Propos tribalistes : Le Pr Claude Abé au cœur d’une polémique
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Propos tribalistes : Le Pr Claude Abé au cœur d’une polémique :: CAMEROON

Le père Ludovic Lado demande le renvoi du professeur Claude Abé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC) suite à ses propos jugés incendiaires par le prélat lors d’une émission sur Cam 10 TV.

L’universitaire a attribué une coloration tribale au groupe d’activistes camerounais de la diaspora opposé au régime de Paul Biya. Pour le prélat, ces déclarations qui sont de nature à stigmatiser une tribu ne sont pas dignes d’un enseignant d’une université qui promeut les valeurs de paix, de solidarité et de multiculturalisme.

Voici un morceau choisi des propos du professeur : « Regardez le leadership de la BAS. Vous vous rendrez compte que ce leadership-là est marqué communautairement.

De quelque part. Et ça ce sont des faits. Ce ne sont pas un certain nombre d’informations et on se rend compte que le mot « changement » est un cache-sexe, un mot-valise derrière lequel les gens sont engagés dans la quête d’une dictature du reste des Camerounais par une autre communauté. Je doute qu’un tel projet puisse prospérer. Dans la mesure où je crois que le reste des Camerounais ont pu se rendre compte de cela. Allez investiguer sur l’origine communautaire du leadership de la

Bas, vous allez vous rendre compte que ce sont des noms qui sont assez étonnamment de quelque part » ».

L’universitaire déclarait clairement le 18 Juillet dernier en mondovision que l’essentiel du groupe des dirigeants de la Brigade Anti Sardinards est issu de la tribu Bamiléké. Il a laissé entendre par ailleurs que le président du sénat, Marcel Niat Njifenji n’a jamais été attaqué par la BAS lors de ses déplacements en Europe parce qu’il est de la même ethnie que la majorité des leaders de la Bas. Des propos intolérables pour le père Ludovic Lado qui, le 23 Juillet dernier, a adressé une lettre ouverte au recteur de l’UCAC, lui demandant de radier Claude Abé de ses effectifs s’il refuse de faire son mea culpa.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo