Camer.be
France-Cameroun: Quand on a détourné la fortune publique au Cameroun,faut-il changer de nationalité pour échapper à la justice ?
FRANCE :: LE DéBAT
  • Correspondance particulière pour Camer.be : Jacob Nkonkep+
  • dimanche 12 juillet 2015 13:12:12
  • 10174

France-Cameroun: Quand on a détourné la fortune publique au Cameroun,faut-il changer de nationalité pour échapper à la justice ?

Libéré le 24 février 2014 après avoir passé 17 ans en prison au Cameroun, Michel Thierry Atangana est arrivé le vendredi 28 février 2014 matin à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, au nord de Paris. Il était accusé de détournement de fonds publics, des faits qu’il a toujours niés.Après quelques civilités à son arrivée à Paris, Michel Thierry Atangana a adressé ses remerciements à François Hollande, « Ce qu’a fait le président de la République française, François Hollande a été un effort d’une haute grandeur sur le plan humain. Donc je veux simplement dire merci ce matin, merci à toute la France, merci à mon pays. Je suis content de revoir mes enfants »

Lors de la récente visite sommaire de François Hollande, le président français au Cameroun, le cas de l'avocate Lydienne Eyoum a été évoqué. Cette avocate franco-camerounaise se bat pour se faire écouter depuis le 10 janvier 2010. Les faits incriminés remontent à 2004, alors avocate de l’Etat  camerounais, l’intéressée se serait indûment appropriée l’argent de l’Etat, à la faveur d’une opération de recouvrement auprès de la Société Générale de Banque du Cameroun.

En janvier 2012, la chambre de l’instruction de Paris lui avait reconnu son droit de porter plainte en France.Au  mois de mars 2013, la Cour de cassation a autorisé une juge d'instruction parisienne à se saisir du dossier de Lydienne Yen-Eyoum, cette avocate franco-camerounaise incarcérée depuis trois ans à Yaoundé.

Arrêtée en janvier 2010, Lydienne Yen-Eyoum avait obtenu la nationalité française neuf mois plus tard. Cette avocate camerounaise s’était mariée avec un ressortissant français avant son incarcération à Yaoundé, mais ce n’est qu’en cours de détention que les époux ont produit les papiers lui permettant d’obtenir la nationalité française. 

Quoique qu’en pense le parquet de Paris, tout à son souci d’étouffer les affaires sensibles, Maître Lydienne Yen-Eyoum est donc parfaitement recevable à porter  plainte, en France, pour séquestration.

Toujours dans le cadre des prisonniers de l'Opération épervier, nous avons vu Yves Michel Fotso épouser en 2011 une métisse d'origine italienne

Yves Michel Fotso a été condamné à 25 ans de prison le 22 septembre 2012 par par le Tribunal de Grande Instance (TGI)  pour détournement de deniers publics, dans le cadre de l’acquisition foireuse d’un aéronef pour les déplacements du chef de l’Etat. L'on se demande si d'ici quelques années, il ne devra pas au cas où il obtient la nationalité italienne solliciter le soutien des autorités italiennes

S'agissant du cas de Michel Thierry Atangana, selon RFI, Il faut dire que le dossier judiciaire Atangana a pollué les relations entre le Cameroun et la France depuis son arrestation en 1997.

Pendant des années, pour éviter de froisser le Cameroun, les autorités françaises n'ont jamais commenté officiellement cette affaire sensible. Le véritable tournant, c'est l'élection de François Hollande. Dès sa prise de fonction, le chef de l'Etat français demande à l'ambassadeur en poste à Yaoundé de faire du dossier Atangana-Edzoa une priorité.. ce qui a été fait

La question que nous nous posons maintenant est celle de savoir s'il existe des citoyens exceptionnels au Cameroun. Ces citoyens qui détournent la fortune publique camerounaise et se prévalent d'une autre nationalité pour prétendre solliciter le soutien des autorités de  leur pays de naturalisation. 

Si Paul Biya la libère il libère aussi tout le monde sinon les prisonniers de l'opération épervier au Cameroun vont tous devenir français, piller le Cameroun à volonté ! Et demander par après à la France de venir à leur secours pour leur libération

Quand on a détourné la fortune publique au Cameroun,faut-il changer de nationalité pour échapper à la justice ? Telle est la question de la semaine

La rubrique le débat est la vôtre. Vous pouvez vous aussi  comme notre compatriote Jacob Nkonkep de Cergy Pontoise en France,nous soumettre des thèmes et des sujets à débattre aux courriels suivants:seumo@hotmail.com ou mieux encore à webmaster@camer.be. Pour ceux d'entre vous qui nous ont soumis des sujets à débattre et qui ne sont pas encore publiés, prière de bien vouloir patienter. Ils seront diffusés. Nous vous remercions d’avance et vous remercions pour votre marque de sympathie

La rédaction de camer.be se charge de transmettre des suggestions constructives aux autorités compétentes. Bon  débat. Nous vous souhaitons un bon  dimanche et à dimanche

© Correspondance particulière pour Camer.be : Jacob Nkonkep+
12juil.
Lire aussi dans la rubrique LE DéBAT
Vidéo