Sylvestre Nyeck Nyeck : Atanga Nji a désorganisé totalement l’Upc
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Sylvestre Nyeck Nyeck : Atanga Nji a désorganisé totalement l’Upc :: CAMEROON

Le secrétaire général chargé de la vie du parti annonce que Baleguel Nkot conduira liste de l’Union des populations du Cameroun aux législatives dans le Nyong et Kellé. Par ailleurs, après une tentative de rapprochement foireuse avec Bapooh Lipot, il suggère à ce dernier de candidater comme député suppléant.

Quelle est l’ambiance qui prévaut au sein de l’Upc en cette période marquée par la composition des dossiers de candidatures pour les élections législatives et municipales du 09 février 2019 ?
Merci de l’opportunité que vous me donnez de parler de mon parti. En cette période, il est difficile de voir un journal qui s’intéresse aux partis qui n’ont rien à offrir, tout au moins sur le plan matériel. C’est le signe que Mutations est un journal sérieux qui donne la parole à toutes les sensibilités. Pour revenir à votre question, je dirai que l’Upc, comme tous les autres partis politiques en course pour les législatives et municipales du 07 février 2020. L’ambiance n’est pas cachée, vous savez que depuis le mois de juillet 2018, le ministre de l’Administration territoriale a posé un acte qui a désorganisé totalement l’Upc [Paul Atanga Nji avait désigné comme seul et unique représentant de l’Upc, Robert Bapooh Lipot, Ndlr]. Mais tout compte fait, nous faisons confiance à la justice camerounaise. Nous n’avons pas de doute que c’est les dirigeants légaux de l’Upc élus lors du dernier congrès et reconnus comme tel qui auront la charge d’investir les candidats du parti.

Les informations qui nous parviennent font état de ce que vous auriez entamé des négociations avec le député Bapooh Lipot. Qu’en est-il exactement ?
Un parti ce n’est pas seulement les règles, c’est aussi les usages. A l’Upc, généralement, c’est la démocratie, mais il arrive aussi que le consensus qui est une forme de démocratie prévale. C’est ainsi que j’ai entrepris depuis un certain temps avec quelques camarades, au moins pour ces élections, d’organiser des réunions à mon domicile pour essayer de faire entendre raison à ceux qui se sont prévalus de titres que la base ne leur a pas donné, mais qui ne sont pas moins des Upécistes. L’honorable Bapooh Lipot a envoyé des gens, le secrétaire général Baleguel Nkot en a également envoyé ; nous nous sommes assis, nous étions d’accord sur les principes. Sauf que dans une négociation, vous ne pouvez pas donner ce que vous n’avez pas. L’honorable Bapooh a proposé de céder le poste de secrétaire général pour rester député. Nous lui avons répondu qu’il ne peut pas donner ce qu’il n’a pas, vous n’êtes pas secrétaire général. Le rapprochement à la base s’est fait, mais au sommet, ça ne peut pas devenir une affaire d’individus ; ça devrait être une affaire de valeurs. Le secrétaire général Baleguel et le député Bapooh ne partagent pas les mêmes valeurs, et il va être très difficile qu’ils s’entendent. Encore que le premier a été élu et le deuxième se prévaut d’une lettre d’un ministre complètement en marge de la loi. Au-delà de tout ceci, les Upécistes préparent sereinement les élections.

Comment donc se composent les listes ?
A l’Upc nous avons l’habitude de dire que nous sommes la démocratie. Les candidats sont choisis chacun par sa base ; le secrétariat général coordonne juste, regarde les données réglementaires (approche genre, sociologie, etc.). Il n’y a pas de dictature, les listes de l’Upc seront composées uniquement des personnes que la base aura désignées. Les élections sont un moment fort dans la vie d’un parti politique, c’est le moment également où l’on doit montrer un signe d’ouverture. Donc, nous nous sommes rapproché de nos sympathisants et de nos camarades qui à un moment donné un quitté la barque. Ceux qui se sont amendés reviennent à la maison, il y en a d’ailleurs qui vont être investis. En qualité de responsable de la vie du parti, je sais de quoi je parle. Mon rôle c’est aussi de réconcilier les uns et les autres, de veiller à ce que les gens ne continuent pas à se tirer dessus. Nos amis qui sont allés soit à l’Upc Manidem, soit au Manidem sont en train de trouver une formule pour la composition des listes. Vous savez, c’est l’Upécisme qui est l’âme immortelle et elle doit le rester. Dans certains zones, vous allez voir que les Upécistes qui sont en dehors de l’Upc se sont retrouvés et forme des listes. C’est valable à Douala, à Pouma et dans plusieurs autres circonscriptions que je ne voudrais pas citer pour mettre la stratégie dehors. C’est un processus que j’ai eu le plaisir de lancer bien avant les élections : tous ceux qui se revendiquent de l’Upc ou de l’Upécisme tout au moins doivent se retrouver à une grande rencontre qui aura lieu probablement après les élections ou peu avant si Dieu nous en donne la capacité.

Et dans quelles circonscriptions l’Upc investit-elle des candidats ?
L’Upc candidate dans quatre régions. Les circonscriptions exactes, je ne peux pas en parler parce que jusqu’à présent [samedi 23 novembre, Ndlr] les tractations se poursuivent. On regrette l’absence de la président Habiba Issa qui devait être investie dans le Nord, elle n’est pas au pays pour des raisons familiales. Mais, tout en souhaitant un prompt rétablissement à son époux qui est très malade, nous nous sommes dit qu’il fallait investir des candidats dans l’Adamaoua, le Littoral, le Centre et le Sud.

La tentative de rapprochement avec Bapooh Lipot a visiblement foiré, qu’est-ce que vous envisagez de faire ?
La nuit porte conseil, je ne dirais pas qu’elle a foiré. Lorsque vous allez dans une négociation, il faut aussi avoir de l’humilité. Je vais vous prendre un seul : si j’ai deux macabos et vous un manioc, si vous proposez lors de la négociation ce que moi j’ai, c’est-à-dire le macabo, on ne va jamais s’entendre. Il manque un peu d’humilité à l’honorable Bapooh ; il a été habitué à fonctionner avec l’administration en oubliant que nul n’est au-dessus de la loi. Maintenant que ça le rattrape, nous on se dit, en marge de ce que les gens peuvent penser sur le plan légal et réglementaire, que Bapooh pourrait encore être une opportunité pour l’Upc, pourvu qu’il soit modeste. Malheureusement il ne l’est pas, il entend demeurer le digne fils du ministre Atanga Nji et de l’alliance. Ce n’est plus l’époque de l’alliance, aujourd’hui c’est les élections locales où chaque parti doit avoir un programme local. Le portail des camerounais de Belgique (Camer.be). Je ne dis pas que le rapprochement a foiré, je voudrais juste lui souhaiter d’être un peu plus humble. Dans ces conditions, on pourrait éventuellement voir dans quelle mesure l’investir comme candidat suppléant au poste de député. J’avoue que c’est difficile, mais il ne peut pas avoir dérangé le parti pendant six ans et estimer qu’il est la solution. Il peut être une partie de la solution, mais il ne peut pas être à lui tout seul la solution.

Qui va conduire la liste Upc aux élections législatives dans le Nyong et Kellé ?
Pour ne pas le citer, Augustin Frédéric Kodock disait que lorsque le secrétaire général est valide, il choisit son poste et nous le suivons. M. Baleguel Nkot a été plébiscité par la base à laquelle j’appartiens pour conduire la liste Upc. Il a la chance d’avoir de jeunes loups aux dents suffisamment longue qui vont l’accompagner dans ce combat qui, je l’espère, nous allons gagner.

Et quid des municipales ?
Disons que je joue un rôle de coordonnateur à ce niveau en tant que secrétaire général chargé de la vie du parti. Chaque commune s’organise librement et, ici à la coordination nous faisons les derniers arbitrages. A l’Upc, nous avons des fiches synoptiques individuelles où nous suivons les militants. Si quelqu’un a été dans un autre parti, nous assurons qu’il ait démissionné. Dans tous les cas, vous ne pouvez pas débarquer et solliciter une investiture sur la seule base que vous avez un peu d’argent. Il faut avoir milité et croire en certaines valeurs telles que le patriotisme, la démocratie, etc.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo