World news CAMEROUN :: Jean Simon Ongola Omgba : Il ne faut pas instrumentaliser les chefs traditionnels :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Jean Simon Ongola Omgba : Il ne faut pas instrumentaliser les chefs traditionnels :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: POLITIQUE CAMEROUN :: Jean Simon Ongola Omgba : Il ne faut pas instrumentaliser les chefs traditionnels :: CAMEROON
  • Mutations : Jean De Dieu Bidias
  • lundi 03 août 2020 09:25:00
  • 1261

World news CAMEROUN :: Jean Simon Ongola Omgba : Il ne faut pas instrumentaliser les chefs traditionnels :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

L'ex-député Rdpc soupçonne une partie de l'élite du Mfoundi de vouloir exclure certaines composantes du département des futures élections régionales.

Certains hauts cadres du Rdpc dans le Mfoundi ont organisé il y a quelques jours à Yaoundé, une réunion de sensibilisation sur les futures élections régionales. Pourquoi vous inscrivez-vous en faux contre cette démarche ?
Organiser un rassemblement en pleine pandémie de COVID-19 est pour le moins inapproprié et imprudent malgré le port obligatoire du masque. Les acteurs politiques peuvent judicieusement créer dans chaque commune un groupe de référence composé d’autorités traditionnelles, de leaders d’opinions, de femmes, de jeunes et de membres du clergé. Ce groupe sera chargé d'informer et de sensibiliser sur la régionalisation et aura pour seule légitimité leur intérêt pour le succès du processus. La construction d’une gouvernance enracinée dans la proximité doit tirer sa légitimité par le bas en partant de la perspective locale. Donner l’impression d’une instrumentalisation, voire une caporalisation des autorités traditionnelles peut s’avérer contreproductif et fausser la perception qu’ont les citoyens de cette réforme majeure.

D’après vous donc, l’attitude de vos camarades du Mfoundi contraste avec l’esprit de la décentralisation…
Dès son accession au pouvoir, le Président Paul Biya a accordé une place importante aux réformes tendant à renforcer la démocratie. Cette vision trouve sa matérialisation dans la Constitution du 18 janvier 1996, article 1er alinéa 2 :

« La République du Cameroun est un Etat unitaire décentralisé ». C'est dans cette perspective que s’inscrit la mise en place des régions que l’on considère comme l'acte 2 de la décentralisation. Ce second palier implique et contraint les acteurs de la vie publique à mieux informer, sensibiliser et éclairer les citoyens, sans restriction ou discrimination. S’approprier une réforme voulue par le président de la République en associant les seuls chefs traditionnels et une partie de l'élite est une imposture aux conséquences néfastes pour l’esprit de décentralisation. Il est souhaitable que cette très importante réforme soit mieux expliquée à tous. Le dialogue doit se construire dès la base sur les objectifs de la régionalisation, entre les citoyens et les institutions locales. Cette communication ne devrait pas se limiter à un groupe de personnes. Elle doit se faire avec les citoyens de toute condition, toutes catégories confondues et de tous les âges.

Que pensez-vous que la régionalisation va apporter au Cameroun ?
A n'en point douter, une régionalisation bien implémentée va largement contribuer à changer la vie des populations. Les citoyens doivent savoir son contenu, ses ambitions, son impact potentiel sur la vie quotidienne pour une adhésion plus forte et plus responsable.

Cette réforme suscite diverses attentes qu’il conviendrait de ne pas décevoir dans notre contexte où la défiance vis-à-vis des élites est grandissante. Une clarification, en plus d’être salutaire, s’impose. Cet exercice consiste à mobiliser les supports les plus divers parmi les médias pour édifier et informer les citoyens.

03août
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo