CAMEROUN :: LES PRISONNIERS MILITANTS DU PARTI DE MAURICE KAMTO DÉSHABILLÉS ET TORTURÉS AU SED :: CAMEROON
CAMEROUN :: LES PRISONNIERS MILITANTS DU PARTI DE MAURICE KAMTO DÉSHABILLÉS ET TORTURÉS AU SED :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • coupsfrancs.com : J. RÉMY NGONO
  • mercredi 24 avril 2019 08:01:00
  • 22546

CAMEROUN :: LES PRISONNIERS MILITANTS DU PARTI DE MAURICE KAMTO DÉSHABILLÉS ET TORTURÉS AU SED :: CAMEROON

Maurice Kamto et les militants de son parti MRC font voir de toutes les couleurs au régime Biya bien qu’étant en prison. L’honorable Albert Ndzongang avait déjà laissé entendre que sa libération était le cadet de ses soucis, et ne quitterait sa cellule que pour laisser sa place à l’actuel locataire du palais présidentiel. Ingénieur de formation, il a d’ailleurs déjà construit un toit pour une véranda VIP dans le quartier où il est détenu avec Maurice Kamto, Penda Ekoka, Paul Éric Kingue, professeur Fogué, Valsero…

En emprisonnant des centaines de militants du MRC, le pouvoir a cru que celà allait impacter leur moral. Il n’en est rien, puisqu’ils se portent comme un charme, et leur détermination reste implacable. Ils ont refusé de se rendre au tribunal ce matin, puisque le régisseur a refusé qu’ils arborent leurs maillots qui rappellent le fiasco de la CAN 2019.

Extraits de force, 20 militants du MRC ont été transportés dans le camion de la prison centrale de Kondengui sous forte escorte des éléments du GSO et de la gendarmerie. On a cru qu’ils étaient conduits au palais de Justice pour leur audience en habeas corpus.

Enlevés tels des otages, leur lieu de détention a été maintenu secret. Me Simh qui devait assurer leur défense s’est retrouvé seul au tribunal et a informé le régisseur par note manuscrite que l’affaire avait été renvoyée au 25 avril. Mais à sa grande surprise, ses clients n’étaient plus à la prison centrale de Kondengui.

Selon nos sources, le commando qui a enlevé les militants du MRC du centre pénitentiaire, est parti les cuisiner dans les geôles de la torture institutionnalisée du Secrétariat d’État à la Défense (SED). Les prisonniers ont été deshabillés, bastonnés avec une extrême violence. Ils se trouvent actuellement dans un cachot. Voilà donc ce que les sénateurs et députés qualifient d'” État de droit ” quand le Parlement européen et les États-Unis condamnent leur régime tyrannique.

24avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo