CAMEROUN :: Philippe Fossouo: « Mon chef était rassembleur et dynamique » :: CAMEROON
CAMEROUN :: Philippe Fossouo: « Mon chef était rassembleur et dynamique » :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Propos recueillis par GMD
  • dimanche 31 mai 2020 10:36:00
  • 849

CAMEROUN :: Philippe Fossouo: « Mon chef était rassembleur et dynamique » :: CAMEROON

Le président du comité de développement de Koukpa dit Bangou 2 indique indique les obsèques officiels du défunt chef traditionnel seront organisés conformément aux traditions Bamiléké.

Quelle image gardez-vous du défunt chef de Koukpa dit Bangou 2 sur la rive gauche du Noun ?

Notre chef était un homme rassembleur. Il a œuvré pour souder les liens entre les différentes communautés sur la rive gauche du Noun.

C’était un patriarche. Il savait faire beaucoup avec si peu, il savait cultiver l'amour et l’amitié.Comment les oublier ? Comment oublier , le chef fidèle et généreux, le chef apprécié, le père attentionné, le mari aimant que tu as toujours été ? Impossible. Ta mémoire sera toujours gravée dans nos cœurs. Sa Majesté laisse un vide immense derrière lui. Et c'est avec beaucoup de tristesse et de compassion que nous présentons nos plus sincères condoléances à ton épouse (tes enfants /tes frères et sœurs/tes parents) et ta famille pour leur témoigner notre soutien dans ce moment douloureux.

Allez-vous organiser ses obsèques suivant les rituels Bamiléké ?

Le chef Fosso sera enterré conformément aux rituels traditionnels. Nous allons nous mettre en accord avec les notables et les autorités administratives pour lui organiser des obsèques dignes. Ce sera une grande cérémonie d’hommages. Lors de ses obsèques officielles le 11 juillet prochain, les notables vont designer son successeur. Tout va se dérouler suivant des rituels et codes que seuls les initiés peuvent comprendre. Chez nous les Bamilékés, le deuil de chacun c’est le deuil de n’importe qui. Pour les funérailles d’un chef, il y a des aspects singuliers. Mais il sera aussi pleuré comme tout humain dans la cosmogonie Bamiléké. Le deuil de quelqu’un c’est le deuil de tout le monde. Si tu regardes bien les yeux des gens pendant les rituels, tu vas voir que tout le monde pleure. Derrière notre apparente crédulité face à la mort, il y a une grande tristesse que nous essayons de camoufler. Il y a que nous ne voulons pas accepter le sort qui nous est réservé, et que c’est pour cela que nous disons NON à la mort en disant OUI à la vie. C’est pour cela que nous banalisons l’existence pendant nos funérailles : en buvant, en dansant, en mangeant, en s’amusant, en bavardant. Et en oubliant ! Chez nous quand on pleure pour le mort, en réalité on pleure pour toutes les morts du monde !Il y a des gens qui tirent des coups de fusil traditionnel, lesquels coups symbolisent des marques de déférence envers le défunt. À la fin, c’est chacun qui rentre chez lui avec ses remords et ses chagrins, sans même dire au revoir à personne, en se demandant à quoi ça sert de courir pendant toute la vie, si c’est pour se coucher ainsi pendant toute la mort…

31mai
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo