CAMEROUN :: Gaston Komba : La surenchère en politique n'a jamais rien produit :: CAMEROON
CAMEROUN :: Gaston Komba : La surenchère en politique n'a jamais rien produit :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Georges Alain Boyomo
  • vendredi 27 septembre 2019 10:17:00
  • 1720

CAMEROUN :: Gaston Komba : La surenchère en politique n'a jamais rien produit :: CAMEROON

Le député Rdpc analyse les enjeux du grand dialogue national convoqué par le chef de l'Etat.

Comment accueillez-vous le grand dialogue convoqué par le chef de l’Etat ?
Comme tous les Camerounais qui aiment le Cameroun, notre cher et beau pays, avec soulagement et espoir. Et son contenu est fondateur de beaucoup d’espérance. A nous Camerounais de ne pas gâcher cette opportunité. Nous n’avons pas de pays de rechange et nous sommes appelés sur l’ensemble du triangle national à vivre-ensemble. C’est un grand moment de description.

Le choix des acteurs et des sujets en débat vous convient-il ?
Oui, parce qu’il est large et diversité. Ainsi l’on ne court pas le risque de laisser de côté des sujets importants pour la vie de la nation. Les hommes ou les acteurs politiques ne doivent pas avoir le monopole de la définition du Cameroun que nous voulons. Cela appartient à tous les Camerounais.

Un dialogue sans le Mrc et les leaders sécessionnistes n’est-il pas voué à l’échec ?
L’échec éventuel du Grand dialogue national ne serait pas l’échec du Président Paul Biya. Mais l’échec de tous les Camerounais qui n’auront pas pu ou voulu s’asseoir sur une même table pour discuter de leurs problèmes et des voies de l’avenir. Le président de la République a invité tout le monde au dialogue y compris les leaders sécessionnistes, les groupes armés et tous les partis politiques. Tout le monde voulait d’un dialogue inclusif avec la participation de tous. Cela a été fait. Que certains s’auto-excluent ne peut empêcher les autres Camerounais de s’engager dans la voie de résolution de nos problèmes. S’auto-exclure ne rends pas le dialogue exclusif. La surenchère en politique n’a jamais rien produit sinon de faire émerger à terme des opportunistes qui dévoient la cause pour laquelle vous vous battez. Mais un boycott ne permettra pas un retour à la paix et à l’apaisement général. Boycotter le dialogue serait une erreur historique pour tout acteur qui veut servir le Cameroun et les Camerounais. Notre pays ne peut avancer dans une logique permanente de défiance et de contestation.

Il doit y avoir un minimum de consensus dans le jeu politique et social. Et ce consensus c’est la paix et la stabilité nationale et le modèle de développement. Et c’est de cela qu’il est question dans le Grand dialogue national ; à savoir se mettre ensemble pour ouvrir de manière consensuelle le vaste chantier de réforme de la Gouvernance publique et la vision du Cameroun de Demain. Ne confondons pas d’agenda. L’agenda du dialogue c’est le Cameroun, ce n’est pas le Président Paul Biya. Quelles que soient les critiques des sécessionnistes ou de certains leaders d’opposition ou d’opinion, nous devons d’abord faire passer l’intérêt national. Tous les Camerounais des 10 régions ont de revendications. C’est n’est pas la prochaine élection qui intéresse la majorité silencieuse, c’est ce qu’on fera pour les prochaines générations et pour le Cameroun. Nous n’imaginons pas que délibérément on refuse d’y aller. Pour ceux qui le feront, il faut que les Camerounais s’en souviennent. Rejeter le dialogue c’est poser résolument un acte anti-patriotique. On ne peut pas professer, déclarer, dire tous les jours dans les Médias, les discours, les prises de parole qu’on aime le Cameroun, qu’on veut servir le Cameroun, qu’on veut un Cameroun meilleur et se mettre à l’écart d’une opportunité historique de participer et de tracer la voie d’un Cameroun nouveau.

Y a-t-il des préalables qui valent en dehors du respect de la liberté d’expression et de la garantie de sécurité dans une démarche de réconciliation nationale, de retour à la paix et à la concorde nationale et de recherche de consensus commun dans la vision future de construction d’un pays ?
L’on parle de libérer ceux qui ont été arrêtés dans le cadre des manifestations. Leur libération ne saurait être un préalable mais un sujet à l’ordre du jour du Grand dialogue national où il devrait être posé. On ne fait pas de chantage à un pays. Le dialogue devrait aboutir au pardon mutuel, à la réconciliation nationale, au renforcement de la cohésion de toutes les forces vives, à l’engagement pour tous de préserver l’intérêt National quelques soient les circonstances et donner lieu à l’amnistie, à la grâce ou à l’arrêt des poursuites. Si le Grand dialogue national réussi ce sera la réussite de tous les Camerounais et s’il échoue ce sera notre échec collectif. La constitution et le code électoral ne sont pas l’objet principal du dialogue. Mais les propositions et résolutions prises à la fin des concertations peuvent avoir un impact sur le contenu actuel et entrainer leur révision et modification

Le choix du médiateur est querellé ; le Premier ministre est-il légitime pour conduire le Grand dialogue ?
En quoi le Premier ministre serait-il illégitime pour conduire ce dialogue et au nom de quoi les autres auraient plus de légitimité que lui ? Il a été nommé par le président de la République qui tire sa légitimité du mandat souverain du peuple qui l’a élu et par conséquent il en tire une légitimité dérivée de celui qui lui a confié cette lourde mission. Supposons qu’on est confié la Médiation à une autre personne supposée neutre. Quelle serait son poids pour implémenter les recommandations et surtout veiller sur l’intérêt National et la protection des particularités. Il faut éviter de prêter le flanc à ceux qui aspirent à casser la colonne vertébrale de l’Etat. La diversité du Cameroun est à la fois une richesse et une opportunité mais aussi porteur des fermes de fragilité. Notre défi commun est de faire de ce tas, un tout.

Quelles sont vos attentes au terme de ce dialogue ?
C’est d’abord que tout le monde y prenne part, sans préjugé, sans à priori et sans préalables. En suite que chacun y soit libre de s’exprimer en toute responsabilité. On perd toujours en refusant de dialoguer. A contrario on gagne toujours en allant au Dialogue, on n’y revient jamais les mains vides et on a l’occasion d’exprimer son opinion, sa pensée. Qu’on implémente aussi rapidement que possible les reformes que vont induire l’ensemble des propositions et recommandations. Car il y a aujourd’hui une exigence forte de salubrité publique voire de salubrité politique. Et qu’enfin l’apaisement et la paix soient de retour. N’oublions pas que le Grand dialogue national n’est que le début du processus, pas la fin. Il n’y a jamais eu le dialogue parfait, même en famille. Mais dialoguer est la substance même du vivre-ensemble pacifique et harmonieux.

Certains partis politiques et leaders refusent de participer au Grand dialogue national et évoquent des préalables et un déficit de confiance…
Ne dit-on pas qu’il faut toujours essayer d’avoir la raison de son côté ? Ceux qui refusent d’y aller ont d’emblée tort alors qu’ils auraient raison en y allant et en constatant éventuellement qu’ils n’ont pas été écoutés. Tout parti politique doit être républicain. Et être républicain ce n’est pas s’allier au parti au pouvoir mais c’est de savoir faire des consensus même à son propre détriment quand l’intérêt national et l’intérêt général sont en jeu. Le portail des camerounais de Belgique. Si un parti d’opposition s’installe dans une logique permanente de contestation, d’opposition à tout, il court le risque futur qu’arrivé au pouvoir, les autres formations politiques entrent dans la même logique. Il en est de même si une ou plusieurs tribus se mettent dans une approche politique de conquête ou de conservation du pouvoir. Elle convient le risque à terme de subir le retour d’ascenseur. Evitons de semer les germes d’une instabilité chronique de notre pays en voulant personnaliser le débat on fausse la substance et cristallise les passions. Le Grand dialogue doit être un moment de répit et de respiration républicaine pour donner à notre pays un nouveau souffle.

27sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo