Affaire Nourane : La mise point du gouverneur de l’Ouest
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Affaire Nourane : La mise point du gouverneur de l’Ouest :: CAMEROON

L’autorité administrative appelle à l’apaisement, à la suite de l’altercation ayant opposé, le 20 juillet dernier à Bafoussam, la députée et des éléments de la police.

Le tollé suscité par la vidéo mettant en scène la députée Nourane Moluh Hassana, Epse Fotsing et des éléments de la police le 20 juillet dernier à Bafoussam oblige le gouverneur de la région de l’Ouest à donner sa version des faits. Une mise au point plutôt à charge contre l’élue. Informé de l’altercation survenue en matinée au quartier Koptchou, Awa Fonka Augustine, le patron de la région, dit avoir pris le soin de recueillir la version de chaque partie.

« Il ressort, après avoir écouté les uns et les autres, que suites au refus de Mme le député d’emprunter la voie de contournement et face à son insistance à vouloir passer par la route occupée par la célébration, des échanges réciproques de propos discourtois ont eu lieu ainsi que des réactions diverses des fidèles musulmans indignés et en furie contre Madame le député. C’est l’arrivée du sous-préfet qui a permis de calmer les parties et apaiser les populations », déclare le gouverneur. Celui-ci regrette cependant que « ce malheureux incident qui aurait pu être évité » ait plutôt donné lieu à « l’expression des frustrations réciproques » entre les protagonistes.

À en croire le gouverneur, tout est parti des mesures exceptionnelles prises à l’occasion de la célébration de la fête du sacrifice par l’autorité administrative compétente du lieu de la vive dispute. En effet, Awa Fonka Augustine fait savoir qu’il assistait personnellement à la grande prière de ce jour, à l’invitation de l’imam de la Mosquée centrale de Bafoussam. Une cérémonie à laquelle prenait également part le secrétaire général de l’Assemblée nationale, « venu apporter un message de monsieur le président de l’auguste chambre à la communauté musulmane de Bafoussam », apprend-on.

Seulement, la prière a été « délocalisée sur la l’axe Bafoussam- Foumban pour la circonstance à cause de l’étroitesse de la mosquée », relate-t-il ; lui-même ayant d’ailleurs constaté à son arrivée que « les deux côtés dudit axe avaient été occupés par des milliers de fidèles musulmans, avec l’autorisation de l’autorité compétente, qui avait pris soin avec les forces de maintien de l’ordre, d’aménager une voie de contournement pour maintenir la fluidité du trafic ».

C’est « à 10h02min, vers la fin de la célébration » qu’il reçoit un coup de fil de la parlementaire « décriant une altercation entre elle et certains éléments de la police à l’entrée de la place des cérémonies, au lieu où avait été érigée une barrière pour indiquer la déviation ».

La parlementaire s’est vue refuser le passage par les agents de police qui surveillaient ladite barrière. Il s’en est alors suivi un échange verbal violent entre les acteurs qui ont même failli en venir aux mains. Une séquence de la scène a emballé les réseaux sociaux.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo