Dr Corantin Talla"Le peuple Camerounais ne doit pas attendre grand-chose ce Grand Dialogue National" :: CAMEROON
Dr Corantin Talla"Le peuple Camerounais ne doit pas attendre grand-chose ce Grand Dialogue National" :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE Dr Corantin Talla"Le peuple Camerounais ne doit pas attendre grand-chose ce Grand Dialogue National" :: CAMEROON
  • Camer.be : Propos recueillis par Hugues SEUMO
  • vendredi 27 septembre 2019 14:23:00
  • 2056

Dr Corantin Talla"Le peuple Camerounais ne doit pas attendre grand-chose ce Grand Dialogue National" :: CAMEROON

Il est le Président de Conscience du Cameroun, coordinateur du Front Uni de la Diaspora Camerounaise pour l'Alternance (FUDA), leader fondateur du Parlement estudiantin camerounais... Il travaille comme haut cadre et ingénieur des logiciels Oracle pour une agence gouvernementale américaine et est chef d’entreprise en technologie de l’information et de la communication. Dr Corantin Talla alias General Schwarzkopft, puisqu'il s'agit de lui, sort de sa réserve depuis l'annonce du Grand dialogue national dans un entretien exclusif à camer.be.  

Comment avez-vous accueilli l'annonce du Grand Dialogue national par Paul Biya le chef de l'État ?

J’ai accueilli cette annonce avec réserve et suspicion dans la mesure où les thèmes du dialogue évoqués dans son discours étaient tout simplement un ressassement des solutions qu’il avaient déjà suggérées et appliquées dans sa soi-disant résolution de la crise anglophone. Ces thèmes sont par exemple le bilinguisme, le multiculturalisme, le vivre ensemble, la décentralisation etc….
Comme vous pouvez le constater, pour le déplorer selon moi, il a omis expressément les thèmes qui peuvent résoudre durablement les problèmes de mal gouvernance démocratique dans notre pays à savoir les discussions pouvant aboutir aux réformes électorales et constitutionnelles.

Dans conscience du Cameroun nous estimons qu’il est nécessaire d’engager ces reformes afin de :
1. Créer consensuellement un organe électoral neutre et impartial
2. Limiter le mandat présidentiel au plus 2 mandats de 5 ans
3. Utiliser le bulletin unique au cours des prochaines élections
4. Organiser des élections présidentielles à 2 tours
5. Etablir un calendrier électoral permanent
6. Revoir le mode de désignation des membres du conseil constitutionnel et autres organes de la justice afin de consacrer la séparation effective des 03 pouvoirs d’Etat et leur impartialité et compétence.
7. Créer un poste de vice-président afin d’élire au futur le président et son vice-président en tandem
8. Procéder au redécoupage administratif de manière à accroitre le capital social entre les Camerounais anglophones et francophones et en tenant compte des affinités culturelles ethnographiques et anthropologiques des populations.

A cet effet, les régions peuvent passer de 10 à 8 régions. Par exemple, l’Ouest et le Nord-ouest peuvent être consolidées en une région des montagnes, et le Sud-ouest et Littoral en une région côtière. Les capitales de ces deux régions peuvent être transférées dans la partie anglophone de ces 2 régions.
9. Reprocéder a un recensement général de la population afin de choisir le nombre des représentants du peuple par région sur des bases équitables.
10. Garantir la non modification unilatérale des résolutions adoptées a ce dialogue nationale par le président de la république ou un organe législatif aux ordres.

Par ailleurs, la Conscience du Cameroun a suggéré la mise sur pied consensuelle d’une commission de préparation d’une telle assise ainsi que des groupes de travaux ou commissions par thème. Plus important, nous avons suggéré qu’un tel dialogue soit préside par une ou des personnalités neutres, et non par le premier ministre.

Comme vous pouvez le constater nos appréhensions se confirment avec les déferlements folkloriques des délégués a majorité rdpcistes et alliés dans le cadre des consultations préalables a ce cirque appelé dialogue national et avec la mise sur pieds des commissions pour plancher sur des thèmes qui ne permettent pas le questionnement de la gouvernance et du pouvoir de Biya.

En tant que président de Conscience du Cameroun, leader politique , fondateur du parlement estudiantin, avez-vous été conviés aux réunions menées cette semaine à l'ambassade du Cameroun aux USA?

Vous Savez bien que je suis l’une des dernières que le pouvoir en place peut convier à une telle assise partisane. Je suis une bête noire du régime qui veut coute que vaille maintenir Paul Biya au pouvoir à vie. Ce régime et leurs alliés de l’opposition ne voudront messe qu’une tête brulée et un combattant incorruptible et permanent comme moi vienne troubler leur grand gombotique. Je vous renvoie la question de savoir si les ambassades en Europe vous ont contactés à cet effet.

Si vous y étiez conviés. Que seraient vos suggestions pour ce grand dialogue national ?

J’ai mentionné toutes mes suggestions à la première question. J’ajoute à cela qu’il faut que la commission diaspora de ce monologue nationale planche au moins sur le problème de la double nationalité des membres de la diaspora camerounaises s’ils veulent que la diaspora participe effectivement au développement du Cameroun.

Que pensez-vous de ceux qui estiment que toutes les composantes sociopolitiques de la nation camerounaise ne sont pas impliquées dans cette grand'messe politique ?

Ce dialogue national n’est rien d’autre qu’un bal des élites qui prendront des décisions à leur profit au détriment du peuple ordinaire qui n’est presque pas représenté a ce cirque.

Selon vous, ce grand dialogue national pourrait-il mettre un terme à la crise anglophone ?

Pas du tout. Biya veut juste des sycophants pour entériner ses mesures déjà prises pour sa résolution de la crise anglophone qui n’ont portes aucun fruit jusqu’à présent.

Avez-vous un dernier mot ?

Le peuple Camerounais ne doit pas attendre grand-chose ce Grand Dialogue National qui accouchera d’une souris. Par contre l’immense majorité du peuple doit se mobiliser pour inverser les rapports de force sur le terrain et apporter des changements positifs fondamentaux dans notre pays par une lutte accrue sur le terrain. Le pouvoir de Biya ne peut que s’arracher car c’est un machiavélique qui use de la ruse pour se maintenir au pouvoir jusqu’à sa mort.

27sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo