votre fidélité et votre marque de sympathie. Bon débat et  agréable dimanche  à vous.

© Camer.be : Fidele Kwetou

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

WiseMan
La faiblesse des institutions electorales est voulue par ceux qui veulent s'eterniser au pouvoir!!!

La question du jour est mal posee
gabson
@Fidèle Kwetou, votre question est bien posée, mais elle est incomplète!! Les contestations après des élections sont peut-être dues aux faiblesses du processus électoral, à la volontéde s'éterniser au pouvoir de certains "leaders" politique, mais vous avez oubliez lachose majeure: l'ingérence des puissances maléfiques étrangères comme la france!!!

Ainsi, vous notez que les élections multipartistes commencent en 1990, ce qui vous fait oublier que la démocratie en AFRIQUE ne commence pas avec la chute du mur de Berlin comme certains le racontent!!! Ceux-là veulent nous imposer d'oublier que LUMUMBA, SEKOU TOURE, UM NYOBE, SANKARA, OLYMPIUS, NYERERE, NKRUMAH...ont bel et bien été élus par leur PEUPLE!!!!

Et qui les a assassinés ou écartés du pouvoir??? N'est-ce pas les mêmes voyous???
Les ont-ils assassinés pour vous donner la paix et le développment? NON!! C'était pour s'installer!
Ribambai
les élections ne peuvent pas être bien organisées dans les pays où le pouvoir judiciaire,législatif et exécutif appartiennent à une seule personne. Il ne faut pas rêver les présidents d'Afrique centrale n'ont pas pour vocation d'être des messies!
zed2three
les systèmes étatiques africains contiennent tous les germes de leur destruction:la continuité du pouvoir et la survivance des Etats face à la longévité des hommes.Le refus des principes démocratiques,la coexistence incestueuse des pratiques traditionnelles ,la sous-émancipation des peuples et une classe politique médiocre sont nos faiblesses et non une quelconque ingérence étrangère comme le claironne des rétrogrades
gabson
quelques animaux souffrent d'une ambolie cérébrale au point d'imaginer que les puissances démoniaques étrangères n'ont rien à voir avec les contestations après élections!!!

quand bush vole sa victoire à Al Gore, le Gabon s'y est-il immiscé?

Au nom de quoi la france cancéreuse et maléfique bombarde-t-elle la Côte d'ivoire suite à une élection ivoiro-ivoirienne???

Et ça ose raconter des saletés

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Ligue 2 : Résultats partiels de la 11ème journée
Ligue 2 : Résultats partiels de la 11ème journée
Facebook
radios
RTS 90.5 FM La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Sky One Radio 100.1 FM La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Amplitude FM La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Kalak FM La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Nkongsamba FM La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Cameroonvoice La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ? Fréquence de vie La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?
réclame
partenaire
La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?
ELECTION PRÉSIDENTIELLE FRANCAISE VU PAR UN BOUT DU CAMER
évènement
La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?
actuellement sur le site
LE JOUR
La contestation de la réélection d'Ali Bongo à la tête du Gabon provient-elle des faiblesses du processus électoral ou de sa volonté de s'éterniser au pouvoir ?
Loading...