ADISI-Cameroun fait le diagnostic de l’impact des mesures de lutte contre la covid-19.
CAMEROUN :: SOCIETE

ADISI-Cameroun fait le diagnostic de l’impact des mesures de lutte contre la covid-19. :: CAMEROON

Un Rapport d’enquête sur l’impact des mesures gouvernementales de lutte contre la Covid-19 sur les libertés publiques au Cameroun à été rendu public. Plusieurs recommandations ont été faites.

L’Association pour le Développement Intégré et la Solidarité Interactive (ADISI-Cameroun) est une organisation de la société civile et de Droit Camerounais qui depuis des années milite pour la défense des droits humains. A ce titre, elle s’est intéressée aux libertés publiques dans un contexte caractérisé par la covid-19. Le postulat de départ étant les restrictions des libertés publiques qui constituent l’un des plus grands effets pervers de la lutte anti Covid-19, dans la mesure où l’essentiel de la prévention de la pandémie, partout dans le monde, repose sur des restrictions. De fait, Depuis le 6 mars 2020, date de découverte du premier cas positif au Coronavirus sur son territoire, le Cameroun fait officiellement face à la pandémie de la Covid19. Des mesures gouvernementales ont été prises. Qui ont impacté significativement les libertés publiques.

Le Cas de la liberté d’accès à l’information. Près de 91,95% de journalistes admettent que ces mesures ont effectivement impacté la liberté d’accès à information déjà très réduite au Cameroun. Ce qui a eu pour conséquence l’opacité de l’information autour de la pandémie et sa gestion. L’inegalité dans la fourniture en informations entre medias publics et privés. La non collaboration de la cellule de communication du ministère de la santé publique. En ce qui concerne les libertés de religion, beaucoup d’entraves à la liberté d’accès aux lieux du culte. Avec pour conséquence la menace par les pouvoirs publics de fermeture des Eglises récalcitrantes. Les fideles d’une Eglise sont allés jusqu’à briser les scellés posés sur la porte de l’Eglise. De même que sur le plan politique la suspension des manifestations et réunions publiques. Aussi, la répression des manifestations politiques du 22 Septembre 2020 a conduit à l’arrestation de près de 593 manifestants avec en prime des dégâts corporels.

A l’issue d’investigations menées dans le cadre de cette étude, un ensemble de recommandations ont été faites. Accorder des dispenses spéciales aux journalistes face aux mesures qui restreignent l’accès aux lieux publics et sites de prise en charge de la Covid-19. Organiser des webinaires à l’intention des professionnels des médias sur le journalisme en temps de crise. Veiller à ce que chaque administration dispose d’un site internet. Recycler les hommes de médias à la pratique du télétravail ; Promouvoir la dématérialisation du travail public ; Garantir un accès plein et équitable des journalistes aux sources. Eviter l’instrumentalisation des mesures gouvernementales de lutte contre la Covid-19 à des fins de musèlement des libertés des opposants. Promouvoir l’usage modéré et proportionnel de la puissance de l’Etat dans l’application des mesures anti Covid-19. Entre autres.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo