Camer.be
Many Ravatomanga, parrain de Madagascar ?
MADAGASCAR :: POLITIQUE Many Ravatomanga, parrain de Madagascar ?
  • Pour Camer.be : Guy Nfondop
  • samedi 19 mai 2018 13:02:14
  • 3041

Many Ravatomanga, parrain de Madagascar ?

De nombreuses sources affirment que le milliardaire malgache essaie de soutenir le mouvement qui cherche à déstabiliser le pays et ramener au pouvoir Andry Rajoelina. Le but étant de créer les conditions d’une nouvelle mainmise sur l’économie de la Grande île, par le pouvoir de celui qui durant la transition de 2009, lui accordait déjà toute sorte de privilèges.

Parmi les hommes d’affaires soupçonnés de s’être enrichis durant les cinq(05) années de transition gérées par Andry Rajoelina, il y a Maminiaina Ravatomanga, l’homme qui se fait « sobrement » appeler Many Ravatomang. Chef d’entreprises, millionnaire et PDG du groupe SODIAT, il gère plus d’une dizaine de sociétés dans toute l’île : immobilier, BTP, transports, pétrole, hôtels de luxe ou encore médias. De nombreux malgaches pensent que l’homme s’est constitué une impressionnante fortune sur le dos des citoyens, grâce au soutien de l’ancien président de la transition politique dans le pays. Ce qui pousserait d’ailleurs celui-ci à vouloir récidiver en soutenant un retour au pouvoir Andry Rajoelina. Un véritable triomphe du népotisme et de l’impunité, selon des sources locales.

Les malgaches subissent encore le choc des révélations scandaleuses, du journal français L’Express, sur le patrimoine de l’homme d’affaire. L’on découvre que sous le règne de Rajoelina, alors que 93% de ses compatriotes vivaient en dessous du seuil de la pauvreté, l’homme d’affaire achetait, en 2011, des appartements de luxe pour plusieurs millions d’euro en France. Il a été à plusieurs reprises soupçonné de vente illicite du bois de rose, de détournement de fonds publics, de corruption, de dissimulation et blanchissement de capitaux au détriment de la société d’Etat JIRAMA, en charge de la distribution d’eau et d’électricité à Madagascar, où il siégeait au conseil d’administration pendant la transition.

En 2016, il était l’un des rares malgaches dont les noms ont été mentionnés dans le scandale des « Panama Papers », lié à l’évasion fiscale et au blanchiment d’argent.

En ce moment, il est soupçonné d’acquisition immobilière frauduleuse en France et au Canada. Toujours selon le journal l’Express, la justice française a ouvert une enquête contre lui pour « blanchiment d’argent organisé » et « fraude fiscale ». Des maisons qui pourraient lui appartenir sont en ce moment recherchées en France en raison de soupçons de blanchiment grâce à l’achat de biens immobiliers. Le milliardaire blanchirait ainsi son argent à travers un mécanisme sophistiqué d’achat et de vente rapide de biens immobiliers en France, au Canada à Dubaï, à l’île Maurice et à Monaco.

19mai
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo