Le Tchad de Déby fils dénonce « le crime de guerre » des Centrafricains
TCHAD :: POLITIQUE

Le Tchad de Déby fils dénonce « le crime de guerre » des Centrafricains :: CHAD

L’armée centrafricaine et les mercenaires russes de PMC Wagner tuent six soldats tchadiens.

Un violent accrochage a opposé dimanche 30 Mai 2021 à 5 heures du matin les Forces Armées Centrafricaines (FACA) appuyées par des mercenaires du groupe PMC Wagner aux soldats tchadiens du poste avancé de Sourou situé à quelques kilomètres de la frontière centrafricaine, dans la commune de Baïbokoum.
 
Les FACA et leurs alliés qui combattent les rebelles centrafricains de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ont fait une incursion dans le sud du territoire tchadien dans le département des Monts de Lam (province du Logone Oriental) entraînant une riposte des éléments des forces de défense et de sécurité tchadiennes chargés de sécuriser la frontière.
 
Ces affrontements ont d’abord fait côté tchadien un mort (un adjudant-chef de l’armée tchadienne) et cinq blessés. Les forces loyalistes centrafricaines poursuivies par des renforts militaires tchadiens se sont ensuite retirées en territoire centrafricain dans la localité de Bang (située à quelques kilomètres de la frontière sur l’axe menant à Bocaranga) où cinq militaires tchadiens ont été enlevés et exécutés.
 
Les premiers témoignages des soldats tchadiens blessés, « des hommes blancs » présentés comme « des russes » ont bien pris part aux combats et trois d’entre eux auraient été tués lors de ces affrontements. 

Un « crime de guerre ».

Le Ministre des Affaires Etrangères tchadien Chérif Mahamat Zene a publié dimanche soir un communiqué signé de sa main au nom du gouvernement de la République du Tchad dénonçant « ce crime de guerre d’une gravité extrême et cette attaque meurtrière préméditée, planifiée et opérée à l’intérieur du Tchad, dont seul le gouvernement centrafricain en connaît les raisons, (qui) ne sauraient rester impunis. » 

Le communiqué indique par ailleurs que « le Directeur Général de la gendarmerie centrafricaine a saisi l’ambassade du Tchad à Bangui pour que les autorités tchadiennes récupèrent auprès du chef de village de Mbang les dépouilles de cinq Tchadiens faits prisonniers et exécutés par l’armée centrafricaine. »

Le Tchad, base arrière de la CPC. 

Malgré la présence le 23 avril dernier du Président Touadéra aux funérailles du Président Idriss Deby Itno, ce nouvel incident intervient dans un contexte très tendu entre le Tchad et la RCA. Ces tensions font suite à l’offensive à Banqui en décembre 2020de la la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), un mouvement armé centrafricain créé le 17 décembre 2020 par la fusion de 6 groupes armés. Plusieurs proches du Président Faustin-Archange Touadéra n’avaient pas hésiter à dénoncer la présence de combattants tchadiens au sein des rangs des rebelles de la CPC. 
 
L’ambassadeur russe à Bangui Vladimir Titorenko avait aussi accusé le 29 mars dernier le Tchad de ne pas jouer franc jeu avec son voisin centrafricain regrettant que « les forces de la CPC utilisent le Tchad comme base arrière », ce qui avait entraîné une réaction indignée des autorités tchadiennes qui avaient condamné ses propos.
 
Ce nouvel incident ne devrait pas arranger les relations compliquées entre Bangui et N’Djamena.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo