Frère Jean-Thierry Ebogo : une vie dédiée à Dieu
CAMEROUN :: RéLIGION

CAMEROUN :: Frère Jean-Thierry Ebogo : une vie dédiée à Dieu :: CAMEROON

Le jeune Camerounais, décédé à l’âge de 24 ans, voulait vivre comme Jésus.

Son nom est peu connu en dehors des milieux chrétiens catholiques. Pourtant, frère Jean-Thierry de l’Enfant-Jésus et de la Passion, de son nom de famille, Jean-Thierry Ebogo, est un modèle pour l’Ordre des Carmes déchaux. Ce fils de la Mefou-et-Afamba, né dans le Moungo au début des années 80, a donné sa vie à Dieu dès son bas âge. Il entre au petit séminaire de Guider, département du Mayo-Louti, région du Nord, à 13 ans. Après ses études secondaires couronnées par un baccalauréat, il est accueilli au postulat des Oblats de Marie Immaculée.

Jean-Thierry Ebogo n’ira pas loin avec cette congrégation. Éric Maxime Nyaké, ami d’enfance du défunt qui suit de très près ce dossier, témoigne que le jeune homme était déterminé à devenir prêtre. En juillet 2003, celui que ses camarades appelaient « Petit Jésus », entre en contact avec la communauté des Carmes Déchaux de la paroisse Saints Anne et Joachim de Nkoabang à Yaoundé. Il va y démontrer son engagement à servir Dieu. Ses encadreurs déclarent que la prière et l’humilité étaient toujours au centre de ses activités. 

En 2004, frappé par un cancer, Jean-Thierry Ebogo perd sa jambe droite. Celle-ci a été amputée à l’Hôpital général de Yaoundé. Malgré cet état, le jeune reste pieux. Ses amis d’enfance révèlent que Ebogo voulait vivre comme Jésus. « Il animait toujours les groupes de prières », soutient Marcel Ondombo Manga, responsable d’un groupe de prière dédié à la canonisation de ce jeune Camerounais à la paroisse de Nkoabang, à Yaoundé. L’ordre des Carmes Déchaux le fera évacuer en Italie en 2005.

La maladie s’étant généralisée, les supérieurs de la congrégation écrivent au Saint-Siège pour que le jeune homme prononce ses vœux solennels sur son lit de malade. Demande accordée. Frère Jean-Thierry prononce alors ses vœux solennels à l’hôpital de Legnano en Italie. 27 jours après cet heureux évènement, le religieux âgé de 24 ans, décède. Sa dépouille est rapatriée au Cameroun et enterrée au couvent Sainte Edith Stein au quartier Nkolbisson à Yaoundé.

À Milan, l’archevêque émérite, le cardinal Angelo Scola invite les chrétiens à porter en prières le dossier de béatification de Jean Thierry Ebogo. Déjà, la chambre qu’occupait le serviteur de Dieu est devenue un petit sanctuaire. Sa tombe, un lieu de recueillement et de méditation. Le dossier de béatification et de canonisation de Jean-Thierry Ebogo rejoint à la Congrégation pour la cause des saints celui de Baba Simon, un autre Camerounais.

Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo