CONCLUSIONS DU DIALOGUE NATIONAL AU TCHAD : Mahamat Deby rafle le jackpot
TCHAD :: POLITIQUE

CONCLUSIONS DU DIALOGUE NATIONAL AU TCHAD : Mahamat Deby rafle le jackpot :: CHAD

Les opposants tchadiens qui étaient vent debout contre la tenue du dialogue national en raison de son caractère déséquilibré et biaisé, auront eu raison. En effet, le Comité ad hoc mis en place par le présidium du dialogue national inclusif à l’effet de faire des propositions sur la forme de l’Etat et des institutions après la Transition, a rendu son verdict le samedi 1er octobre dernier. 

On peut retenir les grandes décisions suivantes : le chef de la junte, Mahamat Idriss Deby, est maintenu à la tête de l’Etat, la période de transition vers des élections est prolongée de deux ans maximum, Deby fils sera ensuite autorisé à être candidat à la présidentielle, etc. Comme on le voit, c’est Deby fils qui sort gagnant de ce dialogue. Dans le jargon des turfistes, on dira que c’est lui qui a raflé le jackpot. En réalité, ce verdict n’est pas une surprise. Car, Deby fils a visiblement travaillé à ce que le dialogue national délibère en sa faveur. En effet, c’est lui qui a choisi les membres qui y ont pris part. Et il ne s’est pas gêné pour copter des gens de sa communauté en particulier et des personnes acquises en général. 

Au finish, l’on a eu droit à une structure largement déséquilibrée, qui ne pouvait accoucher d’autre chose que de ce qu’elle a accouché. C’était justement pour ne pas participer à une telle mascarade, que des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile avaient boycotté ce dialogue. 

On se rappelle notamment, que l’opposant Succès Masra, chef de file des Transformateurs, avait fait de la non-éligibilité de Deby fils, la principale condition de sa participation au dialogue. Et cela a représenté un coup porté au caractère inclusif de l’initiative. Le moins que l’on puisse dire, est que l’histoire vient de lui donner raison.

Il faut craindre l’avènement d’une monarchie au Tchad

Pour le moment, seule l’Union africaine a fait connaître sa position bien avant les conclusions du dialogue. Et contrairement à l’avènement de Deby fils, dans les circonstance que l’on sait, où elle avait décidé d’accompagner le Conseil militaire de transition (CMT), cette fois, l’UA, à travers son Conseil Paix et Sécurité, s’est voulue ferme. 

Elle avait, en effet, rappelé lors de sa dernière réunion le 19 septembre dernier, qu’aucun membre du CMT ne pourrait être candidat à la fin de la transition. A cette occasion, l’UA s’en était tenue à une transition unique de 18 mois. Manifestement, le dialogue national n’a pas pris en compte la position de l’UA. En effet, non seulement il prolonge la période de la transition de deux ans maximum, mais aussi il autorise Deby fils à être candidat à la fin de la Transition. Ainsi donc, l’UA a été priée d’aller se faire cuire un œuf. 

En tout cas, l’on ne voit pas comment la faîtière africaine pourrait s’y prendre pour amener le dialogue national à réviser son verdict. Mais l’UA aura eu le mérite de donner de la voix pour que les Tchadiens n’enterrent pas la démocratie dans leur pays. Et il ne faut pas compter sur l’Occident, notamment la France, pour dénoncer ce boulevard ouvert à Mahamat Deby pour régner à vie sur le Tchad. 

En effet, en plus d’avoir prolongé la période de la Transition de deux ans, les 19 membres du Comité ad hoc lui ont donné un quitus pour candidater à la prochaine présidentielle. 

Certes, ils ont pris le soin de proposer un mandat présidentiel de six ans renouvelable une fois sans possibilité de révision. Mais que vaut ce verrou devant un homme qui pense que le seul fait de porter le patronyme Deby, fait de lui un super Tchadien ? 

En réalité, il faut craindre l’avènement d’une monarchie au Tchad. Deby père en avait presque tracé les sillons en régnant sur le pays pendant plus de deux décennies. Son fils pourrait poursuivre le projet. Et il peut y arriver même si pour cela, il doit brûler le pays. En tout cas, en Afrique centrale, cette folie n’est pas à exclure.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo